Saisissez votre identifiant afin d'envoyer une demande de nouveau mot de passe
Logo
Créateur de valeur, naturellement®
Conseil en élevage laitier
Author Archives: helene Froger

Optimisez les performances de votre équipement de traite !

conservation-lait-uht

Votre installation de traite fonctionne deux fois par jour. Pour maintenir ses performances et sécuriser la qualité du lait produit, il est nécessaire d’effectuer régulièrement un contrôle de son bon fonctionnement.

Nos solutions


 


 

Notre équipe

Carte QualitraiteContactez-nous au 0 810 56 29 22 ou à l’adresse accueil@bcel-ouest.fr.

Un conseiller prendra contact avec vous dans les plus brefs délais.

Avec Gestadétect, gagnez du temps pour vos travaux de printemps !

vignette gesta

Vous souhaitez remettre rapidement à la reproduction les femelles non gestantes ? Gérer les réformes, les ventes de reproductrices et les achats éventuels ? Préparer les tarissements et les vêlages ? Eviter les traitements inappropriés sur les femelles gestantes ?

Testez dès maintenant l’indicateur de gestation dans le lait !

gesta

Découvrir la prestation : https://www.bcel-ouest.fr/constat-de-gestation/

N’hésitez pas à en parler à votre conseiller référent et / ou consultant !

 

Conseil Système et Cultures

cultures

Optimisez votre stratégie culturale

Vous devez mettre en œuvre le Conseil Stratégique ? Vous voulez être accompagnés dans la réduction d’usage des produits phytosanitaires ? Vous souhaitez un regard extérieur sur vos pratiques de protection des cultures ? Vous souhaitez anticiper ce que sera votre système de cultures demain ?

La prestation

Conseil système cultures 210305-1

  • Indicateurs technico-économiques
  • IFT herbicide et hors herbicide à l’échelle de la parcelle et de l’exploitation, rendement des cultures. Surface en protection des cultures dite « alternative » (bio-contrôle, désherbage mécanique, …)
  • Chiffrage des coûts, gains et variation du temps de travail engendrés par les actions retenues*
  • Marge sur intrants phytos, marge brute (conditionné à la fourniture des éléments permettant d’établir ces données) *

Les modalités

  • Deux visites proposées sur 5 ans, en réponse à l’obligation de « conseil stratégique » incluant un diagnostic de votre exploitation en première visite. (Loi Egalim article 88)
  • Ces visites sont en présentiel, sur la base des documents de l’exploitation
  • Délivrance d’une attestation de Conseil stratégique
  • Un compte-rendu informatisé est rédigé et disponible sur l’Extranet
  • 2 niveaux de prestation au choix selon vos besoins :

Conseil système cultures 210305-2

Les + outils

Conseil système cultures 210305-3

Les accompagnements

Vous souhaitez faire le point régulièrement sur la mise en œuvre du Plan d’Actions ?

>> Un suivi du plan d’actions des prestations à la demi-journée ou à l’heure vous est proposé.

Vous souhaitez un accompagnement de terrain spécifique sur un sujet technique (binage du maïs, utilisation d’un OAD, …) ?

>> Un conseil de terrain à l’heure selon vos besoins est possible.

Les + DE BCEL OUEST

  • INDEPENDANCE : BCEL Ouest est indépendant de la vente d’intrants et a un intérêt majeur : le vôtre et la pérennité de votre exploitation !
  • COHERENCE : Des interventions en relation étroite avec vos conseillers référent et agro-environnement, en amont et en aval de la prestation
  • INNOVATION : un conseil qui s’appuie sur des techniques innovantes et éprouvées
  • FIABILITE : les références utilisées sont issues de sources validées, des Instituts Techniques en particulier

 

 

MAG Eleveurs Mars 2021

MAG MARS 2021v2.indd

Consultez le MAG Eleveurs de Mars 2021 !

Visioconférence InnoVal : 45 minutes pour découvrir iCownect !

post-facebook - icownect webinar

Avec iCownect, vous pouvez conduire votre élevage grâce à un seul outil de gestion de troupeau ! Afin de vous accompagner dans la prise en main de cet outil, InnoVal vous propose une visioconférence gratuite, le 1er jeudi de chaque mois de 13h30 à 14h15. Profitez d’une présentation des fonctionnalités essentielles par les animateurs de marché InnoVal, puis d’un temps d’échange pour poser vos questions.

 

Dès que vous serez inscrit, vous recevrez un e-mail de confirmation avec un lien cliquable afin d’accéder à la visioconférence le Jour –J. Vous pourrez alors y participer avec votre téléphone portable, votre ordinateur ou votre tablette, sans aucune installation préalable.
 
Encore hésitant ? Découvrez ci-dessous une parole d’éleveur, témoignant de sa participation à l’une des dernières visioconférences iCownect.
 
« L’outil iCownect est intégré au SenseHub que j’ai acquis en début d’année ; la visioconférence était donc l’occasion pour moi de le découvrir plus en détails.
Ce format de 45 minutes était pratique, car cela m’a pris peu de temps ; et sans avoir à me déplacer ! La visioconférence était très fluide, cela m’a aidé à y voir plus clair et à me familiariser avec cet outil. Je conseille aux éleveurs hésitants de participer car cela ne peut que les conforter dans leur idée, et c’est gratuit ! »

 

Nous recherchons des éleveurs prêts à optimiser leur organisation du travail !

vignette temps travail

BCEL Ouest est partenaire d’un projet financé par le CNIEL portant sur l’élaboration de références sur le temps de travail en élevage laitier combinant données numériques et données d’enquêtes en ferme.

L’étude nécessite l’engagement de 10 éleveurs pendant 1 an.

Vos bénéfices

  • Quantifier son temps de travail pour améliorer ses performances sociales et technico-économiques
  •  Approcher un coût de production réel en incluant le coût de la main-d’œuvre
  •  Mettre en évidence les pics de travaux sur l’année afin de mieux gérer les tâches chronophages

L’étude s’appuie sur :

  • La méthode du « Bilan travail » (INRAE-IDELE) : elle se compose de questions qualitatives sur le ressenti, les conditions et la pénibilité au travail des éleveurs
  • Une application smartphone APTIMIZ qui permet de mesurer automatiquement le temps de travail des éleveurs via la géolocalisation (ne nécessite pas d’internet, étude financée par le CNIEL, application automatisée)

La deadline du recrutement est fixée à fin mars.

Ce projet vous intéresse ?

Contactez Robin LE NOZACH au 06.37.34.49.04

Venez aux nouvelles lors des Rencontres Eleveurs !

vignette RDV

Pour la première fois, avant même le rapprochement du 1er juillet, BCEL Ouest, EVOLUTION, GDS Bretagne et COPAVENIR organisent ensemble leurs rencontres annuelles.

L’occasion pour vous de venir échanger avec vos représentants élus et poser toutes vos questions sur le projet de future coopérative.

Vous allez recevoir dans les prochains jours / semaines les invitations papier dans vos boîtes aux lettres.

Pour ceux qui le souhaitent, vous pouvez vous inscrire dès à présent !

Post rencontres éleveurs

MODALITES / CONTEXTE SANITAIRE

L’inscription est obligatoire : il vous suffit d’appeler le 02.30.06.15.15 ou via le formulaire disponible à cette adresse : http://rencontres.innoval-elevage.fr.

Une fois que vous aurez entré votre numéro EDE, vous verrez apparaître la date de la rencontre et le lieu auquel vous êtes invité en fonction de votre commune de résidence.

En cas de changement de date ou de lieu lié au contexte sanitaire, vous serez averti par SMS (si vous êtes inscrits).

Ces journées peuvent se tenir en présentiel car nous nous sommes engagés auprès des lieux au strict respect des consignes sanitaires. Au nom du collectif, merci à chacun de votre vigilance  !

Au plaisir de vous voir bientôt !

PCAEA, c’est reparti !

formation-expertise-batiment-p29-1

Les nouveaux appels à projet PCAEA sont en ligne , avec les 2 appels classiques :

Modernisation des bâtiments et équipements associés des exploitations agricoles

Mesure 4 : Investissements physiques – type d’opération 411b

https://www.europe.bzh/jcms/prod_346659/fr/modernisation-des-batiments-et-equipements-associes-des-exploitations-agricoles

Soutien aux investissements agricoles d’économie d’énergie, de limitation des gaz à effet de serre

Mesure 4 : Investissements physiques – type d’opération 412

https://www.europe.bzh/jcms/prod_346674/fr/soutien-aux-investissements-agricoles-d-economie-d-energie-de-limitation-des-gaz-a-effet-de-serre

Et un nouveau dispositif :

Un dispositif 411 « Pacte Biosécurité bien-être animal ». Il s’agit d’une des mesures du plan de relance national qui vise à soutenir les investissements permettant de renforcer la prévention des maladies animales et d’assurer une amélioration des conditions d’élevage au regard du bien-être animal. Il s’adresse à toutes les filières animales.

Pour ce dispositif, le plancher des dépenses éligibles est fixé à 8 000 € HT, le plafond à 200 000 € HT, 250 000 € HT pour un GAEC à 2 associés, 280 000 € HT pour un GAEC à 3 associés ou plus.

Le taux d’aide de base est de 25 %.

La mise en œuvre de ce dispositif de soutien à l’investissement est régionalisée et se fait via le plan de Compétitivité et d’Adaptation des Exploitations Agricoles (PCAEA). Sur les 98 millions d’euros fléchés sur cette mesure, la Bretagne s’est vue attribuer 13,7 millions d’euros, pour les deux années 2021 et 2022.

En 2021, l’appel à projets Pacte biosécurité bien-être animal est ouvert de façon continue jusqu’au vendredi 29 octobre 2021, avec une sélection des dossiers tous les 2 mois.

Autres nouveautés :

  •  L’appel à projets 411b qui vient d’ouvrir concerne toutes les filières animales contrairement à 2020
  •  Des nouveaux investissements éligibles en 412 :
    • Installation solaire photovoltaïque agricole sur toiture ou au sol (type tracker) valorisant l’énergie en autoconsommation totale (remplace l’appel à projet spécifique photovoltaïque en autoconsommation de la Région)
    • Couverture étanche de fosse d’effluents d’élevage avec combustion des gaz et/ou valorisation énergétique (en autoconsommation).

Pour les dispositifs 411b et 412, la date de clôture des appels à projets est fixée au 23 avril 2021, sans délai supplémentaire pour la complétude des dossiers.

Attention : tous les dossiers déposés avant le 19 mars bénéficieront d’une pré instruction par les services instructeurs pour vérification de la complétude. Si certains justificatifs manquent au dossier, les porteurs de projets pourront le compléter en transmettant les pièces manquantes EN UNE SEULE FOIS à la DDTM AVANT le 23 avril.

Pour les dossiers déposés après le 19 mars, la vérification de la complétude ne sera pas faite avant la date de clôture de l’appel à projets, c’est-à-dire le 23 avril. Tout dossier déposé incomplet après le 19 mars 2020 sera donc classé inéligible.

Renseignements et réalisation des dossiers auprès des conseillers bâtiments / IC de BCEL Ouest.

Pour les 3 appels à projets ouverts, dépôt des dossiers et instruction : DDTM.

Le lactose, un indicateur saisonnier !

vignette lactose

Le lactose est un constituant du lait, produit au niveau des lactocytes, à partir du glucose disponible au niveau sanguin. Il est ainsi un indicateur de la disponibilité du glucose (60 % du glucose est normalement orienté vers la production laitière) et donc de l’état nutritionnel de la vache. Il trace aussi les arbitrages d’utilisation par la femelle principalement entre la production laitière et le système immunitaire.

Une étude conduite cet automne a montré que les valeurs de lactose évoluaient au cours de l’année (elles sont plus hautes en hiver qu’en été par exemple), en lien avec la ration ingérée par les vaches, et des données de production.

En effet, les données montrent que plus la ration est riche en énergie (par de maïs plus importante, fourrage de meilleure qualité, présence de concentrés, …), et plus la vache produit du lactose, ce qui est logique du fait de l’origine du lactose (glucose). De même, plus le niveau de production est important, plus le nombre de vaches présentant des valeurs élevées est important.

Ainsi, l’analyse croisée de l’évolution du lactose et de la production de lait sur la période novembre-janvier peut servir d’indication de la stabilisation des nouveaux maïs récoltés.

lactose

Cette analyse a également permis d’établir des références selon la période de l’année et le profil de ration.

N’hésitez pas à en discuter avec votre conseiller.

Des aides à l’accessibilité des animaux à de nouvelles parcelles de pâturage

vignette aides

Le Conseil départemental du Finistère propose des aides aux exploitations finistériennes pour l’accessibilité des animaux à de nouvelles parcelles.

Destinataires

Exploitations finistériennes

Nature des opérations subventionnables

  • Aide à la réalisation de chemins d’accès à de nouveaux pâturages, afin d’augmenter la part d’herbe pâturée dans l’alimentation du cheptel, et d’améliorer l’autonomie fourragère et protéique de l’exploitation.
  • Chemins, hors BVAV, en complément des aides proposées par les autres financeurs publics (boviducs financés dans les cadre des AAP régionaux ; chemins également financés sur les BVAV. Prise en compte au cas par cas de tels investissements en cas d’absence d’autres financements publics pour des projets exemplaires).

Conditions de recevabilité

Le demandeur doit faire réaliser par un(e) conseiller(e) un diagnostic chemin où figure :

  • le plan et le linéaire de chemin créé
  • des indicateurs d’évolution du système (surface d’herbe pâturée totale et par animal avant et après aménagement).

Priorités d’intervention :

  • dispositif d’aide ouvert en priorité aux exploitations agricoles engagées dans une démarche « agro-environnementale et climatique » contractualisée (MAEC SPE, MAE Bio …) et aux exploitations faisant évoluer significativement la surface herbagère pâturable
  • sélection des dossiers possible selon ces priorités

Trois conseillers BCEL Ouest sont agréés pour réaliser les diagnostics :

  • Eric LOAEC > Nord Finistère > 06.37.61.75.90
  • Gaëtan PLOTEAU > Sud Finistère > 06.37.57.58.11
  • Denis GLORENNEC > Elevages robotisés > 06.24.85.12.50

Constitution du dossier

Pour la constitution du dossier de demande d’aide, prendre contact avec le Service agriculture, Foncier, Aménagement du Conseil départemental : Tél. : 02 98 76 24 06 / 02 98 76 26 61
Courriel : agriculture@finistere.fr, qui précisera les éléments à fournir et le lieu de dépôt du dossier.

Plus d’informations ici.

Stratégie, Système et Economie

Sans titre-3

Vous souhaitez réaliser un bilan technico-économique complet de votre exploitation avec des indicateurs fiables et des conseils avisés ?

La prestation

Nos consultants stratégie-système réalisent avec vous une analyse complète de votre système de production. Ils mettent en relation vos résultats techniques de l’Odit Lait et économiques du dossier de gestion à l’échelle de l’exploitation. Ce bilan comprend l’analyse objective de la cohérence de votre système en fonction de vos objectifs, projets et contraintes.

Des indicateurs de pilotage essentiels vous sont alors présentés :

  • Marge brute de l’atelier lait et prix de revient des génisses
  • Cout de production de l’atelier lait (charges opérationnelles et de structures)
  • Prix d’équilibre Lait et Exploitation
  • Approche travail en élevage
  • Indicateurs de cohérence du système : chargement, assolement, valorisation des ressources …

Suite à la mise en exergue de ces indicateurs, nos consultants analyseront votre projet et discuteront avec vous du plan d’actions envisageable pour vous guider dans votre changement de système ou dans une démarche d’amélioration de vos résultats technico-économiques.

Pour aller plus loin, ils pourront également vous accompagner dans les démarches de réflexion projet et simulations d’impacts de nouveaux investissements.

Les modalités

  • Entretien sur les objectifs, projets et motivations préalable à l’analyse des résultats
  • Saisie des résultats comptables et éléments techniques d’analyse du système
  • Analyse des résultats technico-économiques en lien avec l’O’dit Lait
  • Discussion sur la cohérence de votre projet et les leviers technico-économiques
  • Élaboration d’un plan d’action

Les + DE BCEL OUEST

  • Expertise : Des consultants expérimentés avec de multiples compétences : économique, zootechnique, systémique
  • Efficacité : Une valorisation complète des données déjà recensées par tous les services de BCEL Ouest
  • Neutralité: Un conseil neutre et professionnel
  • Durabilité: Un suivi possible du plan d’action en relation avec le conseiller référent pour de meilleurs résultats

 LogoOditstrateco

 

Nouveauté : une offre Système et Cultures pour maîtriser l’utilisation des produits phytosanitaires

Offre système culture

Dans le cadre de la loi EGALIM et à compter de 2021, les éleveurs devront disposer d’un conseil stratégique élaboré sur la base d’un diagnostic du système d’exploitation, intégrant des conseils visant à maîtriser l’utilisation des produits phytosanitaires. Afin d’accompagner les exploitants dans cette transition, BCEL Ouest a décidé de déployer une offre de conseil « Système et Cultures ».

Un contexte réglementaire

Le Ministère de l’agriculture, à travers la loi EGALIM, souhaite inciter à la réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires. Depuis le 1er janvier 2021, le conseil et la vente de produits phytosanitaires doivent être bien séparés. Cela implique, pour les exploitants, l’obligation de souscrire à un conseil stratégique 2 fois tous les 5 ans, en vue de la mise en place de méthodes alternatives de production pour réduire l’utilisation des produits phytosanitaires. L’objectif final est de réduire l’impact de ces produits sur l’environnement et la santé des utilisateurs.


Si vous devez renouveler votre Certiphyto en janvier 2021, vous devrez bénéficier de 2 conseils avant janvier 2026. Dans le cas où vous venez de le renouveler en décembre 2020, il n’y aura qu’un seul conseil à suivre d’ici décembre 2025.


Un accompagnement dans la transition vers la réduction des produits phytosanitaires

Dans ce nouveau cadre, seuls les conseillers agréés, indépendants de la vente de produits phytosanitaires pourront proposer ce type de conseil stratégique. C’est notamment le cas de BCEL Ouest, qui, afin de vous accompagner dans cette transition, vous proposera dès 2021 une nouvelle offre conseil en Système et Cultures.

bandeau offre système cultures

L’objectif de cette offre ? Vous apporter un diagnostic global de leur système de cultures et réduire l’utilisation des produits phytosanitaires par la proposition concrète de méthodes alternatives adaptées à votre exploitation. Des indicateurs de suivi adaptés seront choisis en commun : IFT, rendements, marges, …

Des outils spécifiques en relation avec le suivi de votre élevage

Cette offre s’appuiera sur des outils que vous connaissez déjà bien : « Mes P@rcelles » sur le dossier végétal, « O’dit Strat éco » pour l’approche globale de l’élevage, plus quelques développements spécifiques d’anticipation des besoins fourragers et de gestion des rotations.

bandeau logiciels

Une offre en continuité des services proposés par BCEL Ouest

Cette nouvelle offre conseil en Système et Cultures est la suite logique de ce que propose déjà BCEL Ouest. En effet, l’entreprise met déjà en œuvre depuis plus de 10 ans un conseil Système pour optimiser les productions et est déjà présent sur le volet des cultures à travers l’analyse de système fourrager, la fertilisation, la PAC et les aides MAEC.

L’objectif de BCEL Ouest est d’accompagner l’ensemble des exploitants et plus particulièrement les éleveurs laitiers vers une agriculture moins dépendante des produits phytosanitaires, lorsque c’est réalisable. Ainsi, partir d’une approche globale du système fourrager et de culture est le moyen le plus efficace de répondre aux attentes sur le sujet et de faire évoluer les pratiques.

Plan de Relance : des aides directes pour accompagner les projets individuels des agriculteurs

vignette plan de relance

Le Plan de Relance National commence à se décliner et comporte des actions de subventionnement direct aux exploitants agricoles. Il sera régulièrement remis à jour. Il est ouvert sur la période 2021 à 2022. Pour plus d’informations : https://draaf.bretagne.agriculture.gouv.fr/Appels-a-projets

Une aide aux légumineuses fourragères

Informations : https://www.franceagrimer.fr/Accompagner/PLAN-DE-RELANCE/Le-plan-proteines-vegetales/

Une aide pour améliorer ou substituer les traitements phytosanitaires et les épandages d’effluents

modèle charte

 D’autres dispositions en faveur de l’agro-écologie

modèle charte

Rencontres Nutrition : bilan de la 10ème édition

rencontres-nutrition-logo

Près de 1 500 analyses ont été effectuées cette année pour la 10ème édition des Rencontres Nutrition, dont 817 analyses de maïs ! Voici ce qui en résulte :

La valeur alimentaire des maïs (INRA 2018)

La teneur en matière sèche moyenne du maïs 2020 est de 32,6 %, ce qui est un niveau favorisant une bonne ingestion et conservation de l’ensilage. Des ensilages de maïs digestibles avec une dMO moyenne de 72,4% soit 0,4 point de moins que l’année 2019. Cette digestibilité satisfaisante est due en partie à la digestibilité de la plante : pas de stress particulier en 2020 qui aurait fortement pénalisé cette dMO.
La teneur en MAT reste faible avec 68 g / kg MS, il faudra donc être vigilant sur la complémentation azotée de ces ensilages, en s’appuyant sur le critère BPR.
La teneur en amidon est de 31,3%. Cette baisse relative du niveau d’amidon s’explique dans certaines situations par un effet dilution lié au rendement (ratio grain / tige).
La valeur UFL table est sensiblement identique à 2019.

teneur-ms

 

mais-2020

 

Une visioconférence sur le thème de l’ajustement des rations

En complément, BCEL Ouest a organisé une visioconférence sur le thème du rationnement des troupeaux en hiver. En s’appuyant sur les profils et les valeurs des ensilages de maïs 2020 analysés, l’objectif était d’apporter nos conseils pour ajuster au mieux les rations.

Pour visionner le replay de cette visioconférence, cliquez ici.

MAG Eleveurs Décembre 2020

icone-mag1220

Consultez le MAG Eleveurs de Décembre 2020 !

Nouvelle offre conseil : témoignage en vidéo

icone-elev-raguenes

Découvrez le témoignage de Bertrand Raguénès sur la nouvelle offre conseil en vidéo :

Vous êtes intéressé ?
Retrouvez plus d’informations sur l’offre sur-mesure Suivi Génisses
et l’offre sur-mesure Suivi Pâturage.

Retour sur les journées 3R

icone-3r

logo-3RLes 2 et 3 décembre derniers se tenait l’édition 2020 des journées 3 R (Rencontres autour des Recherches sur les Ruminants). Lors de cet événement totalement numérique, plusieurs collaborateurs de BCEL Ouest ont présenté leurs recherches effectuées sur différents thèmes.

Retrouvez ci-dessous toutes les informations concernant ces recherches ainsi que les synthèses associées sous forme de posters.

Observatoire des mycotoxines :
En partenariat avec Eilyps, Yannick SAILLARD et Manon JATTIOT apportent des résultats de la 1ère année sur les quantités des principales mycotoxines que l’on retrouve en élevage. 150 élevages de BCEL Ouest sont impliqués dans la démarche, pour 3 ans. Plus d’informations ici : https://www.observatoire-mycotoxines.com/

Description des lésions podales des VL suite au parage fonctionnel et recherche de facteurs de risque individuels notamment liés au métabolisme :
Travail effectué par Marion GALMICHE, ancienne stagiaire BCEL Ouest encadrée par Yannick SAILLARD. Il s’agissait de faire un état des lieux sur les lésions podales, et d’identifier les facteurs de risques individuels liés à l’apparition de ces lésions.

Description des lésions podales des VL suite au parage fonctionnel et recherche de facteurs de risque liés à la conduite troupeau, notamment alimentaires :
Travail identique que le poster ci-dessus, à l’échelle, cette fois-ci, du troupeau.

Valorisation des données santé en élevages bovins laitiers en Bretagne :
Fabien VAILLANT et Yannick SAILLARD ont collaboré sur cette étude, avec le soutien de Manon JATTIOT pour la rédaction du poster. Celui-ci fait un état des lieux des différentes maladies enregistrées en élevage afin d’identifier des facteurs de risques et les impacts de ces maladies.

Analyse sur une base de données de l’évolution des données cellulaires autour du tarissement des vaches laitières dans l’objectif de sécuriser la pratique d’un tarissement sans antibiotique :
Recherches effectuées par Lucie POUCHARD lors de son stage à BCEL Ouest, sur la dynamique d’évolution des taux leucocytaires des vaches laitières suite au tarissement, notamment en lien avec des profils de vache, et d’identifier des facteurs de risques associés à cette dynamique.

Capitaliser l’expérience d’animateurs de groupes d’éleveurs qui utilisent les médecines alternatives
Dans le cadre de ses missions comme conseillère référente autour des Méthodes Alternatives et du suivi de groupes d’éleveurs, Emilie ROHOU a été impliquée dans un projet conduit par l’Idele. L’objectif était de mettre en avant l’importance de l’accompagnement des éleveurs au sein de groupes d’échanges sur les « Méthodes Alternatives ». Emilie apporte son témoignage vidéo à cette présentation au cours de laquelle elle avait pu répondre en direct aux questions.

Déficit énergétique chez la vache laitière : indicateurs utilisés et niveau de sensibilisation des éleveurs et accompagnants techniques
Matthieu BLANCHET, conseiller d’élevage à BCEL Ouest, a participé à la présentation d’un travail conduit dans le cadre de son activité étudiante précédente à l’Agro Campus de Rennes en 2019. Des enquêtes ont été réalisées auprès de 67 éleveurs laitiers et 14 accompagnants techniques afin de comprendre la perception du déficit énergétique, recenser les indicateurs utilisés et faire un état des lieux des pratiques mises en place.

Projet de rapprochement

icone-rapprochement

Les présidents de BCEL Ouest, Evolution, GDS Bretagne et Copavenir présentent le projet de rapprochement en vidéo.

Nouvelle offre conseil : un premier témoignage éleveur

icone-earl-quintin

Dans le cadre de la nouvelle offre conseil,
l’EARL Quintin a choisi l’offre PERFORMANCE. Témoignage.

banniere-earl-quintin

Pourquoi avoir choisi cette offre ?

Lorsque j’ai installé un robot dans mon exploitation, je pensais que les analyses tank de la laiterie me suffiraient. Au fur et à mesure, je ressentais le besoin d’un suivi sur l’alimentation et le coût alimentaire, au-delà de l’aspect technique ; j’avais besoin également de repères sur la dimension économique. J’étais accompagné par un nutritionniste autre que BCEL Ouest et mon technicien d’aliment, mais j’étais un peu perdu.  Au bout d’un an, l’objectif n’était pas atteint, avec une baisse de concentrés et de production. J’avais réellement besoin d’un conseil technique et économique pour mon troupeau. BCEL Ouest m’a alors proposé l’offre PERFORMANCE, avec un suivi technico-économique de l’alimentation et de mes vaches. Cela correspondait à mes attentes.

Qu’est-ce qui vous a plu dans la proposition de service ?

La complémentarité entre la technique et l’économique m’intéresse, surtout. Il y a aussi plusieurs critères d’évolution pris en compte, des améliorations sur plusieurs postes (renouvellement, système fourrager….) qui sécurisent ma conduite d’élevage et mon système de production.

Quelles sont vos premières impressions ?

Cette offre correspond à mes attentes. Je suis confiant sur les critères mis en place, on va réussir. Chacune de mes questions trouve une réponse, c’est pertinent et rassurant. Les axes à améliorer ont été déterminés, j’ai vu ce que je pouvais y gagner. Tout cela m’aide à être plus serein.

Comment percevez-vous cette évolution de l’offre de conseil ?

Cela n’a plus à rien à voir avec ce qui était proposé précédemment. Avec la nouvelle offre conseil, je trouve une réponse à l’ensemble de mes objectifs, pas uniquement à la baisse du coût alimentaire.

Vous êtes intéressé par l’offre PERFORMANCE ?
Découvrez plus d’informations la concernant ici.

Appel à candidature PCAEA 2021

icone-batiment-candidature

L’Europe et la région Bretagne renouvellent les aides à l’investissement « Plan de Compétitivité et d’Adaptation des Exploitations Agricoles » entre décembre 2020 et avril 2021. Ces aides s’appliquent comme précédemment à la construction et l’équipement des stabulations bovines suivant des plafonds d’investissements (taux de base 25 %). Le respect de la directive nitrate et la tenue d’une réunion d’ouverture de chantier sont exigés.

Pour tout renseignement, n’hésitez pas à contacter
les conseillers bâtiments-IC de BCEL Ouest
à l’adresse accueil@bcel-ouest.fr.

modèle charte

Renouvellement : de 1 200 à 2 000 € pour produire une génisse

icone-étude-génisses

Découvrez une étude réalisée par BCEL Ouest sur les coûts d’élevage des génisses.

COVID-19 – Soyons vigilants ensemble !

logo-popup

Des mesures pour assurer la sécurité et la santé de tous !

Une nouvelle formule pour les Rencontres Nutrition

2image-RN2020

Cette année, nous proposons une évolution des Rencontres pour vous accompagner au mieux dans l’analyse de vos fourrages. Découvrez les Rencontres Nutrition sous un nouveau format, à partir du 20 octobre prochain.

COMMENT PROCÉDER ?

1. Vous déposez vos échantillons de fourrages sur l’un des points de collecte. (Voir calendrier ci-dessous).
2. Vous recevez vos résultats d’analyse quelques jours plus tard sur votre extranet, aux nouvelles normes INRA 2018.
3. Vous bénéficiez en complément d’une expertise technique lors d’une conférence interactive, qui se déroulera au début du mois de décembre.

ANALYSES POSSIBLES

• Ensilage de maïs stabilisé (3 semaines)
• Ensilage d’herbe (graminées, prairies – maxi 50 % de légumineuses)
• Enrubannage (graminées, prairies – maxi 50 % de légumineuses)
• Luzerne : foin / enrubannage
• Foin de graminées et légumineuses (maxi 50 %)
• Rations complètes ou semi-complètes

CONSULTEZ LE CALENDRIER

Retrouvez-nous du 20 octobre au 30 novembre sur 18 points de collecte, répartis en 2 sessions. Découvrez la première session de collecte ci-dessous. Une deuxième session de collecte sera proposée à partir de mi-novembre.

carte RN 2020- premiere sessionLIGHT

MAG Eleveurs Septembre 2020

MAG SEPTEMBRE 2020-icone

Consultez le MAG Eleveurs de Septembre 2020 !

Une nouvelle offre conseil au service de votre élevage

nouvelle-offre-image

Dans un contexte de fortes évolutions et d’incertitudes, la profession agricole fait preuve d’une grande capacité d’adaptation. Agilité et innovation sont les maîtres mots d’aujourd’hui. C’est pour continuer à accompagner cette mutation que l’offre de conseil à BCEL Ouest évolue. Après 2 ans d’échanges avec les éleveurs, de recherches et d’analyses, BCEL Ouest vous propose aujourd’hui une nouvelle offre en conseil entièrement refondue et orientée sur l’atteinte des résultats techniques et économiques définis dans le cadre de votre stratégie d’élevage et portés par un plan d’actions personnalisé construit avec votre référent.

Cette nouvelle offre conseil s’appuie également sur de nouvelles modalités d’intervention qui s’adaptent à vos contraintes, et non l’inverse !

Notre priorité ? Personnaliser le conseil en fonction de vos objectifs et de votre stratégie, afin de vous accompagner dans le pilotage de votre exploitation pour la réussite de vos projets.

Cette nouvelle offre en conseil, conçue pour :

segmentation

PROPOSER UNE GAMME DE SERVICES VARIÉE
• Sept offres de conseil avec des actions bien distinctes
• Des compétences adaptées à vos attentes
• Une offre disponible à la carte

personnalisation
PROPOSER UNE OFFRE PERSONNALISÉE

• 100 % personnalisable
• Des alertes mensuelles à l’accompagnement de projet
• Des offres sur-mesure pour s’adapter à vos besoins spécifiques

engagement
RECONNAÎTRE VOTRE ENGAGEMENT
• Avantage service
• Remise fidélité

 

Découvrez nos nouvelles offres :
Offre Essentiel | Offre Sécurité | Offre Confort | Offre Performance

banniere-offre

Des offres Consulting pour approfondir un thème

Offre Essentiel

image-essentiel

Vous souhaitez avoir un regard sur les principaux repères chiffrés de votre exploitation ? Avoir un regard extérieur ponctuel sur votre troupeau ?

Offre Sécurité

image-securite

logo-offre-sécurité

Vous souhaitez avoir des repères pour piloter sereinement votre exploitation ? Un regard extérieur régulier sur votre troupeau ? Vous avez pour objectif de sécuriser votre production de lait en maîtrisant les stocks fourragers ?

banniere-sécurité

Descriptif de la prestation

Avec l’offre Sécurité, vous bénéficiez d’un suivi régulier de votre élevage grâce à l’intervention d’un de nos conseillers d’élevage.

Il réalise avec vous le tour du troupeau afin de s’assurer du bon état corporel des animaux, de l’équilibre de la ration tout en étant vigilant sur les animaux en croissance.

Dans l’objectif de sécuriser votre élevage, un suivi des stocks est réalisé régulièrement pour assurer une gestion efficiente des stocks de fourrage. La gestion de vos effectifs et des volumes de production vous permet de vous sécuriser la livraison du volume de lait objectif annuel.

En complément du suivi réalisé par votre conseiller d’élevage, l’intervention d’un conseiller d’exploitation tous les trois ans vous permet de disposer d’une approche globale de votre élevage et d’identifier ainsi des axes de travail à long terme et de conforter ou réinterroger vos orientations stratégiques.

Indicateurs Lait

  • Inclus dans l’offre collecte de données : TB, TP, Leucocytes
  • Inclus dans l’offre conseil : Acides Gras du lait
  • En option : UrééNOV, LactoNOV, Cétodétect (gestion de l’acétonémie), Gestadétect (constat de gestation à partir de l’échantillon de lait), Douve

Les modalités

  • Vous définissez avec votre conseiller le rythme des sessions de conseil
  • Des visites en présentiel couplées ou non avec la collecte de données
  • Un conseiller d’exploitation intervient une fois tous les trois ans pour réaliser une analyse technico-économique de votre élevage (Approche globale)
  • Un compte-rendu informatisé est rédigé et disponible sur l’Extranet

Les + outils

outils-sécurité

Les offres « sur-mesure »

offres surmesure

Les + de BCEL Ouest

  • Fiabilité: BCEL Ouest produit des références sur la conduite d’élevage et des marges lait valorisées au  niveau régional
  • Proximité : des journées techniques régulières sur l’année et la possibilité de réaliser des analyses fourrage
  • Indépendance : des conseils objectifs pour améliorer vos résultats techniques
  • Innovation : du conseil de précision grâce à des outils innovants comme les Acides gras du lait

Offre Confort

image-confort

logo-confort

Vous souhaitez avoir un regard extérieur sur les performances de vos animaux ? Travailler avec des indicateurs techniques pour piloter efficacement votre troupeau ?

banniere-confort

Descriptif de la prestation

Avec l’offre Confort, vous vous assurez d’un suivi technique pointu régulier de votre élevage, mais aussi modulable au regard de la saisonnalité de vos besoins, grâce à l’intervention d’un de nos conseillers d’élevage. Pour gagner en réactivité et s’adapter aux besoins de votre élevage, vous pouvez solliciter, ponctuellement ou de manière récurrente, un suivi conseil à distance par téléphone, mail ou visioconférence.

Le conseiller d’élevage réalise une analyse technique complète de votre élevage en optimisant l’alimentation du troupeau, la qualité du lait et la reproduction grâce à des outils modernes et un regard approfondi sur votre élevage.

La rentabilité des animaux étant incontournable aujourd’hui, votre conseiller analyse tous les mois la marge sur coût alimentaire.

En complément du suivi réalisé par votre conseiller d’élevage, l’intervention d’un conseiller d’exploitation tous les trois ans vous permet de disposer d’une approche globale de votre troupeau dans le but d’identifier les axes de travail à long terme et de conforter ou réinterroger vos orientations stratégiques ainsi que le plan d’actions à mettre en place avec votre conseiller d’élevage.

Indicateurs Lait

  • Inclus dans l’offre collecte de données : TB, TP, Leucocytes
  • Inclus dans l’offre conseil : Acides Gras du lait
  • En option : UrééNOV, LactoNOV, Cétodétect (gestion de l’acétonémie), Gestadétect (constat de gestation à partir de l’échantillon de lait), Douve

Les modalités

  • Vous définissez avec votre conseiller les objectifs à atteindre. Votre conseiller vous propose un plan d’actions détaillé avec les moyens à mettre en oeuvre pour y répondre.
  • Des visites en présentiel et des sessions à distance sont possibles, couplées ou non avec la collecte de données
  • Deux niveaux de prestation sont disponibles selon vos besoins et les résultats à atteindre:
    • Niveau 1 : première approche pour répondre à vos objectifs
    • Niveau 2 : pour aller plus loin et manière plus régulière
  • Un conseiller d’exploitation intervient une fois tous les trois ans pour réaliser une analyse technico-économique de votre élevage (Approche globale)

Les + outils

outils-confort

Les offres « sur-mesure »

offres surmesure

Les + de BCEL Ouest

  • Réactivité: Du e-conseil pour vous répondre rapidement par téléphone, mail ou en visio
  • Proximité : Des journées techniques régulières sur l’année et la possibilité de réaliser des analyses fourrage
  • Expertise : La possibilité de faire intervenir un de nos experts sur des thématiques variées qui répondent à vos besoins
  • Innovation : Du conseil de précision grâce à des outils innovants comme les Acides gras du lait

Offre Performance

image-performance

logo-performance

Vous souhaitez avoir un regard expert sur les performances de votre entreprise ? Travailler avec des indicateurs techniques et économiques pour juger de l’efficacité de votre système ? Vous avez pour objectif d’avoir une approche experte technico-économique pour prendre les bonnes orientations et décisions ?

banniere-performance

Descriptif de la prestation

Avec l’offre Performance,  vous bénéficiez d’un suivi personnalisé de votre élevage grâce à l’intervention d’un de nos conseillers d’exploitation qui construit un plan d’actions adapté à votre stratégie d’élevage. Pour gagner en réactivité et s’adapter aux besoins de votre élevage, vous pouvez solliciter, ponctuellement ou de manière récurrente, un suivi conseil à distance par téléphone, mail ou visioconférence.

Si vous êtes convaincu que l’amélioration de vos résultats passe aussi par le partage d’expérience, vous pourrez également participer aux séances de conseil collectif organisées par votre conseiller avec d’autres éleveurs confrontés à des problématiques similaires aux vôtres.

Le regard du conseiller d’exploitation sur le troupeau est axé sur la performance technico-économique grâce à des outils innovants qui permettent de calculer des indicateurs économiques comme le prix d’équilibre, le coût de distribution de votre ration ou encore la rentabilité individuelle de vos animaux.

Un accompagnement spécifique sur l’élevage de la génisse vous est proposé afin d’optimiser l’âge au vêlage et les démarrages en lactation.

Vous identifiez chaque année avec votre conseiller les axes de travail et les actions à mettre en place dans votre élevage. Pour vous permettre d’aller encore plus loin, l’un de nos experts peut intervenir sur des thématiques très diverses : bâtiment, boiterie, qualité du lait, conseil stratégique, … lors d’un audit d’une demi-journée.

Indicateurs Lait

  • Inclus dans l’offre collecte de données : TB, TP, Leucocytes
  • Inclus dans l’offre conseil : Acides Gras du lait
  • En option : UrééNOV, LactoNOV, Cétodétect (gestion de l’acétonémie), Gestadétect (constat de gestation à partir de l’échantillon de lait), Douve

Les modalités

  • Vous définissez avec votre conseiller les objectifs à atteindre. Votre conseiller vous propose un plan d’actions détaillé avec les moyens à mettre en œuvre pour y répondre.
  • Des visites en présentiel et des sessions à distance sont possibles, couplées ou non avec la collecte de données
  • Deux niveaux de prestation sont disponibles selon vos besoins et les résultats à atteindre:
    • Niveau 1 : première approche pour répondre à vos objectifs
    • Niveau 2 : pour aller plus loin et de manière plus régulière
  • Vous bénéficiez d’une visite par l’un de nos experts en lien avec les axes d’amélioration définis dans le plan d’action (une fois tous les trois ans)
  • Des sessions de conseil en collectif à l’initiative de votre conseiller sur des sujets définis avec un groupe d’éleveurs

Les + outils

outils-performance

Les offres « sur-mesure »

offres surmesure

Les + de BCEL Ouest

  • Réactivité: Du e-conseil pour vous répondre rapidement par téléphone, mail ou en visio
  • Proximité : Des journées techniques régulières sur l’année et la possibilité de réaliser des analyses fourrage
  • Expertise : La possibilité de faire intervenir un de nos experts sur des thématiques variées qui répondent à vos besoins
  • Innovation : Du conseil de précision grâce à des outils innovants comme les Acides gras du lait

Offre Consulting Robonov – Conseil en automatisation

image-robonov

Offre Robonov

Vous souhaitez être conseillé depuis la réflexion de votre projet, à la mise en route de votre automate, jusqu’au suivi régulier ? Bénéficier d’une analyse et valorisation des données générées au quotidien dans votre élevage ?

banniere-robonov

Une démarche globale

Nos consultants s’appuient à la fois sur la connaissance zootechnique des élevages laitiers et sur leur expertise en robot de traite pour apporter un éclairage pertinent adapté.

Nous vous proposons une approche globale de votre exploitation afin de définir des axes de travail et cibler au mieux votre demande. Nous travaillons ensemble pour mettre en place un plan d’actions permettant d’atteindre les objectifs techniques et économiques. Nous vous proposons des prestations sur mesure : à la journée, sur une demi-journée, des contrats annuels et pluriannuels.

Je suis concerné par l’offre Robonov si :

  • j’ai robotisé la traite

• J’ai besoin d’être accompagné dans la définition et la mise en place de mon projet
• Je veux exploiter les données quotidiennes pour manager mon troupeau

  • j’ai automatisé l’alimentation

• Je veux optimiser mon efficacité alimentaire
• Je souhaite analyser ma ration

  • j’ai un système d’analyseurs à la ferme

• Je veux un appui renforcé sur les données et indicateurs liés à la prévention santé
• Je souhaite avoir un regard extérieur sur la définition des alertes

  • j’ai automatisé l’identification des vaches

• Je souhaite maximiser la détection des vaches en chaleur
• Je veux faciliter le tri des vaches de mon troupeau

Descriptif de la prestation

prestation-robonov

Les modalités

  • Différentes formules d’accompagnement sont disponibles : de 2 à 10 interventions en présentiel ou à distance
  • Deux niveaux de prestation sont disponibles selon vos besoins et les résultats à atteindre :
    > Niveau 1 = première approche pour répondre à vos objectifs
    > Niveau 2 = pour aller plus loin et de manière plus régulière. Cela peut également permettre de s’adapter aux spécificités de l’élevage.
  • Des sessions de conseil en collectif à l’initiative de votre consultant sur des sujets définis avec un groupe d’éleveurs
  • Edition d’une newsletter dédiée

Les + outils

outils-robonov

Les + de BCEL Ouest

  • Réactivité : Du e-conseil pour vous répondre rapidement par téléphone, mail ou en visio
  • Proximité : Des journées techniques régulières sur l’année et la possibilité de réaliser des analyses fourrage
  • Expertise : La possibilité de faire intervenir l’un de nos experts sur des thématiques variées qui répondent à vos besoins
  • Précision : Du conseil de précision grâce à des outils innovants comme les Acides gras du lait

Offre Consulting Maxinov – Conseil en nutrition animale

image-maxinov

logoMaxinov

Vous souhaitez améliorer l’efficacité de votre ration ? Vous souhaitez avoir un regard objectif et indépendant sur la ration de votre troupeau ? Vous souhaitez gérer au plus juste les risques métaboliques ?

banniere-maxinov

Une démarche globale

Nous vous proposons une approche globale de votre exploitation afin de définir des axes de travail et de cibler au mieux votre demande. Nous travaillons ensemble pour mettre en place un plan d’actions permettant d’atteindre les objectifs techniques et économiques. Nous vous proposons des prestations sur mesure : à la journée, sur une demi-journée, des contrats annuels et pluriannuels.

Descriptif de la prestation

Maxinov® aborde de multiples facettes de votre élevage, qu’elles soient techniques ou économiques :

prestation-maxinov

Zoom sur le suivi génisses

Le consultant BCEL Ouest vous guide depuis la naissance jusqu’au 1er vêlage, en s’appuyant sur des données chiffrées et en vous faisant bénéficier de son expérience terrain. Nous proposons des plans d’alimentation adaptés aux objectifs de croissance. Nous vous donnons des repères pour améliorer la conduite et le suivi quotidien de vos génisses : estimation de la qualité du colostrum (réfractomètre), mesure des tours de poitrine (barymètre et outil de valorisation).

Consulting MAXINOV-2

Les modalités

  • Différentes formules d’accompagnement sont disponibles : de 2 à 10 interventions en présentiel ou à distance
  • Deux niveaux de prestation sont disponibles selon vos besoins et les résultats à atteindre :
    > Niveau 1 = première approche pour répondre à vos objectifs
    > Niveau 2 = pour aller plus loin et de manière plus régulière. Cela peut également permettre de s’adapter aux spécificités de l’élevage ou de l’éleveur.
  • Vous pouvez bénéficier d’une visite par l’un de nos experts en lien avec les axes d’amélioration définis dans le plan d’action
  • Des sessions de conseil en collectif à l’initiative de votre consultant sur des sujets définis avec un groupe d’éleveurs
  • Edition d’une newsletter dédiée

Les + outils

outils-maxinov

Les + de BCEL Ouest

  • Réactivité: Du e-conseil pour vous répondre rapidement par téléphone, mail ou en visio
  • Proximité : Des journées techniques régulières sur l’année et la possibilité de réaliser des analyses fourrage
  • Expertise : La possibilité de faire intervenir un de nos experts sur des thématiques variées qui répondent à vos besoins
  • Précision : Du conseil de précision grâce à des outils innovants comme les Acides gras du lait

Offre Consulting Stratégie – Conseil en Stratégie

image-strategie

Offre Stratégie

Vous souhaitez un plan d’actions détaillé et jalonné, suivi régulièrement ? Un plan projet projeté sur plusieurs mois / années avec des simulations de résultats économiques ? Des comparaisons de groupe pour avoir des références ?

banniere-strategie

Une démarche globale

Nous vous proposons une approche globale de votre exploitation afin de définir des axes de travail et cibler au mieux votre demande. Nous travaillons ensemble pour mettre en place un plan d’actions permettant d’atteindre les objectifs techniques et économiques. Nous vous proposons des prestations sur mesure : à la journée, sur une demi-journée, des contrats annuels et pluriannuels.

Je suis concerné par l’offre STRAT€GIE si :

  • j’ai un projet d’installation

• J’ai besoin d’être accompagné dans la définition et la mise en place de mon projet
• Je souhaite être accompagné dans les premières années de mon installation

  • j’ai un projet de cessation ou de transmission

• J’ai besoin d’être accompagné pour piloter la cessation d’activité lait
• Je souhaite optimiser mon revenu et mon patrimoine

  • j’ai un besoin de coaching

• Je souhaite être accompagné dans le management pour optimiser l’efficience du travail
• J’ai besoin d’être coaché pour définir un plan d’actions de redressement
• Je souhaite piloter la stratégie de mon exploitation avec une vision prospective et prévisionnelle de mon prix d’équilibre

Descriptif de la prestation

prestation-strategie

Les modalités

  • Deux niveaux d’accompagnement sont disponibles selon vos besoins et résultats à atteindre : 4 ou 6 visites en présentiel ou à distance
  • Vous pouvez bénéficier d’une visite par l’un de nos experts en lien avec les axes d’amélioration définis dans le plan d’action
  • Des sessions de conseil en collectif à l’initiative de votre consultant sur des sujets définis avec un groupe d’éleveurs
  • Edition d’une newsletter dédiée

Les + outils

outils-strategie

Les + de BCEL Ouest

  • Réactivité: Du e-conseil pour vous répondre rapidement par téléphone, mail ou en visio
  • Proximité : Des journées techniques régulières sur l’année et la possibilité de réaliser des analyses fourrage
  • Expertise : La possibilité de faire intervenir l’un de nos experts sur des thématiques variées qui répondent à vos besoins
  • Précision : Du conseil de précision grâce à des outils innovants comme les Acides gras du lait

Offre sur-mesure Suivi Pâturage

image-paturage

Offre Suivi Pâturage

Vous souhaitez optimiser la gestion de l’herbe sur votre exploitation ? Dédier un temps spécifique à la gestion du pâturage lors des fortes périodes de pousse ? Vous avez pour objectif d’améliorer la valorisation de votre pâturage et en tirer profit ?

banniere-paturage

Descriptif de la prestation

Un conseiller se déplace sur votre exploitation toutes les 2 à 3 semaines sur une période allant de mars à septembre. Lors de chaque visite, un tour complet de vos pâtures en place est réalisé, avec des mesures.

Les principales thématiques abordées sont :

  • Mesure de la pousse d’herbe
  • Gestion du pâturage : mise à l’herbe, gestion des entrées et sorties, déprimage, fermeture des silos
  • Affouragement en vert
  • Choix des variétés
  • Aide et conseil sur la mise en place des paddocks

Les modalités

  • Des visites ciblées : vous définissez avec votre conseiller le rythme et l’espacement qui vous convient
  • Tour des parcelles avec mesures et valorisation
  • Un renforcement des passages sur la période de printemps est proposé
  • Un compte-rendu est produit lors de chaque visite
  • Cette option est disponible seule ou en complément d’une offre conseil

Les + outils

Les + de BCEL Ouest

  • Adaptabilité : Des mesures et conseils spécifiques pour répondre à vos besoins individuels
  • Souplesse : Des offres disponibles en complément des offres de conseil ou accessibles seules
  • Expertise : Des conseillers formés sur les thématiques : pâturage/génisses/agriculture biologique

 

Offre sur-mesure Suivi Génisses

image-genisses

Offre Suivi Génisses

Vous souhaitez optimiser l’atelier génisses sur votre exploitation ? Dédier un temps spécifique à la mesure des croissances des génisses et au suivi associé ? Vous avez pour objectif d’optimiser le poste renouvellement sur votre exploitation, en travaillant notamment l’âge au vêlage ?

banniere-genisses

Descriptif de la prestation

OBSERVATION
  • Un tour d’élevage complet est réalisé régulièrement :
    nurserie > sevrage 6 mois > IA > gestante
  • Sur la période de printemps, un suivi pâturage peut être réalisé pour s’assurer que les besoins sont comblés.
MESURE

La réussite du suivi passe par des mesures de croissance (ruban barymétrique). 3 moments clés sont identifiés pour les mesures de tour de poitrine : sevrage, 6 mois et 12/14 mois. Elles peuvent être réalisées par vos soins ou par votre conseiller référent.

CONSEIL

De nombreuses thématiques selon les besoins et objectifs peuvent être abordées :

  • Valorisation des données de croissance
  • Rationnement
  • Approche de la prévention santé
  • Gestion des stocks de fourrages
  • Suivi herbe et conseils sur la gestion du pâturage
  • Logement des génisses

Les modalités

  • Des visites ciblées par demi-journée : vous définissez avec votre conseiller le rythme et l’espacement qui vous convient
  • Un compte-rendu est produit lors de chaque visite
  • Les mesures du tour de poitrine se font avec le conseiller et seront saisies soit dans le logiciel « Mesure TP », soit dans le module de croissance d’iCownect
  • Cette option est disponible seule ou en complément d’une offre Conseil

Les + outils

outils-genisses

Les + de BCEL Ouest

  • Adaptabilité : Des mesures et conseils spécifiques pour répondre à vos besoins individuels
  • Souplesse : Des offres disponibles en complément des offres de conseil ou accessibles seules
  • Expertise : Des conseillers formés sur les thématiques pâturage, génisses et agriculture biologique

Offre sur-mesure Bio et système herbager

image-bio

Offre Bio

Vous souhaitez vous convertir à l’agriculture biologique ? Être accompagné par des conseillers spécialisés en agriculture bio ?

banniere-bio

Une démarche globale

Le passage à l’Agriculture Biologique implique une évolution des pratiques plus ou moins importante en élevage laitier. Le regard d’un conseiller BCEL Ouest spécialisé sur les systèmes Bio permet de prendre la mesure de ces changements : évaluer les freins, identifier les marges de progrès, anticiper les étapes clés d’une transition réussie. De plus, le dispositif régional Pass’ BIO permet d’obtenir des financements sur des prestations de conseil sur l’agriculture biologique.

Descriptif de la prestation

Le suivi régulier en élevage Bio :

  • L’expertise d’un interlocuteur qui comprend votre situation
  • Echanges de savoir et amélioration des connaissances
  • Comparaison des résultats de votre élevage aux références des laitiers bio bretons
  • Conseils adaptés à la filière biologique et au cahier des charges de l’agriculture biologique

prestation-bio

Les + outils

Offre sur mesure Bio Système herbager-2

Les + de BCEL Ouest

  • Adaptabilité : des mesures et conseils spécifiques pour répondre à vos besoins individuels
  • Souplesse : des offres disponibles en complément des offres de conseil ou accessibles seules
  • Expertise: des conseillers formés sur les thématiques pâturage, génisses et agriculture biologique

Des indicateurs pour suivre le métabolisme en début de lactation

deficit-energetique-image

Une vache qui maigrit en début de lactation, quoi de plus normal ? C’est en effet une période où l’appétit limité de la vache (d’autant plus limité qu’elle vêle grasse – état corporel > 3.5) ne lui permet pas d’assurer les importants besoins en énergie que nécessite la production laitière : c’est le Déficit Énergétique de début de lactation.

deficit-energetique

Pour y faire face, la vache mobilise ses réserves : elle peut perdre 30 à 60 kg de tissu adipeux en 4 à 5 semaines, ce qui représente près de 175 UFL disponibles (soit 2.9 UFL / kg de poids vif). Les acides gras libérés sont alors captés dans le sang (sous forme d’Acides Gras Non Estérifiés ou AGNE), stockés et métabolisés par le foie. Ils sont à l’origine des corps cétoniques, source alternative d’énergie pour le système musculaire, le cœur… sous réserve que leur quantité ne soit pas trop élevée. L’accumulation des corps cétoniques est à l’origine des cétoses.

Il ne faut donc pas que cet amaigrissement soit trop important en durée et en intensité, au risque d’impacter le fonctionnement du foie – un vrai carrefour métabolique, essentiel à la production et à la santé de la femelle…- avec à la clé mammites, métrites, boiteries, infécondité.

La maîtrise du Déficit Énergétique est donc un enjeu essentiel, d’autant plus lorsque le niveau de production est élevé : cela passe avant tout par un tarissement, un vêlage et une entrée en lactation bien gérés sur le plan de la ration, des transitions et du confort de la vache. Et comme « on ne peut bien gérer que ce que l’on mesure », il est indispensable de disposer d’indicateurs fiables pour piloter cette période.

Acides gras et BHB-Acétone pour suivre ce déficit

Aujourd’hui, BCEL Ouest propose 2 indicateurs complémentaires produits à partir des analyses de lait pour suivre le début de lactation :

Les acides gras longs (mesurés à partir des spectres du lait) : ils tracent le niveau d’amaigrissement des vaches et sont essentiellement représentés par le C18:0 et le C18 :1cis9. Ils peuvent représenter jusqu’à 50% de la maLOGO LES ACIDES GRAS DU LAITtière grasse totale du lait en début de lactation et expliquent les niveaux très élevés du TB pour les vaches qui maigrissent fortement. Ce sont donc des traceurs directs du bilan énergétique de la vache au moment de la pesée. Une forte augmentation de ces acides gras doit vous alerter sur le statut de vos vaches en début de lactation.

Le BHB et l’Acétone ou Corps Cétoniques (CETODETECT©) : les notes élevées traduisent une satlogo_cetodetect_bleuuration fonctionnelle du foie et le risque d’acétonémie. Cet indicateur permet de tracer le statut Cétose des vaches à moins de 120 jours de lactation, en proposant des notes allant de 0 (vache laitière saine) à 5 (suspicion de cétose).

Rencontres Matière Sèche : les résultats

rencontresms-image

Cette année, les Rencontres Matière Sèche ont débuté mardi 24 août, à Berric et se sont achevées le 21 septembre dernier. Découvrez ci-dessous les résultats par zone.

 

carte RMS-resultats

>> Pour retrouver tous les résultats de cette édition en détail.

 

Les Rencontres Matière Sèche reprennent le 24 août !

rencontres_MS_1

Viser 32 à 35% de matière sèche est une référence pour optimiser l’ingestion et sécuriser la conservation du maïs. Afin de vous accompagner dans le pilotage de vos récoltes, BCEL Ouest organise pour la dixième fois les Rencontres Matière Sèche. L’objectif de ces rencontres ? Réaliser des analyses de Matière Sèche sur vos maïs afin d’estimer une date de récolte optimale.

Comment procéder ?

Amenez 3 pieds de maïs représentatifs de votre parcelle pour constater leur degré d’avancement grâce à l’analyse AgriNIRTM. Vous pourrez également échanger avec un conseiller spécialisé afin de caler au mieux une date de récolte en fonction des données climatiques de votre secteur.

31 points de rencontre sont organisés sur l’ensemble du territoire, de 13h30 à 17h30 (port du masque obligatoire en intérieur). Découvrez les dates et lieux associés ci-dessous :

carte RMS

Certaines dates sont susceptibles d’être modifiées. Nous vous conseillons de revenir consulter les dates quelques jours avant votre rencontre pour avoir les dernières informations à jour ou d’appeler le 0 810 56 29 22.

Nouvelles dates de formations aux Méthodes Alternatives

methodes-alternatives-vignette

Vous souhaitez vous initier aux méthodes alternatives
pour votre troupeau ?

BCEL Ouest vous propose des sessions de formation afin d’approfondir des thématiques spécifiques dont l’aromathérapie et la phytothérapie. Horaires, dates, programme… découvrez ci-dessous toutes les informations utiles concernant les deux cycles de formation et le cycle d’approfondissement.

MAG Eleveurs Juillet 2020

MAG JUILLET 2020

Consultez le MAG Eleveurs de Juillet 2020 !

Rapport d’activité 2020

Sans titre-1

Consultez le rapport d’activité 2020 !

Préparez la période estivale, anticipez les effets du stress thermique

vacheslaitieres-stressthermique

Les vaches laitières sont très sensibles aux fortes températures. Découvrez nos préconisations pour prévenir et lutter contre le stress thermique.

icn-prim-pavedroite-desormais

MAG Eleveurs Mars 2020

MAG MARS 2020.indd

Consultez le MAG Eleveurs de Mars 2020 !

MAG Eleveurs Janvier 2020

MAG JANVIER 2020.indd

Consultez le MAG Eleveurs de Janvier 2020 !

Un chantier de parage serein !

Capture

Pour un bon déroulement de votre chantier de parage, découvrez nos conseils et recommandations !

Appel à projets PCAEA : nouvelles dates

pcaea

Bonjour à tous,

Pour information :

Suite à la concertation Région Bretagne / DRAAF Bretagne et les 4 DDTM, il est décidé une modification des dates de dépôt des dossiers PCAEA en raison des mesures générales de confinement.

L‘appel à projets 2020 sera ouvert jusqu’au vendredi 29 MAI 2020 (au lieu du 17 avril).

Tous les dossiers déposés jusqu’au vendredi 24 avril 2020 bénéficieront d’une pré-instruction par les services instructeurs pour vérification de la complétude. Si certains justificatifs manquent au dossier, les porteurs de projets pourront le compléter en transmettant les pièces manquantes en une seule fois à la DDTM avant la clôture de l’appel à projets le 29 mai 2020.

Pour les dossiers déposés après le 24 avril 2020, la vérification de la complétude du dossier ne sera pas faite avant la date de clôture de l’appel à projets.

Tout dossier déposé incomplet après le 24 avril 2020 sera donc classé inéligible.

Attention : ces dates sont valables à ce jour et en référence aux mesures actuelles de confinement limitées à 15 jours.

Acides gras : un double regard sur le lait !

Michel Jamoneau Bretagne Controle Laitier Ouest Vaches Laitières 72dpi-86

Innovez dans le pilotage de la production laitière de votre troupeau

LOGO LES ACIDES GRAS DU LAIT

Les acides gras du lait, c’est quoi ?

Un double regard sur le lait : une approche filière orientée consommateur et de nouveaux indicateurs de pilotage du troupeau.

L’interprétation du profil en acides gras du lait permet de répondre aux questions :

  • Quel niveau d’oméga 3 ? Quels impacts nutrition et santé humaine ?
  • Quelles émissions de méthane par mes vaches ?
  • Mes vaches maigrissent-elles trop ?
  • La ration permet-elle un fonctionnement optimisé du rumen ?
  • La ration gaspille-t-elle trop d’énergie ?

Avec les indicateurs Acides Gras du lait, BCEL Ouest innove pour le pilotage de la nutrition et de la santé des vaches laitières. Pour vous permettre d’aller plus loin et plus précisément avec vos conseillers référents dans la maîtrise de la conduite alimentaire de votre troupeau, du bien-être de vos animaux… et du vôtre.

La prestation

  • Analyse des acides gras du lait individuel lors de chaque Contrôle de Performances
  • Restitution des données à l’échelle du troupeau et par groupe de vaches
  • Les thématiques traitées : profil du lait (troupeau), suivi de déficit énergétique, fonctionnement du rumen, gaspillage énergétique

Acides gras-2

Les + de BCEL Ouest

  • Zootechnie : des interprétations à l’échelle du troupeau et groupe de vaches laitières
  • Environnement : une estimation du méthane produit par vos vaches
  • Simplicité : analyse possible à partir d’un simple échantillon de lait lors du contrôle

Acides gras-3

Analyse technique des données santé relevées en 2019

Analyse technique des données santé relevées en 2019-1

Une nouvelle valorisation technique des évènements santé a été réalisée par Manon Jattiot, chargée d’étude à BCEL Ouest, analysée avec Fabien Vaillant, conseiller relais zootechnique, et Yannick Saillard, vétérinaire conseil.

Avec Innoval, parés à lever les pieds !

Réalisé par Ennio Thomas-Aubrée pour le Journal Paysan Breton.

Offre en conseil caprin

IMG_2030

Vous faire bénéficier de notre expertise

La prestation :

Le conseil en élevage laitier caprin, vous permet de suivre au plus près votre cheptel et vous aiguille pour prendre les bonnes décisions au bon moment. Un suivi régulier de votre cheptel permettra via un binôme éleveur / conseiller de travailler sur des axes de progrès.

  • Mesure des gains potentiels et des marges de progrès
  • Tour d’élevage pour apprécier les paramètres nécessaires au calage de l’alimentation du troupeau : qualité des fourrages, observation des animaux (état corporel, croissances, …), points d’eau
  • Appui à la valorisation de vos données : Alimentation, santé du troupeau, performance laitière, croissance des chevrettes
  • Mesure des valeurs alimentaires des différents fourrages disponibles et de la ration mélangée
  • Proposition de ration pour les différents lots
  • Préconisation de conduite pour l’optimisation de la conduite des jeunes, de la gestion des mâles de reproduction…
  • Un bilan de fin de campagne

Les + de BCEL Ouest

  • Expertise : Bénéficiez de l’expérience d’une équipe confirmée
  • Rentabilité : Mesurez l’efficacité économique de votre atelier
  • Souplesse : Choisissez la prestation qui vous ressemble (de 2 à 6 visites, forfait 2h, visite bilan)
  • Indépendance : disposez de conseils objectifs

Offre en collecte caprin

IMG_1962

La prestation :

  • Le Contrôle de Performances officiel

Vous recherchez :

  • Une meilleure connaissance de chaque chèvre sur sa composition du lait : TB, TP, cellules
  • Une meilleure connaissance de la production de chaque chèvre pour ajuster les concentrés distribués
  • Des indicateurs techniques, pour la conduite du troupeau
  • Une meilleure maîtrise de la qualité du lait
  • Une meilleure maîtrise de la santé de vos chèvres laitières

Nous vous proposons :

  • Mesure des performances individuelles lors de la traite
  • Analyses individuelles (TB, TP, cellules)
  • Production d’un valorisé troupeau

  • Le suivi de production individuel
  • L’intervention à la traite se fait par un agent de pesée sur une traite le matin
  • Vous choisissez le nombre de passages de l’agent de pesée sur l’année entre 4 et 5 prélèvements
  • Des mesures ponctuelles et individuelles indispensables à la conduite du troupeau

collecte caprin

Les + de BCEL Ouest

  • Disposez de données fiables et précises pour piloter votre troupeau
  • Triez vos femelles à partir des lactations validées et des index génétiques
  • Améliorez la qualité de votre lait

O’dit boiteries – Conseil pédicure

odit boiterie

LogoOdilait

Vous souhaitez mettre en place des mesures pour prévenir les boiteries dans votre troupeau ?

Vous souhaitez une analyse approfondie par une personne sachant parler « boiteries »?

Une démarche globale

Un pédicure BCEL Ouest pratiquant du conseil intervient 2 heures sur votre élevage pour faire le point sur votre situation « boiteries ». Après avoir valorisé vos Bilans O’dit Parage, il identifie les facteurs de risques présents dans votre exploitation. Il élabore avec vous un plan d’actions priorisé.

Descriptif de la prestation

  • Avant la visite : prise de connaissance et analyse des bilans O’dit Parage (bilans édités lors des parages réalisés avec BCEL Ouest)
  • Tour d’élevage avec l’éleveur : point de la situation, identification des facteurs de risque
  • Élaboration d’un plan d’actions
  • Après la visite : rédaction d’un compte-rendu en élevage priorisant les mesures à mettre en place

Les + BCEL Ouest

  • Une expertise forte en boiteries : équipe de 10 pédicures formée au CFPPA du Rheu (plus de 25 000 vaches parées par an), notations et valorisations techniques des données de parage
  • Conseil par un pédicure ayant un abord conseil confirmé
  • Suivi par les pédicures référents et le conseiller d’élevage BCEL Ouest
  • Des pédicures travaillant en lien étroit avec les vétérinaires conseil BCEL Ouest

 

Méthodes alternatives

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La prévention autrement

Vous voulez aborder la gestion et la prévention des problématiques dans votre troupeau en utilisant de nouvelles solutions ?

Les principales méthodes alternatives sont l’homéopathie, la phytothérapie et l’aromathérapie (huiles essentielles). D’autres méthodes existent : acupuncture, ostéopathie, gemmothérapie (extraits de bourgeons).

Une démarche globale

Les méthodes alternatives sont de plus en plus utilisées sur le terrain. C’est une autre manière de raisonner l’élevage. Le retour des éleveurs qui les pratiquent est notamment une meilleure observation des vaches et un abord moins stressant. L’usage de ces méthodes alternatives nécessite d’être formé : c’est le premier conseil que l’on peut donner.

Descriptif de la prestation

Afin d’accompagner les éleveurs qui souhaitent utiliser ou utilisent déjà ces méthodes, BCEL Ouest vous propose un service adapté, porté par une équipé dédiée. Nous vous proposons un accompagnement individuel ainsi que des actions de groupe.

  • 2 demi-journées d’échanges avec une conseillère spécialisée BCEL Ouest
    • Echanger sur les différentes pratiques de chacun
    • Apporter des compléments d’informations sur des questions précises

Méthodes alternatives-1

  • 2 journées de formation techniques avec intervenants extérieurs ou vétérinaires conseil BCEL Ouest
  • Approfondir les thèmes techniques ou méthodes alternatives
  • Avoir un regard extérieur

Méthodes alternatives-2

  • 1 visite annuelle d’une conseillère spécialisée BCEL Ouest sur votre élevage

    • Accompagnement individuel
    • Mettre en place des actions à l’échelle de votre élevage
    • Avoir un regard extérieur sur ses propres pratiques

Les + BCEL Ouest

  • Une expérience terrain reconnue, notamment par le suivi de groupes d’éleveurs AEP (Agriculture Ecologiquement Performante) et l’animation de formations sur ces thématiques
  • Une équipe dédiée et formée
  • Possibilité de visite conseil individuelle à la ½ journée pour répondre spécifiquement aux attentes des éleveurs

 

Les fosses sont pleines, maîtrisez vos épandages et exploitez l’herbe avant d’épandre !

vignette épandage

L’interdiction des épandages de lisier arrive à son terme, et après cette longue période pluvieuse et de températures douces, les fosses pour la plupart sont pleines.

A compter du 1er février, si les conditions météo le permettent, il sera possible d’épandre sur prairies. Pour autant, quelques précautions s’imposent. Les animaux sont rentrés en stabulation relativement tôt, et les températures ont favorisé la pousse hivernale.

Avant d’épandre, il est fortement conseillé de faire un tour des parcelles pour vérifier le stock d’herbe disponible. Si le volume d’herbe est trop important, il sera préférable de commencer par faire un déprimage de la parcelle. D’autres parcelles portantes devront alors être trouvées pour « déstocker » une partie du lisier en attendant des jours meilleurs.

La quantité épandue à l’hectare doit également rester raisonnable pour garder suffisamment de lisier à valoriser sur le maximum de surface. Les fosses sont pleines d’un engrais organique certes dilué mais qui reste très intéressant sur prairies.

Travail en élevage : des leviers pour gagner du temps ?

vignette travail

Productivité et efficience du travail

productivite

La productivité du travail en élevage laitier ne cesse de progresser. Depuis 2012, le lait livré par an sur le secteur de BCEL Ouest est passé de 175 600 à 260 000 litres / UTH exploitant, soit une progression de la productivité de +48 %. Ces valeurs restent inférieures aux voisins européens, beaucoup plus spécialisés sur leurs ateliers laitiers avec notamment beaucoup plus de délégation des cultures. A ce jour, 31 % des vaches françaises sont élevées dans 15 % des exploitations qui ont plus de 100 VL. Il y a 7 ans, ces exploitations ne représentaient que 15 % du cheptel.

Des pistes pour mieux gérer le temps de travail

La hausse de la taille des structures combinée à la diminution de la main d’œuvre disponible oblige à être efficient dans les tâches quotidiennes. Pour ce faire, différentes pistes existent :  

principes

Enquête sur le temps de travail dans vos exploitations

Pour mieux identifier les forces et besoins des éleveurs laitiers en terme de gestion du travail, nous vous proposons une enquête sur vos structures, votre organisation et vos équipements.

A ce jour, 60 éleveurs membres de groupes Atout Lait de BCEL Ouest ont déjà rempli ce questionnaire, il en ressort un temps moyen annuel de temps de travail par UTH associé de 2 875 h. Les élevages les plus performants ont déjà agi sur la gestion des effectifs et l’adaptation du matériel au système, notamment en ce qui concerne l’installation de traite. En salle de traite double équipement, la référence de 5 VL / griffe / traite semble un palier à ne pas dépasser pour éviter de passer trop de temps sur le poste traite, qui représente environ 50 % du temps total d’astreinte par jour.

temps travail

Nous vous proposons également de participer à cette enquête en suivant le lien suivant : https://forms.gle/78sT6DsAbRYGr4oq7

Le temps de remplissage du questionnaire est d’environ 5 minutes. Cette enquête est ouverte jusque fin janvier. Les résultats de l’enquête vous parviendront dans une note technique à paraître durant l’hiver.

Pour plus d’informations : Samuel DANILO 06.43.63.93.38

Ori-automate devient DataHUB !

datahub

Ori-automate était une solution permettant d’échanger les données avec vos automates d’élevage (robot, DAC, compteurs à lait) afin :
> de rapatrier les données vers votre logiciel et ainsi vous éviter des doubles saisies.
> de faire remonter de la donnée valorisée dans le cadre du Contrôle de Performances ou des documents DATAFLOW (éleveurs robots suivis par un consultant).

Face aux évolutions des différents logiciels (contenu, format de données et stockage), Ori-automate devient obsolète avec un risque de rupture de service. Les membres du réseaux FCEL ont donc développé une nouvelle solution d’échanges de données : DATAHUB.

Cette solution permet de récupérer les mêmes données qu’Ori-automate (selon les marques) : Dossier Animal / IA* / Diagnostic de gestation* / Résultats d’analyse du Contrôle de Performances. Si vous êtes déjà équipés d’Ori-automate, vous serez contactés pour effectuer la bascule.

tableau

Quelles nouveautés ?

Une plateforme de supervision nous permettra de vérifier la bonne réception des fichiers dans vos automates. Nous serons ainsi plus à même de vous contacter et d’intervenir si nous constatons une coupure dans les échanges. La solution s’adresse aux éleveurs déjà équipés ou sur le point de s’équiper d’un automate, afin par exemple de rapatrier l’ensemble des animaux sur le logiciel.

Quelles modalités ?

DataHUB nécessite une connexion Internet, sur le PC où est présent le logiciel automate. L’installation et les actions d’assistance se font à distance par le logiciel TeamViewer.

*Nouveauté Lely CLOUD (taureau d’insémination / Diagnostic de gestation)
NB : Pour Boumatic et Fullwood : un module doit être au préalable installé auprès de votre concession.

Médria® Farmlife : bénéficiez d’un chèque de 300 €

vignette farmlife

Au SPACE 2019, Médria nous présentait la nouvelle offre de bouquet de services Farmlife. Cette offre permet aux éleveurs de disposer de l’équipement de monitoring de la reproduction, de l’alimentation, de la santé et du confort des animaux sans avoir à acheter ses capteurs.

Début 2020, plus de 75 élevages ont d’ores et déjà fait le choix d’équiper 100 % des animaux de leur troupeau. Les éleveurs adoptent très majoritairement ce service global de pilotage du troupeau qui permet d’éviter les changements de colliers et qui garantit la maintenance des capteurs.

Fort de ce lancement, nous proposons à chaque éleveur de bénéficier d’un chèque privilège de 300 € de remise pour tout nouvel équipement d’une FARMBOX ou FARMBOX + dans le cadre d’une offre Bouquet FarmLife® ou d‘une offre matériel.

chèque

Pour en bénéficier, contactez-nous au 0 810 56 29 22 avant le 30 Mars 2020 ou directement auprès de votre conseiller / consultant !

Découvrez l’offre Bouquet de service Farmlife

Rencontres nutrition : le bilan !

vignette RN

Près de 1 100 analyses effectuées lors de cette 8ème édition.

Ensilage de maïs

Des ensilages de maïs digestibles avec une dMO moyenne de 72.8 % soit 1.9 % de plus qu’en 2018. Cette bonne digestibilité est due en partie à la bonne digestibilité de la plante (bonne dNDF). La matière sèche est au niveau des recommandations  avec 33 % de MS (mais avec un fort écart-type, avec des maïs allant de 24.2 % de MS à 47 % de MS) soit 4 points de MS de moins que l’année précédente.

Bien que la teneur en matière sèche des ensilages de maïs soit plus en adéquation avec les recommandations, la teneur en MAT reste faible avec 64 g / kg MS. Il faudra donc être vigilant sur la complémentation azotée de ces ensilages. Nous serons vigilants sur l’équilibre des rations avec le nouveau critère  INRA 2018 avec la BPR (balance protéique du rumen).

La teneur en MS va fortement influencer l’ingestibilité de l’ensilage. Cette ingestibilité sera pénalisée pour les ensilages maïs dont la matière sèche sera inférieure à 30 % de MS. Pour  une vache ayant une capacité d’ingestion de 18 UEL, l’écart d’ingestion entre un maïs à 26 % de MS et un maïs à 35 % de MS sera de  2.5 kg MS : 16.5 kg MS (pour le maïs à 26 % de MS) et 19 kg MS (pour le maïs à 35 % de MS). La teneur en amidon est de 33.4 %, ce qui est un bon niveau.

Tableau 1 : valeurs alimentaires  en INRA 2018 des ensilages de maïs par tranche de matière sèche

rn1

 

Ensilage d’herbe et enrubannage

Tableau 2 : valeurs alimentaires moyennes  en INRA 2018 des ensilages herbe et des

rn2

La valeur moyenne en MAT  des ensilages herbe est en hausse par rapport à 2018 : 142 g / kg MS en 2019 contre 136 g / kg MS en 2018 mais l’écart-type est très important.

La valeur moyenne en MAT des enrubannages est en baisse par rapport à 2018 : 145 g / kg MS en 2019 contre 149 g / kg MS en 2018. Là encore l’écart type est très important.

 Merci à tous pour votre participation !

INVITATION : Le tour du monde du renouvellement

vignette rdv

Le renouvellement des troupeaux laitiers est un investissement qui a un impact majeur sur l’économie des élevages. Le coût du renouvellement est de 22 € / 1 000 L de lait en moyenne dans les élevages BCEL Ouest (données Xpertia 2018-2019). De nombreux leviers d’action existent pour améliorer ce coût : âge au vêlage des génisses, longévité des vaches, … et choix d’une stratégie adaptée à son élevage.

À partir d’exemples à l’international, nous aborderons des éléments d’efficience sur la gestion du renouvellement. Des apports de nos
experts techniques Innoval permettront d’alimenter les débats.

Enfin, ces RDV 2020 seront l’occasion de présenter une innovation : l’outil €fficow*, qui permet de calculer la rentabilité des vaches de votre troupeau et de les classer sur des critères techniques et économiques

Venez nombreux ! Pour vous inscrire, parlez-en à votre conseiller référent ou contactez-nous au 0 810 56 29 22.

Les Rendez-Vous se déroulent de 10 heures à 16 heures.

>> Télécharger l’invitation

Une bonne alimentation pour prévenir les mammites !

vaches herbe

Le risque d’infection mammaire est augmenté par l’affaiblissement des défenses immunitaires de l’animal. Si l’alimentation n’a pas un effet direct sur les mammites, il faut éviter les déséquilibres ou déficits alimentaires et tout ce qui pourrait fragiliser l’immunité.

A retenir :

  • Une ration équilibrée en énergie et protéine : surveiller les pertes de poids en début de lactation et adapter la ration des taries
  • Une complémentation en vitamines et minéraux adaptée : les déficits en sélénium et vitamines E pendant la période sèche entrainent un risque plus élevé de contamination au tarissement.
  • Maitrise des maladies métaboliques : principalement la Cétose qui diminue l’efficacité des globules blancs
  • Limitation des œdèmes mammaires : attention aux excès de sel et potassium avant vêlage

Conséquences carence ou exces vitamines mineraisx sur les mammites

MAG Eleveurs Novembre 2019

MAG-NOVEMBRE-2019-1

Consultez le MAG Eleveurs de Novembre 2019 !

L’hiver arrive, en matière d’hygiène, restez couvert !

vignette article

Pour bien maitriser la qualité du lait, les techniques d’hygiène à la traite doivent être réajustées en prévision de la période de stabulation.

Les conditions hivernales nécessitent d’adapter la technique d’hygiène afin de permettre un nettoyage et un essuyage méticuleux, pour une pose des manchons sur des trayons propres et secs.

L’épilation des mamelles (thermique ou tonte) et la coupe des poils de queue limitent la présence de souillures sur les mamelles et facilitent le nettoyage des trayons.

L’observation des 1ers jets dans un bol à fond noir systématiquement ou à minima dès le début d’un épisode de mammites cliniques sur le troupeau permet de détecter précocement les anomalies du lait et ainsi d’intervenir immédiatement pour soigner les mammites en fonction du « protocole de soins vétérinaire ».

Le pré et post-trempage des trayons adapté à la situation de l’élevage ainsi qu’aux conditions climatiques, permet de prévenir les infections mammaires. En cas de mammites d’origine environnementale, un post-trempage à effet barrière est conseillé. La préparation doit être méticuleuse (dosage et agitation du mélange, voire tiédissement de la solution). En conditions climatiques plus rudes  (vent, froid), les produits à effet cosmétique permettent une protection de la peau et évitent les gerçures. Les différents produits peuvent tout à fait être alternés entre eux. Leur efficacité est conditionnée par une bonne application et est complémentaire d’une hygiène globale et particulièrement des gobelets de trempage. L’hiver est propice au développement des lésions virales (vaccines, verrues….) sur une peau fragilisée (humidité, froid), l’utilisation d’un produit de post-trempage a effet virucide est alors conseillée. Le port de gants par le trayeur protègera ses mains et limitera la propagation des bactéries.

La désinfection des manchons après la traite des animaux douteux en cellules permet de limiter la contamination des vaches suivantes.

Avec le regroupement des animaux en stabulation pendant l’hiver, les techniques d’hygiène  à la traite doivent souvent être renforcées pour une prévention efficace des mammites et contribuer à la qualité globale du lait. L’entretien et l’hygiène globale du bâtiment participe aussi à cet objectif.

Pour le groupe qualite du lait, Hervé Baudet (Seenovia) et Loïc Fulbert (GDS 53)

MAG Eleveurs Septembre 2019

MAG SEPTEMBRE 2019.indd

Consultez le MAG Eleveurs de Septembre 2019 !

Mon conseiller s’est formé sur la gestion de la qualité du lait en traite robotisée

Vignette robot

Depuis l’arrivée des robots de traite au début des années 2000, bien du chemin a été fait pour la qualité du lait et la gestion des mammites dans ces élevages. Si les premiers élevages ont dû apprendre au fur et à mesure, c’est aussi qu’il n’y avait pas de spécialistes capables de les accompagner. La technicité demandée par ce type de système de traite impacte l’ensemble de la conduite du troupeau : de l’alimentation, à la gestion des boiteries, à la conception des bâtiments et aux suivis individuels nécessaires pour réagir vite et ne pas laisser des situations s’aggraver.

C’est pour répondre à ces attentes des éleveurs que le plan « Mammites j’anticipe » a construit une  formation spécifique « Robots et mammites », en s’appuyant sur des experts terrain reconnus et ayant l’expérience des robots quelques soit la marque du matériel. Chaque conseiller intervenant en élevage a accès à cette formation depuis 2017 via le CNIEL.

Témoignage :

« Mon conseiller a été formé et nous avons refait le point sur les spécificités en matière de qualité du lait liées à la traite robotisée »

  • Tous les matins, il m’a conseillé de nettoyer complètement et de désinfecter le bras de traite
  • Les consommables sont contrôlés tous les jours (désinfectant, post trempage…)
  • L’observation de la traite complète de deux animaux me permet de déceler rapidement toute anomalie du matériel
  • Nous pouvons maintenant échanger sur le logiciel du robot en ayant les mêmes références pour bien suivre les informations pertinentes afin de déceler rapidement une anomalie de fonctionnement du robot, ainsi que les alertes concernant la santé des laitières
  • Nous avons revu ensemble les bonnes pratiques pour préserver la santé mammaire tout au long de l’année et nous adaptons le paramétrage en fonction des périodes et des résultats
  • J’ai mieux compris la différence entre une maintenance et un contrôle Optitraite Robot pour assurer une traite de qualité et j’ai pris rdv avec mon technicien. »

AVEC MON CONSEILLER FORME A LA TRAITE ROBOTISEE, J’AI LISTE LES ACTIONS A REALISER CHAQUE JOUR POUR SUIVRE LA QUALITE DU LAIT

Mes vaches s’en portent mieux et moi aussi !

Pour le groupe qualité du lait, Hervé Quintin (BCEL Ouest) et Hervé Baudet (Seenovia)

 

Un observatoire multi-partenarial unique en Bretagne !

Logo Mycotoxines

Les mycotoxines font partie des facteurs de risques explorés en élevage bovin laitier dans l’abord de problèmes de santé et de production. Les données présentes sur la pression en mycotoxines résultent le plus souvent d’analyses effectuées dans des élevages à problèmes. Aujourd’hui, il n’existe pas d’observatoire réalisé à partir d’un échantillon fixe d’éleveurs.

Dans ce cadre, BCEL Ouest, avec Eilyps ont initié la mise en place d’un observatoire multi-partenarial des mycotoxines en Bretagne. Les objectifs sont de créer une cartographie annuelle des teneurs en mycotoxines dans le maïs ensilage en Bretagne dans un échantillon fixe d’éleveurs et d’identifier, au travers d’éléments complémentaires sur les élevages, des facteurs de risques ou des impacts sur les performances pouvant être mis en lien avec les teneurs analysées en mycotoxines.

L’orginalité de ce projet est de rassembler des intervenants de différents horizons, concernés par les mycotoxines, en restant dans un objectif de neutralité dans l’analyse des résultats garantie par BCEL Ouest et Eilyps : laboratoire d’analyses, fabricants de capteurs de mycotoxines, fabricants d’aliments, semenciers.

Les résultats de la 1ère campagne d’analyse (maïs 2018), avec des présentations sous forme de cartes, sont disponibles sur la page web publique mise en place à cet effet : https://www.observatoire-mycotoxines.com/

Découvrez le bilan complet !

vignette MS

Les 32 rencontres MS organisées du 23 août au 26 septembre 2019 ont permis, grâce à la mobilisation des conseillers et agents de pesée, d’analyser 2 103 échantillons de maïs. La matière sèche moyenne était de 26.1% soit 4 points de moins qu’en 2018 aux mêmes dates. Cela correspond approximativement à 10 jours de retard par rapport à l’année dernière.

D’après les échantillons recueillis, les dates d’ensilages 2019 ont été estimées principalement du 5 septembre au 30 octobre. En 2018 nous étions plutôt sur une période du 1er septembre au 15 octobre.

Après deux années avec des récoltes précoces, 2019 est à nouveau dans les normales historiques.

Ces rencontres sont toujours attendues par les éleveurs, cette année 849 d’entre eux ont fait le déplacement pour optimiser leur date de récolte, c’est 24 élevages de plus qu’en 2018.

 Point sur les parcelles de maïs 2019

Les maïs 2019 sont hétérogènes en Bretagne. Des différences s’observent selon les secteurs mais aussi à l’intérieur d’une même parcelle :

Selon les secteurs, il n’y a pas eu les mêmes niveaux de précipitations en août et des écarts de températures début septembre. A l’intérieur de certaines parcelles, de fortes hétérogénéités s’observent à cause des attaques de mouches du semis, taupins, choucas et sangliers parfois. Les conditions peu poussantes de début de cycle ont aggravé les dégâts de mouches et taupins.

Nous estimons que les rendements seront inférieurs de 1 à 2t de MS par rapport à 2018 mais avec des maïs moins secs que l’année dernière.  Sur le secteur est Morbihan, plus touché par le stress hydrique, les premiers retours annoncent entre -2 et -4t MS/ha.

Les résultats

Résultats-rencontre-MS-2019-au-19-2

bilan

RUMIN’AL : le nouvel outil de rationnement des bovins bientôt sur le terrain

Sans titre-2

BCEL Ouest, associée à 24 entreprises de conseil en élevage, a participé au développement d’un nouvel outil intégrant le modèle prédictif de rationnement « INRA 2018 ». Cet outil, appelé RUMIN’AL, sera disponible d’ici la fin de l’année pour les conseillers travaillant dans les élevages bretons. Plus de précision sur les valeurs des fourrages et des concentrés, meilleure prédiction de la valorisation des rations, les éleveurs découvriront ces innovations grâce à leur conseiller BCEL Ouest.

Une première présentation a été réalisée sur le Stand BCEL Ouest lors du SPACE 2019 pour les éleveurs et les opérateurs de la nutrition animale. Merci pour votre participation !

Pour plus de renseignement, RDVsur le site : https://www.inration-ruminal.fr/ et suivez l’actualité RUMIN’AL sur Facebook : https://www.facebook.com/inration.ruminal/

 

Mammites : Passez un hiver plus tranquille !

vignette traite

CIL•07-hiver article

La période qui précède l’entrée en bâtiment des vaches est une opportunité pour anticiper la phase hivernale. Pour atteindre des bons résultats de qualité du lait et peu de mammites cet hiver, donnez-vous toutes les chances de rendre la stabulation la plus confortable possible pour vos laitières. On ne parle ici que des actions d’entretien sans investissements « lourds ».

Ventilation

  • Un bon dépoussiérage des longs-pans permettra d’améliorer le flux d’air et de mieux évacuer l’humidité.
  • Le retrait de quelques bardages peut jouer en faveur d’un bâtiment trop fermé (moisissures, toiles d’araignées nombreuses, odeur persistante).

Réfection des couloirs et zones de couchage

  • Pour limiter les zones humides sous l’aire paillée ou à l’arrière des logettes, on va replanéifier le sol, boucher les trous/les creux ainsi que les creux pour éviter des flaques côté couloir.
  • Réfection des imperfections des bétons pour limiter les risques de glissades et de boiteries.
  • C’est le moment d’étanchéifier les gouttières ou les panneaux de toit = > faire la chasse aux fuites

Pour le confort des logettes

  • S’assurer d’avoir une place confortable par vache et remettre toutes les logettes en état (réglage des barres garrot-seuil), si ça a bougé ou si vos vaches montrent des signes d’inconfort  (>10 min dans les logettes sans se coucher, tarsites).
  • Un bon passage au karcher des logettes est toujours utile sans oublier sous les tapis/matelas. C’est contraignant mais vous réduirez fortement le risque des mammites d’environnement.

Etat des lieux des points d’abreuvement

  • Y en a-t-il suffisamment ? Refaire une analyse d’eau et vérifier les abords du puit/le forage.
  • Les abreuvoirs sont-ils nettoyables facilement (vidange rapide) ?
  • Revoir l’état et le positionnement des flotteurs pour une quantité d’eau suffisante.
  • Vérifier que le débit et l’état des canalisations sont satisfaisants pour s’assurer de l’absence de fuites.
  • Est-ce que je peux installer un compteur d’eau pour vérifier les quantités bues à chaque abreuvoir ?
  • Un bon abreuvement, garantit le bon fonctionnement métabolique et le niveau de production.

Mise à la terre

  • Est-ce que les connexions sont toujours présentes et sans oxydation ? Simplement les nettoyer et les resserrer ou au mieux, les ressouder.
  • Vérifier l’équipotentialité et la mise à la terre des cornadis, logettes, salle de traite, et s’assurer que la clôture ne puisse pas renvoyer du courant vers le bâtiment.

Machine à traire

  • Préférer un contrôle Optitraite avant l’hiver pour être certain de ne pas pénaliser la traite sur une période déjà compliquée. Des usures de filtres de régulateurs, de membranes de décros feraient flamber les mammites !
  • Si les manchons ont atteint les 2500 traites, changer-les ! C’est l’hiver que l’on cumule le plus de risques de contaminations en traite ou dans le bâtiment. Avec des manchons neufs je préserve la santé des trayons au moment où ils en ont le plus besoin !
  • Vérifier la température de sortie d’eau du chauffe-eau, si elle n’est pas suffisante (70°C), imaginez cet hiver !!!

Box de vêlage

  • Est-ce que j’ai fait un bon décapage et une désinfection cet été ?
  • Si je veux faciliter le nettoyage cet hiver, que faudrait-il améliorer ?

 

« La préparation du bâtiment de mes laitières, c’est aussi comme ça que je vais préserver la qualité du lait »

 

Pour le groupe qualité du lait

Hervé Quintin (BCEL Ouest) et Hervé Baudet (Seenovia)

 

BAT-encart_innoval_210x100mm

Demandez vite votre entrée au 0 810 56 29 22 (dans la limite de 3 entrées par élevage)

MAG Eleveurs Juillet 2019

vignette mag juillet

Consultez le MAG Eleveurs de Juillet 2019 !

Lait sans OGM : un pari gagnant à tous les coups ?

vignette OGM

La vague du lait issu de vaches nourries sans OGM touche la France. Après l’Allemagne, premier client de la France à l’export de produits laitiers sans OGM, les consommateurs français commencent aussi à solliciter des produits non-OGM dans leurs assiettes, pour des raisons éthiques ou environnementales (baisse de l’empreinte carbone du lait). En conséquence, de plus en plus de laiteries françaises proposent à leurs producteurs de nouveaux cahiers des charges, basés sur une production sans-OGM, quasiment toujours couplés à une durée minimale de jours de pâturage pour les vaches. L’appât du gain semble intéressant, mais est-il rentable de s’engager dans ces démarches ?

La plus-value pour les éleveurs souhaitant répondre favorablement à ces nouveaux cahiers des charges « Sans OGM » est de 10 à 15 € par 1000 litres de lait en moyenne. Avant de s’engager, il est primordial de se poser les bonnes questions : Le gain de produit sera-t-il supérieur à la hausse des charges ? Cela impliquera-t-il un changement de mon système ? Y’a-t-il des contraintes supplémentaires ?

Le rapport entre les produits et les charges supplémentaires est à raisonner en fonction du système initial. Plus la ration va contenir de matières premières (MP) OGM à l’origine, plus la différence de coût des rations sera élevée. A matières premières équivalentes, le sans OGM va coûter plus cher (70 à 80 € / t pour le soja ; 15 €pour le concentré énergétique). En revanche, en modifiant les matières premières, le coût peut être plus faible. L’exemple le plus couramment utilisé est de substituer 1 kg de soja OGM par 1,5 kg de tourteau de colza non OGM. Certaines études ont même démontré que, selon la qualité des fourrages et la part d’herbe pâturée dans la ration, 1,3 kg de colza pouvaient suffire en substitution du kg de soja. Il faut également penser ajuster le concentré de production.

Exemple : Simulations de rations avant et après l’adhésion à une cahier des charges « Sans-OGM »

Dans les 2 premières situations, l’éleveur est gagnant à souscrire à ce cahier des charges. Pour être perdant, il faudrait que le différentiel de coûts entre le colza et le soja diminue de 10 € / t ou que la production annuelle par vache baisse de plus de 1000 kg à coûts égaux. La troisième situation est à l’équilibre, donc plus à risque si le coût du soja non-OGM augmente ou que la PL / VL baisse.

Dans n’importe quel système d’élevage, si le prix du tourteau de colza (sans OGM) est inférieur à 75 % du prix du tourteau de soja (OGM, importé d’Amérique), alors le tourteau de colza devient économiquement intéressant dans les rations. Dans certaines situations, la production de lait se fait déjà sans OGM (système très pâturant par exemple ou choix de l’éleveur) : il n’y aura donc pas d’augmentation du coût alimentaire. La totalité du montant de la plus-value sera donc intégrée dans la marge sur coût alimentaire. Attention, ces calculs ont démontré que l’engagement est soumis à un risque important lié à la volatilité des coûts des MP. Une limite peut apparaitre : si le sans OGM se développe, les besoins en protéine non OGM vont être très importants et peut-être entraîner un déficit d’approvisionnement et une inflation importante du prix. Sans que la corrélation ne soit réellement démontrée, cette situation a été visible ces derniers mois, avec une parité soja-colza défavorable à l’aliment non-OGM, pour la première fois depuis plusieurs années. Bien que la situation semble aujourd’hui un peu plus favorable au colza, des questions peuvent se poser sur l’avenir.

parité

Si le prix du tourteau de colza est inférieur à 75 % du prix du tourteau de soja, alors le tourteau de colza devient économiquement intéressant dans les rations.

A RETENIR

Avec une rémunération supplémentaire du lait (> 10 € / 1 000 L), les orientations vers un lait qui corresponde à la demande peut être intéressante pour les éleveurs. Ce pari est cependant soumis à la volatilité des coûts des matières premières. Les risques pour adhérer à ce type de contrat restent minimes si le parcellaire et les structures de l’exploitation sont adaptés car les évolutions du système sont en général peu importantes et peuvent facilement être réorientées si nécessaire. En revanche, si des modifications conséquentes du système sont nécessaires (aménagement du parcellaire, implantation de nouvelles cultures fourragères,…), il est alors indispensable de faire une étude du système intégrant des simulations plus complètes car il n’est alors plus garanti que le pari soit gagnant.

BCEL Ouest peut vous accompagner, n’hésitez pas à en parler à votre conseiller référent.

Un problème de leuco ou de taux durant l’été ?

vignette vaches

BCEL Ouest est présent à vos côtés !

Soucieux d’apporter des indicateurs de pilotage durant toute l’année, BCEL Ouest a décidé d’ouvrir son service analyses durant l’été 2019.

Pour ce faire rien de plus simple : en l’absence d’agents de pesée, vous commandez vos analyses en téléphonant au 0810 56 29 22.

Une assistante prend alors toutes les informations nécessaires pour l’envoi de votre kit d’analyse. A réception de ce kit, vous réalisez vos prélèvements et vous les envoyez à notre laboratoire. Vos résultats sont disponibles sur votre extranet 48 h après réception de vos échantillons par le laboratoire.

Les éleveurs robotisés peuvent également bénéficier de ce service : le matériel d’échantillonnage leur sera mis à disposition sur demande pendant la période des congés.

Canicule : comment limiter le stress thermique ?

vignette stress

Les vaches laitières souffrent davantage de la chaleur que du froid. Ne sous-estimez pas l’impact du stress thermique sur leur organisme. Lorsque les vaches sont exposées au soleil, notamment au moment du pâturage,  leur température corporelle peut grimper et dépasser les 40°. Cela peut s’avérer critique pour leur santé. En effet, dès 20° de  température extérieure, les vaches laitières peuvent souffrir de stress thermique. Cela a notamment un impact sur la production laitière. Pas besoin d’une alerte canicule pour que le troupeau souffre : à partir de 25°, la vache fait des efforts  d’adaptation  importants.

Attention : la combinaison d’une température à 22° et d’un taux d’humidité à 45 % suffit pour générer du stress thermique chez la vache. En Bretagne le taux d’humidité peut facilement approcher les 60%. Si on prend une température de 29°C avec un taux d’humidité de 60% l’indice température humidité (ITH) sera de 79 ce qui est plus impactant pour la vache laitière qu’une température de 32°C avec une humidité de 20% (l’ITH est de 76).

stress

Que faire pour limiter le stress thermique ?

  • Densifier la ration en énergie et en protéine
  • Favoriser l’ingestion (repousser les fourrages régulièrement, distribuer une ration fraîche le soir et le matin…)
  • Favoriser les conditions d’ambiance dans le bâtiment
  • Conserver une fibre mécanique pour favoriser la rumination
  • Eviter le tri de la ration par les animaux et éviter la compétition à l’auge
  • Compenser les pertes ioniques en augmentant le BACA : apport de 300g de bicarbonate/VL/jour et maintenir l’apport de sel (30g/VL/jour)
  • Veiller à un bon abreuvement des animaux (jusqu’à 40% de consommation d’eau en plus avec de fortes températures)

Rapport d’activité 2019

RA2019

Consultez le rapport d’activités 2019 !

Les jeunes prennent la parole sur l’avenir de la filière laitière !

Vignette éleveurs

A BCEL Ouest, nous avons à cœur depuis plusieurs années de tisser des liens étroits avec les écoles parce qu’elles forment les futurs éleveurs et les futurs salariés d’entreprises agricoles de demain.

C’est dans l’optique d’écouter ce que des jeunes de BTS avaient à nous dire sur la façon dont ils perçoivent l’avenir de la production laitière que nous avons sollicité une dizaine de BTS production animale et ACSE sur la Bretagne au second semestre 2018.

Ils ont tous répondu présents et nous ont adressé des synthèses de leurs réflexions de groupe.

C’est à l’occasion du séminaire des délégués en décembre 2018, que nous avons présenté une synthèse de ce travail colossal auprès de l’ensemble des éleveurs présents. Cela a permis sans nul doute d’enrichir notre réflexion collective et de nous apporter un vent de fraicheur !

Suite à ce travail, nous avons proposé aux écoles et aux étudiants de poursuivre l’aventure en participant à un concours dont le prix serait remis à l’AG, donc aujourd’hui.

Quel était le projet ?

Dans le cadre de leur PIC, ils avaient toute latitude pour nous proposer un projet porteur de sens, argumenté et réaliste sur leur vision à 5 ans de la production laitière.

Au final, nous avons reçu 4 projets aboutis qui ont été visionnés par un jury composé des administrateurs animateurs des 6 secteurs de BCEL Ouest.

Les 4 projets qui concouraient :

Les étudiants du lycée Bréhoulou ont choisi de réaliser une vidéo zoomant sur les caractéristiques d’une ferme robotisée.

Le lycée de Caulnes a réalisé une enquête statistique auprès de 146 jeunes pour jauger leur vision en terme de pilotage d’exploitation demain.

>> Projet lycée de Caulnes

Le lycée Pommerit a recueilli le témoignage de 3 éleveurs sur leur vision d’aujourd’hui et de demain.

Enfin, le lycée de la Ville Davy à Quessoy a interrogé plusieurs éleveurs pour connaître leur vision sur les stratégies à adopter pour pérenniser son exploitation demain, leur vision de l’avenir dans ce métier et leur vision de la communication.

Nous tenons à remercier l’ensemble des étudiants et des professeurs coordinateurs. Merci pour leur implication et leur sérieux.

Dans un concours, il faut bien un gagnant. Cela n’a pas été simple car chaque projet, à sa manière, était porteur de sens. Sur la dernière ligne droite, ce sont les projets du Lycée Bréhoulou de celui de la ville Davy qui ont été difficiles à départager.

Finalement, notre choix s’est porté sur le lycée de la ville Davy pour leur émission intégrant des témoignages d’éleveurs passionnants ! Ce projet très pertinent et porteur de sens a été entièrement réalisé par les étudiants de BTS 2ème année qui ont compris que la communication était un vecteur important pour valoriser le monde agricole et sa vision.

Quelles rations d’été pour les taries et génisses prêtes ?

vignette génisses

L’alimentation des taries et de génisses prêtes est un enjeu majeur sur la prévention des troubles métaboliques en début de lactation et sera garant de la bonne productivité de la future lactation. Il est aussi important de limiter les transitions alimentaires entre la phase tarie et la nouvelle lactation (sachant qu’il faut 3 semaines minimum à la flore du rumen pour s’habituer à une nouvelle ration) : il est donc important d’éviter les à-coups.

Nous allons ci-dessous différencier le rationnement de la phase « repos » du rationnement de la phase préparation au vêlage.

La phase « repos  ou assèchement de la mamelle »

Ration-été-taries-(Facebook)-1

La phase préparation au vêlage (d’après Inra 2018)

Ration-été-taries-(Facebook)-2

Tous à la ferme avec Agriculteurs de Bretagne !

vignette talf

Le dimanche 16 juin, l’association Agriculteurs de Bretagne invite les Bretons à la 7ème édition de la journée « Tous à la Ferme ! ». Cette année, les 18 portes ouvertes et rando-fermes proposées vont impliquer au total 21 fermes.

Publi Facebook 1200 x 630 - BAF version TALF

Avec plus de 23 000 visiteurs l’an passé, « Tous à la Ferme » s’inscrit comme un rendez-vous incontournable pour les Bretons désireux d’en savoir plus sur les pratiques des agriculteurs tout en passant une bonne journée en leur compagnie. Les agriculteurs et agricultrices bretons ouvrent les portes de leurs fermes pour répondre à la curiosité légitime des Bretons. C’est l’occasion pour eux de montrer que l’agriculture bretonne est l’une des meilleures au monde. Chaque jour, les agriculteurs et agricultrices progressent dans tous les domaines afin de répondre toujours mieux aux attentes des consommateurs. Des portes ouvertes mêlant pédagogie et convivialité !

Dans 10 fermes il sera possible de se restaurer sur place. D’autres proposeront des dégustations.
Dans plusieurs fermes, outre la visite de l’exploitation, il sera possible d’assister à la traite, de découvrir le matériel et les nouvelles technologies utilisées par les agriculteurs, sans oublier les nombreuses animations proposées pour les enfants : éclosion de poussins, balades en calèches, petit train cochon…
Pour ces portes ouvertes, l’agriculteur qui reçoit est soutenu et accompagné par une entreprise ou un organisme partenaire de l’association telle que BCEL Ouest. Sur chaque ferme, entre 30 et 50 agriculteurs assureront l’accueil, les visites et les animations. L’occasion de montrer l’unité du monde agricole et l’implication de ses acteurs lors de cet événement fédérateur.

La liste des fermes participantes est consultable sur le site www.agriculteurs-debretagne.bzh.fr Les visiteurs repéreront facilement la ferme la plus proche, les horaires et les animations proposées grâce à une carte interactive.

Créée en Juillet 2012, « AGRICULTEURS DE BRETAGNE » est une association qui entend rassembler tous ceux pour qui l’agriculture est un levier essentiel du développement régional. Notre ambition est grande : redonner de la fierté aux agriculteurs et susciter la reconnaissance des Bretons pour toutes les contributions de l’agriculture à la région. Nos actions visent à redonner la parole aux agriculteurs et favoriser le dialogue avec les Bretons. 2 600 agriculteurs et sympathisants adhèrent à la démarche qui est soutenue par 138 entreprises et organismes de la filière agricole et agroalimentaire bretonne.

BCEL Ouest soutient cette association depuis ses débuts.

MAG Eleveurs Mai 2019

MAG MAI 2019.indd

Consultez le MAG Eleveurs de Mai 2019 !

Étudiez le comportement de vos génisses !

vignette génisses

L’observation des génisses, avec mise en place d’une caméra sur 24 heures, permet de déterminer des leviers d’actions dans vos élevages afin d’atteindre les objectifs de croissance que vous vous êtes fixés.

Ces séquences vidéo permettent de connaitre le comportement des génisses sur 24 heures, leur rythme de vie et de sociabilisation. Ces deux derniers critères sont acquis précocement. Les observations troupeau (alimentation, abreuvement, espace, lumière, air et repos) ainsi que les observations individuelles mettent en avant les points positifs de vos pratiques mais aussi des pistes d’amélioration (cf.tableau ci-dessous).

Le manque d’accessibilité des fourrages sur 24 heures peut expliquer en partie les diarrhées alimentaires observées sur la phase 0-6 mois. Il y a beaucoup à apprendre de ces observations.

Afin de réduire l’âge au vêlage, n’hésitez pas à demander une prescription sur cette thématique innovante !

 

Les rencontres printanières reviennent !

vignette RP

BCEL Ouest vous donne rendez-vous pour la quatrième édition des rencontres nutrition de printemps.

Les rencontres nutrition de l’automne ont été un succès sur l’ensemble de la zone BCEL Ouest avec 1 200 analyses de fourrages réalisées. Pour poursuivre sur cette dynamique, des rencontres nutrition de printemps sont organisées en mai et juin.

bannière-rencontres-printemps

Ces rencontres axées sur l’herbe s’adressent à tous les éleveurs, valorisant de 10 à 50 ares d’herbe  (avec pâturage, affouragement en vert, fauche …). Pour cela, nous allons diffuser des informations techniques sur la thématique :

  • Signes de vache au pâturage
  • Conduite du pâturage
  • Choix des espèces/implantation des prairies
  • Fauche/Conservation
  • Affourragement en vert
  • Aspect économique du pâturage
  • Pâturage des génisses
  • Trucs et astuces
  • Gestion des refus
  • Quels fourrages demain
  • ….

Voici les dates d’ores et déjà programmées, de 11h30 à 16h00 (repas sur place)

Galerie photos – Rencontres de 2018

 

Robots de traite : état des lieux des nouvelles installations

vignette robot

La tendance à l’automatisation en élevage est une réalité depuis les années 2000.  En Bretagne, comme ailleurs dans le monde, les projets de robots de traite sont de plus en plus en discussion.

robot1

Source : CROCIT Bretagne

Ainsi sur les 6 dernières années en Bretagne, 721 élevages ont choisi la traite robotisée pour le renouvellement de leur matériel de traite.

robot2

Source : CROCIT Bretagne

Pour comparer, prenons l’exemple des Pays-Bas, en 2017 les robots ne représentaient que 42 % des installations neuves. Pour 2018, la tendance est similaire à la Bretagne.

robot3
robot4

Par contre les Pays-Bas ont déjà plus de 22% de leurs élevages qui sont robotisés alors qu’en Bretagne c’est moitié moins. L’évolution est donc bien en cours et les réflexions des éleveurs aussi.

robot5

A BCEL Ouest, nous sommes présents depuis plus de 15 ans avec les éleveurs pour les accompagner dans leur choix de matériel et dans la conduite de leur élevage robotisé. Ainsi, les consultants automatisation ont développé une connaissance approfondie des différentes marques et des conditions de la réussite d’un projet robot.

Le choix de la couleur du robot est souvent la dernière chose à faire car c’est le système d’élevage et sa cohérence qui doivent être prioritaires : « Vais-je conserver la même part d’herbe qu’aujourd’hui ? », « Quel nombre de vaches est envisageable dans mon bâtiment et pour quelle circulation ? »

Un groupe d’experts s’est réuni début avril pour remettre à jour les références techniques et les nouveautés des dernières versions de robots. Les éleveurs en projet d’investissement pourront bénéficier des dernières références techniques et de l’expérience cumulée de nos experts.

>> Voir la fiche prestation « Conseil automatisation »

Nouveautés à Agrideiz !

agrideiz 2

Il y a 2 ans, GDS Bretagne, BCEL Ouest et EVOLUTION ont créé INNOVAL. A travers cette filiale, c’est un partenariat unique en France qui porte des projets innovants et mutualise des compétences et des moyens au profit d’un meilleur service et d’un meilleur accompagnement pour vous éleveurs.

2019 sera notamment marquée par la mutualisation des moyens sur les salons auxquels nous participons en commençant par Agrideiz qui se déroulera les 23 et 24 mars prochains au Parc des Expositions de Quimper (29).

Aussi, GDS Bretagne, BCEL Ouest et EVOLUTION vous accueilleront sur un espace partagé sous la bannière INNOVAL dans l’étable des bovins, Stand n°1.

A l’occasion du lancement de sa page Facebook : https://www.facebook.com/bcelouest/, BCEL Ouest offre un petit cadeau pour 1 like sur sa page ! Cadeau à venir retirer en main propre sur le stand sur présentation du like. Aucun envoi ne sera fait ultérieurement.

AGRIDEIZ

Nous vous attendons nombreux !

MAG Eleveurs Mars 2019

MAG MARS 2019.indd

Consultez le MAG Eleveurs de Mars 2019 !

SIA 2019 : bravo à nos éleveurs bretons !

Logo_p16-Concours_General_Agricole_2015

Le salon International de l’Agriculture de Paris s’est clôturé le 3 mars dernier. Félicitations aux éleveurs laitiers bretons qui ont brillé lors des concours nationaux et en particulier à nos éleveurs adhérents :

Concours Pie Rouge

Grande année pour Dalida, qui gagne les prix de grande championne, meilleure laitière et mamelle. Félicitations à René NICOLAS – Le Sourn (56).

big_fiches_Championne_Pie_rouge_salon_de_l_agriculture_2019

LUNA de l’EARL Rannou à Pleyben (29) remporte le prix de Championne Jeune.

Concours Prim’Holstein

CAPJIROISE remporte le prix de Meilleure mamelle adulte > Félicitations au GAEC Cabon à Plourin (29)

fiches_Meilleure_mamelle

LOLITA remporte le prix de Championne Jeune > Félicitations au GAEC Le Dorze à Plumelin (56)

LOLITA

FOLLEZOU LAURIE remporte le prix de Meilleure mamelle jeune > Félicitations au GAEC Follezou à Plévin (22)

550 éleveurs aux Rendez-Vous BCEL Ouest !

INNOVAL RDV

Les Rendez-vous par BCEL Ouest se sont achevés jeudi 31 janvier à Saint Brandan. Au total, vous êtes 550 à être venus assister à la présentation des actualités de BCEL Ouest le matin et au thème technique sur les bâtiments d’élevage l’après-midi avec un taux de satisfaction global de 92 %.

La nouveauté cette année portait sur une animation de l’après-midi INNOVAL en collaboration avec GDS Bretagne et le groupe EVOLUTION. 88 % des éleveurs ont été satisfait à très satisfait de cette thématique.

Les présentations techniques qui ont été proposées aux éleveurs présents sont disponibles sur votre espace Extranet.

L’équipe des conseillers bâtiment de BCEL Ouest se tient à votre disposition pour toute question concernant une rénovation ou un projet de construction de bâtiment. N’hésitez pas à les solliciter > Aller sur la fiche conseil en bâtiment d’élevage

MAG Eleveurs Janvier 2019

MAG JANVIER 2019-1

Consultez le MAG Eleveurs de Janvier 2019 !

Lésions des pieds et facteurs métaboliques / alimentaires

cerise

Etude réalisée par Marion Galmiche dans le cadre de sa thèse vétérinaire réalisée à BCEL Ouest – 07/2018. Thèse consultable en ligne ici.

Les différentes catégories de lésions podales

Il existe de nombreuses lésions podales dues à des causes différentes, faisant intervenir divers facteurs de risque. Habituellement on distingue les lésions selon leur origine : infectieuse ou non. Dans cette étude, nous nous somme focalisés sur les principales lésions, illustrées ci-dessous :

0000-2018-11-Principales-données-étude-Marion_à-jour-20-11-18-VF-1

Facteurs de risque liés à la conduite du troupeau

Cette première partie résume les résultats issus de l’analyse de la base de données à l’échelle du troupeau (299 élevages réalisant régulièrement du parage avec BCEL Ouest). Les facteurs de risque majeurs des lésions podales sont liés au système de production. Le confort et la propreté de l’environnement sont de loin les facteurs de risque les plus importants. Dans la majeure partie des cas le pâturage a un effet bénéfique.

0000-2018-11-Principales-données-étude-Marion_à-jour-20-11-18-VF-4

0000-2018-11-Principales-données-étude-Marion_à-jour-20-11-18-VF-2

L’alimentation joue un rôle très secondaire avec tout de même un impact du déficit énergétique. La note Cetodetect est un indicateur d’acétonémie calculé au niveau individuel à partir notamment du dosage de corps cétoniques présents dans le lait. Des notes 3/4/5 témoignent d’une acétonémie clinique. Dans les élevages avec beaucoup de notes Cétodetect 3/4/5 ou avec une irrégularité des notes Cetodetect, la proportion de vaches atteintes de lésions non infectieuses et communes est plus élevée que dans les élevages avec des notes Cetodetect satisfaisantes.

Facteurs de risque individuels

Cette deuxième partie résume les résultats issus de l’analyse de la base de données à l’échelle individuelle (43 562 vaches parées, dont 21 932 vaches avec la disponibilité de toutes les données relatives au stade/rang/race/production laitière/logement/ration).

  •  Rang de lactation :

o  Les multipares ont 1/3 de risque supplémentaire de présenter des lésions infectieuses par rapport aux primipares
o  Les primipares ont 1/5 de risque supplémentaire de présenter des lésions communes ou de fourbure subaigüe par rapport aux vaches en 2ème lactation, puis on observe une augmentation du risque avec le rang de lactation avec presque 2/3 de risque supplémentaire pour les vaches en 4ème lactation et plus

  •  Stade de lactation :

o  Les vaches au pic de lactation ont 1/3 de risque supplémentaire de présenter des lésions de fourbure subaigüe et ¾ de risque supplémentaire de présenter des lésions communes.

0000-2018-11-Principales-données-étude-Marion_à-jour-20-11-18-VF-3

  • Race :

Les  normandes  présenteraient  plus  d’1/4  de  risque  supplémentaire  de  présenter  de  lésions infectieuses, et plus de 2/3 de risque supplémentaire de présenter des lésions de fourbure subaigüe. Malgré le fait qu’elles soient souvent élevées dans des systèmes peu à risque il semblerait qu’il y ait des prédispositions raciales. Ce résultat nouveau et non référencé auparavant semble cohérent avec le ressenti terrain avec de plus en plus de lésions de dermatite digitée présentes sur des limaces notamment.

  • Déficit énergétique :

Les vaches avec un TB/TP moyen inférieur à 1,2 ont ¼ de risque en moins de présenter des lésions communes. Au contraire les vaches avec un TB/TP moyen supérieur à 1,3 ont 1/6 de risque supplémentaire. Pour les autres types de lésions l’effet n’était pas significatif. Cela signifie que contrairement aux idées reçues, l’acidose n’est pas un facteur de risque de lésions podales. Par contre le déficit énergétique a un impact sur les lésions communes.

Recherche de pratiques alimentaires favorisant les lésions podales

Cette partie aborde les résultats de l’enquête. Nous avions ciblé des élevages avec beaucoup de lésions podales malgré un système de production peu à risque, et des élevages avec peu de lésions malgré un système de production à risque. Le but était d’identifier des situations où l’alimentation pourrait être impliquée comme facteur de risque ou facteur améliorateur. Cette enquête a permis de mettre en avant l’aspect multifactoriel des lésions podales.  Chaque élevage possède ses propres facteurs de risque et leviers d’action. A l’échelle des 46 élevages, certains points ressortaient nettement:

0000-2018-11-Principales-données-étude-Marion_à-jour-20-11-18-VF-5

Conclusion : place de l’alimentation et rôle du déficit énergétique

0000-2018-11-Principales-données-étude-Marion_à-jour-20-11-18-VF-6Les lésions podales sont liées au confort et à la propreté de l’environnement. Le pâturage bien conduit est bénéfique. La gestion des lésions podales (surveillance, réactivité, parage, prévention) est primordiale. Chaque élevage possède ses propres facteurs de risque et leur cumul est important. Le déficit énergétique est néanmoins un facteur de risque secondaire pour les lésions d’origine non infectieuse ou communes. Différents mécanismes interviennent (les principaux sont récapitulés dans le schéma bilan ci- dessous). Sa gestion à travers la transition alimentaire et l’alimentation des taries est importante à considérer. Au sein d’un troupeau, la surveillance peut être accentuée sur les vaches à risques au pic de lactation, à risque de déficit énergétique (TB/TP haut, note Cétodetect élevée, perte d’état  corporel,  vache  grasse  au   vêlage…)  afin d’agir rapidement.

L’acidose aiguë est anecdotique (accès accidentel à une grande quantité de concentrés par exemple) et reste à risque de lésions de fourbure aiguë (pied inflammé, vache « qui marche  sur  des  œufs »).  Cependant contrairement à  ce  qui  continue d’être  parfois  dit  sur  le  terrain,  la subacidose n’est pas un facteur de risque de lésions podales. De nombreuses publications actuelles s’accordent sur ce point. A trop vouloir lutter contre la subacidose on peut parfois favoriser des situations de déficit énergétique, et avoir l’effet opposé de celui attendu.

Description des lésions podales des bovins laitiers suite au parage fonctionnel et identification de facteurs de risque métaboliques et alimentaires

Capture

Consultez la thèse de Marion GALMICHE, stagiaire vétérinaire à BCEL Ouest.

L’échantillon de lait : de la traite aux résultats d’analyse

vignette-collecte

Quel est le parcours d’un échantillon de lait ? Comment est-il prélevé à la traite par les équipes d’agents de pesée de BCEL Ouest ? Comment est-il analysé ? Par quels procédés ?

Pour répondre à toutes ses questions, BCEL Ouest a réalisé une vidéo qui retrace le parcours d’un échantillon de lait et valorise la chaîne collecte de données ainsi que tous les intervenants qui y travaillent !
 

 

MAG Eleveurs Novembre 2018

MAG NOVEMBRE 2018.indd

Consultez le MAG Eleveurs de Novembre 2018 !

Tarissement des vaches laitières avec traitement antibiotique sélectif

Poster tarissement 2018

Résultats sur le tarissement des vaches laitières avec traitement antibiotique sélectif

Reclassement de certaines prairies temporaires déclarées à la PAC

prairie

La réglementation PAC indique que les Prairies Temporaires (PT) déclarées à la PAC depuis 6 années et plus doivent être déclarées en Prairie Rotation Longue (PRL) ou éventuellement en Prairie Permanente (PP).

Ce point de la réglementation sera désormais appliqué à partir des dossiers PAC 2018 (Effet rétroactif)

Cette décision très fortement envisagée dès le printemps 2018, va dans certains cas remettre en cause les ratios diversité assolement et surtout le taux de Surface d’Intérêt Ecologique (SIE), lorsque celui-ci repose sur les éléments topographiques (haies, bosquets, etc…)

En effet les éléments topographiques ne peuvent être pris en compte que sur des terres arables, entre autres prairies temporaires. Dès lors qu’une prairie sera basculée en Prairie Rotation Longue, l’éventuel élément topographique présent sur cette prairie ne pourra plus être pris en compte, et ainsi le taux de SIE sera revu à la baisse.  Certaines exploitations pourraient potentiellement ne plus avoir suffisamment de SIE pour atteindre les 5 % obligatoires pour obtenir la totalité des aides vertes.

S’il est trop tard pour influencer le dossier PAC 2018, il faut dès maintenant pour 2019, vérifier quelles prairies sont déclarées en PT depuis la PAC 2014 ?

tableau PAC

Le code PRL (Eventuellement PP) doit être utilisé sur ces parcelles pour éviter toute mauvaise surprise suite à l’instruction du dossier PAC 2019. C’est bien la déclaration PAC qui est prise en compte, un ressemi de prairie entre 2 déclarations PAC, ne permet pas de continuer à déclarer en PT.

Une web-série sur les boiteries !

vignette parage

Pour ce premier épisode de #QuestionDeSanté spécial boiteries, le GAEC du Séquoia dans le Doubs nous ouvre ses portes. Dans cette ferme, les 150 Montbéliardes bénéficient d’un parage préventif !

Si vous aussi, vous êtes intéressé par du parage préventif, n’hésitez pas à faire appel à notre équipe de pareurs.

Pour en savoir plus, consultez notre prestation !

Traite robotisée : les chiffres de la campagne 2017-2018

vignette robot

Comme chaque année, BCEL Ouest vous propose une synthèse des données techniques et économiques pour les élevages équipés de robot de traite.

Le nombre d’élevages avec un robot de traite est en augmentation : 9.8 % des élevages suivis par BCEL Ouest ; plus de 12 % des vaches de BCEL Ouest sont traites avec un robot. En moyenne, un élevage est équipé de 1.53 stalles.

Nous pouvons retenir :

  • Une augmentation constante de la taille des troupeaux depuis plusieurs campagnes ; la taille moyenne des troupeaux avec robot de traite est de 87.8 vaches contre 70 vaches pour l’ensemble des éleveurs BCEL Ouest ;
  • Par conséquent, nous notons aussi une augmentation de 27 0000 litres de lait livré par rapport à la campagne précédente pour les élevages en traite robotisée ;
  • Les données techniques sont stables en comparaison avec les campagnes précédentes ; on constate une stabilisation du niveau de production de lait par rapport à la campagne précédente ;
  • La production de lait livré par UTH est de 335 140 litres avec un robot de traite, contre 236 853 litres pour l’ensemble des éleveurs BCEL Ouest ;
  • Concernant le coût alimentaire, on note un écart de 15 € des 1 000 litres de lait vendus, en comparaison avec les élevages sans robot de traite.

 

robot1

 

robot2

robot3
BCEL Ouest développe depuis plusieurs années une carte de service spécifique pour les éleveurs équipés de robot de traite ; vous pouvez la consulter ici.

 

Pâturage et affouragement en vert : à quel coût ?

xpertia

Xpertia vous propose des réunions d’information sur le thème : Les vaches à l’herbe ou l’herbe aux vaches ?

  • Gestion de l’herbe
  • Augmentation de la taille des troupeaux
  • Surface accessible
  • Gestion de la main d’œuvre
  • Aménagements et coûts
  • Matériels d’affouragement

Pour les abonnés Form@dis, cette demi-journée complète les kits Formadis que vous recevez chaque trimestre. Elle ouvre droit au crédit d’impôt formation.

Ces réunions d’information sont gratuites et ouvertes à tous les éleveurs intéressés. Elles seront animées par nos experts en « gestion financière » et par nos experts « système » spécialisés dans la conduite des systèmes laitiers.

Ces réunions ont lieu de 14 heures à 16 heures 30.

  • Jeudi 29 novembre Salle muguet à MORÉAC (56)
  • Mardi 04 décembre Maison du temps libre à LANDEHEN (22)
  • Jeudi 13 décembre Pépinière d’entreprise à LANDERNEAU (29)

Inscrivez-vous via le coupon-réponse téléchargeable.

MAG Éleveurs Septembre 2018

vignette MAG septembre

Consultez le MAG Eleveurs de Septembre 2018 !

€codéfi : un nouveau départ pour l’EARL de Salzert (86)

vignette ecodefi

L’€codéfi est une prestation proposée par Xpertia en partenariat avec Cogedis et réalisée par Johan Clérice, consultant système à BCEL Ouest et Anthony Nallet, consultant gestion à Cogedis. La complémentarité de l’expertise permet un diagnostic tant économique que technique de l’exploitation. Cette démarche doit aboutir à la mise en place d’un plan d’actions à court et moyen terme.

Adrien Caillaud, éleveur à l’EARL de Salzert (86) témoigne. Le service €codéfi a été proposé par son centre comptable il y a un an et demi. A l’époque, Adrien venait de rentrer dans un dispositif de parrainage pour reprendre l’exploitation de Monsieur Régis Viaud.

Cogedis a proposé cette étude car « les résultats économiques de l’exploitation n’étaient pas très bons ». De plus, à l’arrivée en parrainage d’Adrien des questions se sont posées sur la rentabilité de l’exploitation. Il devenait important pour ce futur jeune installé de réfléchir à l’organisation du travail et aux choix qui en découlaient.

L’objectif était double : pour le cédant, améliorer les résultats économiques avant l’installation du repreneur et pour le repreneur, trouver des solutions pour améliorer la rentabilité à long terme de l’outil. « La prestation a vraiment été au service des deux éleveurs, le cédant et l’arrivant ».

Adrien a témoigné en quelques mots de son ressenti sur l’€codéfi.

« En un an, nous avons quasiment atteint tous les objectifs fixés par l’€codéfi. La prestation m’a permis de me rendre compte du coût de la gestion de troupeau. Par exemple, j’ai pu mettre des chiffres sur le coût d’élevage d’une génisse, le prix d’une mammite et l’incidence des boiteries.

L’€codéfi a été le point de départ de nombreuses améliorations. Les éléments issus de cette prestation ont permis de mettre des bases de travail pour le cédant et le repreneur. Cette approche a permis une prise de conscience qu’il fallait des objectifs. Objectifs qu’il faut retraduire en indicateurs de pilotage pour avancer. Cette année, nous n’avions pas d’objectifs de travail et cela s’est traduit par du relâchement. Pour moi, cette prestation peut aussi redonner de l’élan à une exploitation en difficulté ».

Aujourd’hui Adrien est installé et souhaite augmenter sa référence pour saturer le robot de traite. Il refera peut-être un €codéfi pour mettre en place un nouveau plan d’action adapté aux projets futurs.

Si vous êtes intéressé par cette prestation, plus d’infos ici : https://www.bcel-ouest.fr/xpertia-conseil-strategique-technique-economie/ ou contactez votre conseiller référent !

Venez analyser vos fourrages !

Sans titre-1

Flyer Rencontres Nutrition 2018

Quand ?

Du 16 octobre au 28 novembre sur 23 points de collecte de 10 heures à 16 heures

Comment procéder ?

Vous déposez vos échantillons de fourrages sur un des points de collecte et repartez directement avec vos résultats d’analyses.

Bénéficiez d’une synthèse technique

Une synthèse technique avec des conseils nutritionnels vous sera adressée par mail et disponible sur votre Extranet

Analyses possibles

• Ensilage de maïs stabilisé (3 semaines)
• Ensilage d’herbe (graminées, prairies – maxi 50 % de légumineuses)
• Enrubannage (graminées, prairies – maxi 50 % de légumineuses)
• Luzerne : foin / enrubannage
• Foin de graminées et légumineuses (maxi 50 %)
• Rations complètes ou semi-complètes

Consultez le calendrier

CARTE-RN-VD

Enquête auprès des éleveurs de vaches, chèvres et brebis

enquete.jpg

L’IDELE réalise une enquête en ligne auprès des éleveurs laitiers (vache, chèvre et brebis). N’hésitez pas à participer !

Une belle vision de l’élevage laitier par les JA 29 !

Capture

Les Jeunes Agriculteurs du Finistère vous ouvrent les portes de leurs exploitations pour vous expliquer la filière laitière !

L’outil de management de troupeau iCownect officiellement déployé !

vignette ICN article

Les éleveurs peuvent piloter leur élevage à partir d’une seule application de gestion de troupeau ! Pensé et créé par des éleveurs, iCownect est un outil de terrain qui répond à leurs attentes.

iCownect regroupe l’ensemble des données d’un élevage : l’identification, la santé, la production laitière, le suivi de croissance, la reproduction, la génétique, l’alimentation, le suivi des ventes, le pilotage économique et le planning complet des événements pour la conduite du troupeau.

plaquette_innoval_icownect-3

plus ICN

Pour découvrir les offres

Parlez-en à votre conseiller référent ou rendez-vous sur : http://www.innoval-elevage.fr/

Collecte des déchets agricoles

La collecte des PPNU (Produits Phytosanitaires Non Utilisés) : le jeudi 22 novembre 2018 pour toute la Bretagne. Pour connaître les sites de collecte, contactez votre distributeur.

La collecte des films d’ensilage, d’enrubannage, de ficelles et de filets pour les départements des Côtes d’Armor, du Morbihan et du Finistère aura lieu du 15 au 17 janvier et du 10 au 12 septembre 2019. Des dépliants par département vous seront communiqués prochainement.

iCownect

vignette-ICN-2

Conduisez votre élevage à partir d’une seule application de gestion de troupeau ! Pensé et créé par un éleveur, iCownect By Innoval est un outil de terrain qui répond à vos attentes.

Paiements PAC : acompte du 16 octobre

PAC

Le ministre de l’Agriculture avait annoncé un acompte de 70 %.

Voici les montants réellement versés à compter du 16 octobre sur les comptes des exploitants.

Aides surfaces :

  • Aides découplées, paiements de base (DPB) 70 % du montant du portefeuille DPB. (A noter que le montant des DPB est en baisse de 4.2 % de la valeur annoncée pour 2018 sur le portefeuille DPB 2017.
  • Aides découplées, paiements redistributifs 70 % du montant : (46.85 € / ha)
  • Il n’y a pas d’acompte sur les aides vertes. (La fin de période obligatoire pour les SIE n’étant pas terminée) Un acompte sur les aides vertes est prévu courant du mois de novembre.

Le coefficient de paiement vert sera de 0.681818 sur le montant des paiements de base.

  • Paiement Jeune Agriculteur : 70 % de 65.2 € / ha dans la limite de 34 ha.

Aides animales :

  • Acompte de 70 % du montant total, dont :
    • Aide vaches laitières : 38.9 € / vache éligible dans la limite de 40 VL / part PAC. (Suppression de l’aide pour les nouveaux producteurs de lait)
    • Aide vaches allaitantes : Coefficient de 0.97 appliqué sur le nombre de vaches allaitantes éligibles.
      • 166 € / vache pour les 50 premières.
      • 121 € / vache de 51 à 99 vaches.
      • 62 € / vache de 100 à 139 vaches.
    • Aide caprine : 16.18 € / animal éligible.
    • Aide ovine : 22.05 € / brebis éligible, plus 2 € / brebis pour les 500 premières.

ATTENTION :

  • Les exploitations ayant fait l’objet d’un contrôle dernièrement, n’ont pas forcément touchés l’acompte au complet.

Par exemple, les exploitations contrôlées au titres des SIE, quelles est fait l’objet d’anomalies ou pas seront payées prochainement sur les aides surfaces. Elles n’ont touchés pour l’instant que sur les aides animales.

A l’inverse, les exploitations ayant fait l’objet d’un contrôle sur les aides animales, n’ont pas forcément touchés l’acompte sur ces aides animales, quelles est fait l’objet d’anomalies ou pas.

Les exploitations faisant l’objet de transfert de DPB, pour lesquels l’instruction n’est pas terminée n’ont pas touché l’acompte sur les aides surfaces. (Éventuellement les changements de statut juridique)

Pour ces exploitations, l’acompte sera complété dans les prochaines semaines.

  • Le solde des aides surfaces est prévu d’être versé courant décembre.
  • Le solde des aides bovines est prévu d’être payé courant janvier 2019.
  • Au final, les exploitations ont reçu environ 50 % des aides PAC prévues.

Le salon Ohhh la vache a fermé ses portes

pontivy2018

Le salon Ohhh la vache 2018 s’est tenu les samedi 13 et dimanche 14 octobre à Pontivy. Une très belle édition où les éleveurs bretons ont apprécié les moments de convivialité proposés par BCEL Ouest notamment les petits déjeuners offerts aux éleveurs exposants.

Comme chaque année, le personnel de BCEL Ouest s’est fortement investi dans l’organisation des concours.

Des moments de convivialité sur le stand BCEL Ouest

dav

Bravo aux éleveurs adhérents qui ont remporté les concours

  • GAEC LE FEBVRIER avec MAETICA, Grande Championne Montbéliarde
  • M. Serge LE GAL avec INOUIE, Grande Championne Normande
  • GAEC NELLO GICQUEL avec IRISE, Grande Championne Pie Rouge
  • GAEC DU BON VENT avec DU BON VENT JANNA CAMA, Grande Championne Prim’Holstein

Épandage de lisier : une dérogation jusqu’au 15 octobre sur prairie

fosse

Suite à une demande de la profession agricole, les Préfets des 4 départements Bretons ont délivré un arrêté qui permet d’épandre le lisier sur prairie de plus de 6 mois jusqu’au 15 octobre. Pour rappel le calendrier d’épandage de la directive nitrate l’interdit à partir du 1er octobre.

Mais attention la quantité épandue par ha ne doit pas dépasser 20 unités d’azote équivalent engrais ce qui représente un maximum de 20M3 par ha pour du lisier de bovin à1,8 unités d’azote/m3.

La dérogation a été motivée par un retard de pousse de l’herbe sur l’automne liée aux conditions météorologiques exceptionnellement sèches. C’est donc l’occasion de vider les fosses et d’aborder l’hiver en toute sérénité.

Douve : connaître le niveau de risque pour le maîtriser !

douve

La grande DOUVE reste le parasite majeur de la vache laitière au pâturage (même si le niveau d’infestation est en général faible à modéré dans notre région).

Ohhh la vache

Retrouvez-nous au salon Ohhh la vache de Pontivy les 13 et 14 octobre prochains !

AFFICHE2018_R6

Ensilage maïs : Doit-on faire une coupe longue à 50 cm ?

ensiilage

Par Johann CARIOU, responsable technique nutrition et génisses
Source : AGRANET

 

1) Une première réflexion s’impose avant de faire du maïs coupé à 50 cm : est-on autonome en fourrage ?  Si vos stocks sont limités, il vaut mieux privilégier une récolte classique puisque la baisse de rendement est estimée à 10% soit environ 1.5 TMS/ha.

 

2)  En revanche techniquement, une coupe à 50 cm va apporter :
  • 2-3 points de digestibilité en plus et meilleure dégradabilité ruminale (cf tableau et graphique ci-dessous)
  • + 10% d’amidon
  • 0.7 point de MS pour 10 cm relevés soit avec une coupe à 50 cm 3.5 points de MS supplémentaires
  • Une économie possible sur le concentré de production (200 à 800g/jour). Mais très dépendant de la ration de base de départ.
3) Le maïs coupé à 50 cm pour quelles rations ?
  • Il n’est pas recommandé pour des rations maïs plat unique
  • Apport de luzerne ou de fourrages faibles en énergie : 1/3  de ration minimum. L’apport de maïs concentré permettra de maintenir une concentration de la ration au niveau des recommandations.
  • Attention au taux d’amidon moyen de la ration : objectif 22-26% (faire attention aux déviations fermentaires et à l’équilibre azote-énergie de la ration ainsi qu’à la teneur en cellulose brute de la ration.

4) Surcoût de la tonne de MS : 52-55€/tonne de MS pour le maïs coupé à 50 cm contre 40-45€/TMS pour le maïs classique

Il faut être vigilant sur la MS de la plante à la récolte car le taux de MS est supérieur à un maïs classique.

Retrouvez d’autres réponses à vos questions dans la boîte à questions Agranet  :  http://www.agranet.fr/agranet/accueil/index.aspx?service=alaune&article=2570

 

Ferme laitière bas carbone : agissez en réalisant un diagnostic !

vignette ferme

Un outil d’évaluation et d’aide à la décision certifié pour mesurer sa durabilité, se comparer et construire un plan d’action adapté.

Un point de MS tous les 1.5-2 jours

Vignette MS

Avec les températures actuelles, les maïs évoluent rapidement. Il faut entre 19°C et 25°C (base 6°C) pour faire un point de matière sèche. Si nous prenons les températures des 2 derniers jours (15-16°C le matin et 23-24°C l’après-midi) la moyenne journalière se situe à 19-20°C. Soit avec la base 6°C (19-6=13°C) 13°C par jour : il faut donc entre 1.5 à 2 jours pour faire actuellement 1 point de MS. Soyez vigilant sur l’avancée des maïs.

rencontres ms

Retour sur les Rencontres Matière Sèche en images

Une très belle édition du SPACE !

Vignette space

Le SPACE 2018 a fermé ses portes vendredi 14 septembre. Une très belle édition ensoleillée où les éleveurs bretons ont à nouveau brillé dans les concours. Le stand de BCEL Ouest n’a pas désempli tout comme le stand Innoval où de nombreux éleveurs ont montré leur intérêt pour le logiciel iCownect.

Des moments de convivialité sur le stand BCEL Ouest

Le logiciel iCownect by Innoval a suscité l’intérêt des éleveurs

Le GAEC de Toul’Manach (29) domine le concours Pie Rouge

LYNDA, Réserve Grande Championne

ILIADEILIADE, Grande Championne

Le GAEC du Bon Vent (56) et le GAEC Cabon (29) se partagent le concours Prim’Holstein

RESERVE PH GAEC CABON CAPJ IRANACAPJ IRANA, Réserve Grande Championne – GAEC CABON

GAEC BON VENT GRANDE CHAMPIONNE PHDU BON VENT JAMMA CAMA, Grande Championne – GAEC DU BON VENT

Type racial des bovins, comment les déclarer ?

racial

580_Avril_Type racial des bovins comment les déclarer_P29 (3)

La récolte du maïs ensilage, des fourrages stockés pour l’année !

test seau

Pour beaucoup d’entre vous la récolte de maïs est la récolte de l’année, il est donc important de vérifier le broyage et l’éclatage du grain le jour J.

Adapter la longueur de coupe aux outils de distribution et à la matière sèche du fourrage.

Pour vérifier l’éclatage du grain vous pouvez réaliser le test du seau (cf vidéo ci-dessous) le jour de la récolte (rapide 2 minutes) : cela permettra de valider ou de corriger  l’éclatage avec votre intervenant.

Bâtiment : liste des concepteurs, constructeurs et installateurs agréés

vignette bâtiment

liste-agréés

Empreinte carbone du lait et contributions positives des élevages en Bretagne et France : les résultats 2018

2018_Contributions-positives-GES-1

Les données sont issues de 3 135 élevages bovins laitiers français partenaires du projet LIFE Carbon Dairy ayant bénéficié d’un diagnostic CAP’2ER® Niveau 2. Cette fiche synthétise les résultats gaz à effet de serre et contributions positives de tous ces élevages.

Empreinte carbone du lait et contributions positives des élevages en Bretagne et France

Capture

Les données sont issues de 3 135 élevages bovins laitiers français partenaires du projet LIFE Carbon Dairy ayant bénéficié d’un diagnostic CAP’2ER® Niveau 2. Cette fiche synthétise les résultats gaz à effet de serre et contributions positives de tous ces élevages. Elle a pour objectif de présenter leurs résultats techniques et environnementaux et se comparer à un référentiel global. L’échantillon est constitué majoritairement d’élevages BCEL Ouest puisque parmi toutes ces exploitations agricoles, 1 948 sont bretonnes.

BCEL Ouest au salon bio « La Terre est notre métier »

La terre est notre métier

Né en 2001, le salon La Terre est Notre Métier, se tient tous les deux ans à Retiers (35). Salon national du réseau FNAB (Fédération nationale d’agriculture biologique), il est mis en œuvre par le réseau des agriculteurs bio de Bretagne, des Pays de la Loire et de Normandie.

En 2018, il aura lieu les 26 et 27 septembre de 9h30 à 19h.

BCEL Ouest y participe cette année en tenant un stand. N’hésitez pas à venir échanger avec nos conseillers spécialisés bio !

>> Voir le programme

Pour obtenir votre entrée gratuite, c’est par ici

Empreinte carbone du lait Bretagne : les résultats 2016-2017

carbon

Retrouvez les résultats Bretagne Carbon Dairy

Fiche Carbon Dairy 2018

Aller plus loin avec l’outil Afimilk®

afimilk2

Piloter son troupeau avec l’outil Afimilk®

Objectifs

Appréhender l’utilisation du système :

  • Prendre en main le logiciel – être capable de naviguer sur les différents écrans
  • Etre capable d’utiliser les données sur l’application
  • Etre capable d’aller chercher une information dans le logiciel
  • Personnaliser les alertes et listes de vaches

Manager son troupeau à partir des données et alertes : conduite du troupeau, reproduction et alimentation

  • Interpréter et valoriser les données des capteurs et analyseurs
  • Etre en mesure d’utiliser les données pour décider de la mise à la reproduction
  • Etre en mesure d’utiliser les données pour agir sur l’alimentation
  • Prendre en compte en compte les alertes pour gérer la prévention santé du troupeau

afimilk

Descriptif de la prestation

> 1ère visite par des consultants dédiés et formés : ½ journée 1 mois après l’installation du matériel

Appréhender l’utilisation du logiciel :

  • Description du logiciel : menus / arborescence / fiche animal / données activités
  • Prise en main du logiciel en se basant sur le didacticiel
  • Paramétrage des alertes

Lien entre les données du logiciel et la zootechnie :

  • Présentation du rapport BCEL Ouest et échanges sur les pratiques
  • Utilisation au quotidien / animaux à surveiller et actions

 

> 2ème visite par des consultants dédiés et formés : ½ journée 4 mois après l’installation

Approfondir l’utilisation du logiciel :

  • Retour sur les éléments vus lors de la 1ère visite (rapports, paramétrages)
  • Questions / Réponses sur l’utilisation quotidienne
  • Paramétrage des alertes de niveau 2

agrinir

Lien entre les données du logiciel et la zootechnie :

  • Approfondissement des données de l’élevage sur la base des premiers rapports de BCEL Ouest
  • Observation des animaux en lien avec les données

 

> 3ème visite par des consultants dédiés et formés : ½ journée 8 mois après l’installation

Approfondir l’utilisation du logiciel :

  • Retour sur les éléments vus lors de la 1ère visite (rapports, paramétrages)
  • Questions / Réponses sur l’utilisation quotidienne
  • Paramétrage des alertes de niveau 2

Lien entre les données du logiciel et la zootechnie :

  • Approfondissement des données de l’élevage sur la base des premiers rapports de BCEL Ouest
  • Observation des animaux en lien avec les données

 

> Point téléphonique

  • Prise en main à distance
  • Questions / Réponses

 

Les + de BCEL Ouest

  • Des consultants dédiés et spécialement formés pour répondre à vos attentes
  • Un lien direct entre les données générées par votre automate et vos vaches
  • Une expérience dans de nombreux élevages
  • Une valorisation individuelle de vos données ainsi que des comparaisons de groupe

Aller plus loin avec l’outil Médria®

outil medria2

Piloter son troupeau avec l’outil Médria®

logo_medria-solutions_x2

 

 

Objectifs

Appréhender l’utilisation du système :

  • Prendre en main le logiciel – être capable de naviguer sur les différents écrans
  • Être capable d’utiliser les données sur l’application
  • Être capable d’aller chercher une information dans le logiciel
  • Paramétrer les alertes

Manager son troupeau à partir des données et alertes : reproduction et alimentation

  • Interpréter et valoriser les données des capteurs
  • Être en mesure d’utiliser les données pour décider de la mise à la reproduction
  • Être en mesure d’utiliser les données pour agir sur l’alimentation (rationnement et distribution)
  • Prendre en compte en compte les alertes pour gérer la prévention santé du troupeau

outil-medria

Descriptif de la prestation

> 1ère visite par des consultants dédiés et formés : ½ journée 1 mois après l’installation du matériel

Point technique sur la reproduction du troupeau :

  • Tour d’élevage et observations des vaches
  • Pratiques en place et points à améliorer
  • Rappel des cycles
  • Principaux troubles de la reproduction
  • Reproduction des génisses
  • Lien entre l’utilisation des capteurs/données/alertes et le management du troupeau

Point technique sur l’alimentation du troupeau :

  • Tour d’élevage et observations des vaches
  • Pratiques en place : rations, distribution, gestion des refus
  • Synthèse des points à améliorer
  • Rappels des repères Rumination et ingestion
  • Lien entre l’utilisation des capteurs/données/alertes et le management du troupeau

agrinir

 

 

Piloter son troupeau à partir des données des capteurs :

=> Devant le PC avec l’éleveur

  • Utilisation des graphiques, des courbes, des données en lien avec les observations du troupeau
  • Interprétation des graphiques et données

> 2ème visite par des consultants dédiés et formés : ½ journée entre 3 et 6 mois après la 1ère visite

  • Refaire le point sur les indicateurs reproduction et alimentation travaillés lors de la 1ère visite
  • Echange sur des cas de vaches, sur des périodes spécifiques (transition, changement de silos)
  • Faire le lien entre des observations logiciels et des éléments zootechniques
  • Point sur l’utilisation du logiciel

cowsignals

> Point téléphonique

  • Prise en main à distance
  • Questions / Réponses

 

Les + de BCEL Ouest

  • Des consultants dédiés et spécialement formés pour répondre à vos attentes
  • Un lien direct entre les données générées par votre automate et vos vaches
  • Une expérience dans de nombreux élevages
  • Une valorisation individuelle de vos données ainsi que des comparaisons de groupe

Retrouvez-nous au SPACE !

Retrouvez le stand BCEL Ouest Hall 1 – Stand E51 et les stands Innoval Hall 1 – Stand C44 et Hall 4 – Stand D110.

SPACE2018-250x250-FR

Plan des aides aux investissements : faites les démarches dès maintenant !

Sans titre-3

Le PCAEA (le Plan de Compétitivité et d’Adaptation des Exploitations Agricoles) s’inscrit dans le Plan de Développement Rural Régional (PDRR) : il est financé par l’Europe, l’État, et le Conseil Régional de Bretagne.

Il soutient la compétitivité économique des exploitations agricoles par des aides aux investissements de modernisation des bâtiments ou l’acquisition d’équipements. Le dossier est constitué de multiples documents comme plusieurs devis ou des attestations MSA ou fiscales, permis de construire….. Il faut donc s’y prendre à l’avance pour être sûr  de le déposer dans les délais.

Ce  programme a pour objectif de permettre la modernisation des moyens de production,  pour une meilleure compétitivité et  une adaptation au marché. L’amélioration des conditions de travail, l’ergonomie, la diminution de la pénibilité et la réduction des astreintes sont aussi un axe d’aide.

Types de projets soutenus

Toutes les filières de production, animales ou végétales, sont potentiellement éligibles. Ce dispositif soutient par exemple les travaux de :

  • construction ou extension d’un bâtiment d’élevage, d’un bâtiment de stockage-conditionnement,
  • modernisation ou adaptation d’un bâtiment existant et/ou de ses équipements,
  • modernisation d’une salle de traite,
  • fabrication d’aliments à la ferme, séchage en grange.
  • gestion de la biodiversité
  • gestion des Intrants de fertilisation
  • substitution des intrants phytosanitaires par le désherbage mécanique
  • gestion de l’herbe et valorisation des systèmes herbagers
  • agriculture de précision et de conservation des sols
  • matériels de productions végétales spécialisées
  • matériels innovants

Modalités de candidature

Les dossiers de candidature sont déposés dans le cadre d’un appel à projets (2 par an) auprès de chaque DDTM-Direction départementale des territoires et de la mer.
Les modalités des appels à projets sont décrites dans un arrêté du Président du Conseil régional de Bretagne, autorité de gestion pour ce dispositif. Un arrêté du Préfet de la région Bretagne précise l’utilisation des crédits du Ministère de l’agriculture et de l’alimentation.

  • Le premier appel à projets 2018 est clos depuis le 16 février.
  • Le deuxième appel à projets 2018 est ouvert du vendredi 29 juin 2018 au vendredi 28 septembre 2018.

Important : la date de clôture est fixée au 28 septembre 2018, sans délai supplémentaire pour la complétude des dossiers.

Attention : tous les dossiers déposés jusqu’au mercredi 12 septembre 2018 bénéficieront d’une pré-instruction par les services instructeurs pour vérification de la complétude. Si certains justificatifs manquent au dossier, les porteurs de projets pourront le compléter en transmettant les pièces manquantes en une seule fois à la DDTM avant la clôture de l’appel à projets le 28 septembre 2018.

Pour les dossiers déposés après le 12 septembre 2018, la vérification de la complétude du dossier ne sera pas faite avant la date de clôture de l’appel à projets, c’est-à-dire le 28 septembre 2018.
Tout dossier déposé incomplet après le 12 septembre 2018 sera donc classé inéligible. Les formulaires  de demandes sont disponibles sur le site ci-dessous

http://europe.bzh/jcms/prod_385857/fr/les-appels-a-projets-en-cours

Les conseillers bâtiments et fourrages de BCEL Ouest peuvent vous aider dans vos démarches.

MAG Eleveurs Juin 2018

MAG MAI 2018.indd

Consultez le MAG Eleveurs de Juin 2018 !

Participez à notre enquête floraison maïs !

floraison

La date de floraison femelle est un indicateur de la précocité de la parcelle, elle intervient quelque jour seulement après l’apparition des panicules. A partir de la floraison femelle, on considère qu’il faut environ 600°C base 6 cumulés pour atteindre un taux de matière sèche de 32 %.

La floraison femelle correspond à la sortie des soies de l’épi :

  • Une plante est fleurie lorsqu’elle présente au moins une soie sortie de l’épi
  • Une parcelle est fleurie quand 50 % des plants de Maïs sont fleuris sur la parcelle

La sortie des soies dure environ 15 jours, elle intervient entre juillet et aout. Durant cette période il est donc nécessaire de se rendre régulièrement dans les parcelles de maïs (1 fois par semaine) afin de déterminer la date de floraison.

En pratique, pour estimer la date de floraison femelle :

  • Aller dans une parcelle,
  • Sélectionner un rang de maïs,
  • Sélectionner 20 pieds de maïs,
  • Compter le nombre d’épis présentant au moins une soie de sortie (= plante fleurie),
  • Si on observe moins de 10 épis fleuris sur les 20 plantes observées : la parcelle n’est pas encore fleurie, il faudra répéter l’observation jusqu’à obtention de la date de floraison.
  • Si on observe au moins 10 épis fleuris sur les 20 plantes observées (50 % des plantes présentent des soies) : la parcelle est fleurie, il faut relever la date de floraison et la consigner.
N’hésitez pas à nous communiquer vos observations de date de floraison femelle dans le questionnaire ci-joint, elles nous permettront d’ajuster aux mieux les dates des rencontres matières sèches d’août-septembre.

INNOVAL : l’amont de la filière animale s’organise au profit des éleveurs

innoval

Début 2017, EVOLUTION, BCEL Ouest et GDS Bretagne ont créé un partenariat unique en France en fondant la société INNOVAL. Cette filiale commune est issue d’une volonté politique forte de mener conjointement des projets innovants et d’initier une nouvelle dynamique pour l’amont de la filière, au profit d’un meilleur service et d’un meilleur accompagnement des éleveurs.

INNOVAL a été initié par les Administrateurs des différentes entreprises, « pour permettre aux éleveurs d’être performants et compétitifs, en les aidant à sécuriser le sanitaire de leur troupeau et à exprimer tout le potentiel génétique de leurs animaux par une conduite d’élevage efficiente, basée sur des données et des indicateurs fiables, au service de leur stratégie d’exploitation. Nous sommes clairs sur nos objectifs. Nous voulons créer le leader reconnu nationalement et internationalement de la conduite d’élevage du Grand Ouest. »

Porteur de projets ambitieux dont certains verront le jour dès cette année, INNOVAL a pour vocation de produire des solutions concrètes et valorisables par les élevages

 

Hausse des températures : attention au stress thermique des vaches laitières

stress thermique

Le saviez-vous ? Les vaches laitières souffrent davantage de la chaleur que du froid. Ne sous-estimez pas l’impact du stress thermique sur leur organisme. Lorsque les vaches sont exposées au soleil, notamment au moment du pâturage, leur température corporelle peut grimper et dépasser les 40°. Cela peut s’avérer critique pour leur santé. En effet, dès 20° de température extérieure, les vaches laitières peuvent souffrir de stress thermique. Cela a notamment un impact sur la production laitière. Pas besoin d’une alerte canicule pour que le troupeau souffre : à partir de 25°, la vache fait des efforts d’adaptation importants.

Attention : la combinaison d’une température à 22° et d’un taux d’humidité à 45 % suffit pour générer du stress thermique chez la vache. Ce sont pourtant des conditions météo que l’on peut fréquemment rencontrer un peu partout en France.

Stress thermique : quel impact sur le métabolisme ?

Pour se rafraîchir, les vaches ont tendance à boire deux fois plus (certaines vaches consommeront donc plus de 150 litres d’eau dans la journée) : il faut donc s’assurer de l’accessibilité en eau et de la disponibilité de l’eau (hauteur des points d’eau, nombres d’abreuvoirs, débit d’eau…). Il s’agit pour elles de compenser la perte d’eau causée par la transpiration et l’évaporation pulmonaire. Le fonctionnement microbien du rumen s’en retrouve perturbé.

Des stimuli hormonaux font aussi que les vaches laitières souffrant de la chaleur vont moins manger (parfois jusqu’à 30 % de moins qu’en temps normal) et donc moins ruminer. Les aliments vont séjourner plus longtemps dans le rumen. Le fait de moins ruminer et de moins saliver favorise aussi l’apparition d’acidose ruminale dès lors que le pâturage ne compose pas l’essentiel de la ration.

Autre conséquence des trop grandes chaleurs sur l’organisme des vaches : elles perdent davantage de potassium et de sodium par la sueur et urine et déstockent leur bicarbonate sanguin.

Quelles conséquences sur la production ?

On remarque chez les vaches laitières souffrant de stress thermique la baisse de la production et de la teneur en matière grasse du lait. Les vaches les plus productrices et les vaches fraîches vêlées sont particulièrement sensibles au stress thermique, mais les vaches taries et les génisses peuvent aussi en souffrir.

Ainsi les chutes de production laitière peuvent-elles atteindre de 1 à 4 kg de lait par vache.

La nutrition, levier de prévention du stress thermique

Le stress thermique augmente le risque d’acidose. Vous pouvez le combattre en augmentant la Balance alimentaire cation anion (Baca en lactation), afin d’atteindre 300 à 350 mEq (milliéquivalents) par kilo de matière sèche.

Distribuez la ration très tôt le matin et vers 20 heures. La plus grosse distribution sera celle du soir, après la traite.

Stimulez la prise alimentaire en multipliant les distributions et les incitations qui permettent aussi d’écrêter les pics de fermentation ruminale.

Ne pas hésiter à laisser les vaches en bâtiment lors des fortes chaleurs (en favorisant la circulation de l’air) et au pâturage veiller à ce que les zones d’ombres soient suffisantes

À noter : la distribution doit s’étaler dans la journée et passer de une à deux fois par jour à quatre à six fois. Il s’agit de limiter l’augmentation de la température centrale qui fait suite à la prise alimentaire, particulièrement pour les vaches très productrices.

Compensez les pertes ioniques et maintenez le bilan alimentaire cation anion (Baca) en veillant à ce que la ration totale apporte 15 g/Kg de matière sèche de potassium et jusqu’à 3 g/Kg de magnésium et davantage de sodium, soit sous forme de sel (5 g de sel/Kg de MS de la ration totale), soit sous forme de bicarbonate (10 à 15 g/Kg de MS) qui peut être distribué en libre-service.

N’oubliez pas de tenir compte des ingestions à l’heure :

  • en maïs ensilage (la première heure) : 4 à 5 kg MS / h
  • au pâturage avec hauteur d’entrée 6 cm et hauteur de sortie 4 cm : 1.5 kg MS / h
  • au pâturage avec hauteur d’entrée 10-12 cm et hauteur de sortie 5 cm : 2.5 kg MS / h
  • En affouragement en vert ou topping : 3.5 kg MS / h

De plus une vache pâture au maximum 8 heures par jour et n’a pas la capacité d’augmenter ce temps de pâturage.

Plage de neutralité thermique = 0-15°

stress

Rapport d’activité 2018

RAPPORT_ACTIVITE_2018-1

Consultez le rapport d’activité de BCEL Ouest !

Défi relevé pour les délégués Rance Penthièvre !

vignette AG

L’Assemblée Générale de BCEL Ouest s’est tenue le mardi 5 juin dernier à Dinan sur les terres du secteur Rance Penthièvre. A cette occasion, les éleveurs délégués avaient tout organisé de bout en bout et organisé une table ronde qui mettait à l’honneur les initiatives de ceux qui ont osé voir les choses autrement.

Lors de leurs réflexions, les éleveurs délégués du secteur Rance Penthièvre sont partis du postulat que les producteurs de lait pouvaient se sentir impuissants face à la mutation forte que vit la filière laitière et s’interroger sur la façon dont ils vont pouvoir vivre sereinement leur métier demain.

Pour eux, ils doivent devenir acteurs de leur avenir et oser contribuer à inventer un nouveau schéma de fonctionnement. Oui, mais comment ?

La conférence a apporté des éléments de réflexion. Les éleveurs ont sollicité des intervenants qui ont un point commun, celui d’avoir décidé de penser autrement, d’avoir fédéré des femmes et des hommes autour de leurs convictions et d’avoir pris des initiatives qui ont marqué ou marquent une rupture dans les pratiques du milieu.

Intervenants

Joseph ROUSSEAU, président du CERAFEL (Prince de Bretagne) a partagé l’expérience de ces femmes et de ces hommes qui ont créé des ruptures dans les modes de commercialisation pour faire naître quelque chose de nouveau et faire entendre la voix des agriculteurs.

Kévin RICHARD et Benoît MORIN, sont venus présenter leur start-up Ferme Directe qui permet aux agriculteurs de reprendre la main sur la commercialisation des productions agricoles.

Puis Céline MICHEL, directrice de la vie politique à BCEL Ouest est intervenue sur comment développer la communication d’influence pour valoriser la production, les méthodes à leur juste niveau.

Enfin, le youtubeur Agriskippy (Antoine THIBAULT), éleveur en Normandie est venu partager son expérience avec ses collègues bretons.

La presse en parle

Gaz à effet de serre : 2017 confirme les données de 2013

carbon dairy

Le troupeau moyen fournit en protéine 1 860 personnes et émet moins de GES que 70 personnes.

Dans le cadre d’un programme de recherche financé en partie par l’Europe (Carbon Dairy), BCEL Ouest en partenariat avec l’IDELE et les Chambres d’Agriculture a réuni des données sur l’élevage laitier breton.

Le programme a commencé en 2013 avec la mise au point d’un logiciel (CAP2ER) qui permet d’évaluer les émissions de gaz à effet de serre émis par les élevages bovins, le carbone stocké dans les sols, le nombre de personnes nourries et la biodiversité entretenue. Pour évaluer l’impact des pratiques d’élevage sur ces émissions, il est nécessaire de traiter les données des résultats lait, de la ration et de la fertilisation des sols. Sur le territoire de BCEL Ouest, 2 000 élevages ont pu bénéficier du calcul de l’empreinte carbone et des contributions positives de leur élevage en 2014 et 2017.

Les résultats montrent une évolution positive des pratiques en 3 ans. En effet les émissions passent de 1,01 kg de CO2 / litre de lait en 2014 à 0,96 kg en 2017. Une meilleure valorisation des fourrages permet d’expliquer en partie cette évolution. En effet, la quantité de lait par vache reste la même, mais avec un apport de concentré moindre (passage de 146 à 130 g / litre de lait vendu). La fertilisation est aussi à la baisse pour des rendements plus élevés. (Différence 2013 et 2016 : maïs + 0,5 tonne, herbe + 0,4 tonne).

Revoir la stratégie de renouvellement (nombre de génisses sevrées)

Ce programme a permis de déterminer que, si le suivi technique de l’alimentation est un élément majeur, il faut aussi avoir un nombre d’animaux improductifs limité (vaches malades et génisses). Or, le nombre de génisses sevrées reste toujours élevé (39 % en moyenne).

Le passage de 25 % de réforme boucherie à 35 %  c’est + 9 € des 1 000 litres de coût de renouvellement et 8 à 9 % de GES émis.

En conclusion, l’étude démontre que 1 % de gaz émis en moins permet d’économiser 1 € de charge opérationnelle, sans différence d’un système fourrager à l’autre. Cela confirme que la recherche de l’efficience économique de son exploitation permet aussi d’agir sur l’environnement.

carbon
Lors du colloque régional « Carbon Dairy » qui a eu lieu à Rostrenen en mars dernier, la restitution des résultats a donné lieu  à des échanges passionnés entre les éleveurs et les conseillers présents.

 

Les délégués Rance Penthièvre organisent l’Assemblée Générale !

29425812_10211455104592602_5246905499932117809_n

Pendant 8 ans, chaque année, un secteur a été mis à l’honneur à l’Assemblée Générale de BCEL Ouest à travers un projet valorisant les éleveurs et leur territoire.
Ces projets ont permis de créer une dynamique et un lien forts sur tous les secteurs, que nous souhaitons continuer à développer.

Afin de se renouveler et installer une dynamique différente, le Conseil d’Administration a confié l’organisation de l’Assemblée Générale à des éleveurs… pour des éleveurs.

Cette marque de confiance a donné envie aux éleveurs de s’impliquer fortement dans le projet pour réussir le challenge !

LES ÉLEVEURS DÉLÉGUÉS DU SECTEUR RANCE PENTHIÈVRE ONT RELEVÉ LE DÉFI

 

Le regard des administrateurs du secteur Rance Penthièvre

Le regard des délégués

Les éleveurs délégués se sont réunis tous les mois sur 1 journée entre octobre et mai pour organiser l’Assemblée Générale. Quasiment au complet à chaque rencontre, les délégués ont tout orchestré avec l’aide logistique de BCEL Ouest : le choix du lieu, de la date, du thème, des intervenants,… Pour chaque thématique d’organisation, ils ont constitué des groupes de travail avec des échanges et des débats et procédaient à un vote pour valider leur choix. En plus de s’assurer de la bonne organisation générale, ils ont également mobilisé des délégations dans tous les secteurs pour présenter le projet auprès de leurs collègues délégués et les inviter à y participer.

On peut saluer leur implication sans faille et la bonne humeur avec laquelle ils ont mené ce projet. Un lien fort s’est tissé entre les participants qui sont fiers d’avoir relevé ce défi !

Terralies 2018

Affiche Terralies web

Retrouvez nous Hall 2 Stand G03

Des entrées sont disponibles pour les éleveurs sur simple demande au 0 810 56 29 22

Participez à nos ateliers de printemps sur l’herbe !

vignette RP

Invit_AA_RDV_Nutrition_printemps2018

BCEL Ouest vous donne rendez-vous pour la troisième édition des rencontres nutrition de printemps.

Les rencontres nutrition de l’automne ont été un succès sur l’ensemble de la zone BCEL Ouest avec 1 724 analyses de fourrages réalisées. Pour poursuivre sur cette dynamique, des rencontres nutrition de printemps sont organisées, près de chez vous, en mai et juin. Venez bénéficier de l’expertise des équipes de BCEL Ouest sur le sujet.

Ces rencontres de printemps seront axées sur l’herbe.  Elles s’adressent à tous les éleveurs, valorisant de 10 à 50 ares d’herbe  (avec pâturage, affouragement en vert, fauche …). Pour cela nous allons, dans la continuité des Rendez-vous BCEL Ouest 2018, diffuser des informations techniques sur le thème « le pâturage, aménagements et coûts » ainsi qu’aborder la conduite de l’herbe par différents ateliers :

  • Conduite du pâturage
  • Choix des espèces/implantation des prairies
  • Fauche/Conservation
  • Affouragement en vert
  • Aspect économique du pâturage
  • Pâturage des génisses
  • Trucs et astuces
  • Gestion des refus
  • ….

pature

Dates et lieux

  • Le mardi 22 mai au GAEC de Kerlaret – Kerlaret – 29400 LANNEUFFRET. A partir de 11h30 / Repas sur place
  • Le jeudi 31 mai à l’EARL Avenier – 24 rue de la gare – 56460 VAL D’OUST (ex Chapelle-Caro). De 14h00 à 17h00
  • Le jeudi 07 juin chez Jean-Marie BODILIS – 1 Le Launay – 22540 PEDERNEC. De 11h30 à 16h00 / Repas sur place, inscription obligatoire au 06.07.12.39.70
  • Le mercredi 13 juin à l’Etang du Guébriand – Le Guébriand – 22130 PLUDUNO. De 11h30 à 16h00 / Repas sur place, inscription obligatoire au 06.37.69.65.11
  • Le vendredi 15 juin au GAEC de la Braize – La Braize – 22150 HENON. De 11h30 à 16h00 / Repas sur place

Nous vous attendons nombreux !

Focus sur le pâturage à la fin avril 2018

cecile

Dans son nouvel observatoire sur l’alimentation des vaches laitières, le CNIEL fait un point sur le pâturage à la fin du mois d’avril 2018. Le retard de mise à l’herbe de près de trois semaines pourrait pénaliser les stocks fourragers des élevages. L’interprofession donne alors quelques conseils pour optimiser cette saison à l’herbe.

Cécile Le Doaré du service des territoires du Cniel, fait le point sur le pâturage à la fin du mois d’avril 2018. D’après les données du réseau France Conseil Elevage, seulement la moitié des élevages laitiers français faisaient pâturer leurs vaches au 15 avril, avec parfois de grands écarts selon les départements.

« Ce printemps se caractérise par de forts retards au pâturage pour une grande partie des territoires laitiers français, explique l’experte. La zone allant de la Sarthe aux Côtes d’Armor est plus particulièrement impactée par cette situation. Les dernières mises au pâturage se sont faites avec trois semaines de retard par rapport aux moyennes saisonnières. »

Faire bien attention aux stocks et les reconstituer si possible
Le retard de mise à l’herbe a obligé de nombreux éleveurs à puiser dans leurs réserves de fourrages (ensilages de maïs ou d’herbe et foin). Cela leur a permis de conserver la production laitière au même niveau mais ça peut pénaliser leurs stocks pour le reste de la saison.

Cécile Le Doaré donne quelques conseils : « Si les parcelles sont humides, il ne faut pas hésiter à limiter le temps de pâturage pour éviter la dégradation des sols. » Elle ajoute : « Plus que jamais, il faut être très attentif au stade de pousse de l’herbe et ne pas hésiter à débrayer et faucher sans attendre pour récupérer de bonnes repousses au cycle prochain ».

Les formations ponctuelles

parage

Vous proposer des cycles de formation adaptés à vos besoins

Vous souhaitez vous former au parage préventif ? Vous initier aux méthodes alternatives pour soigner votre troupeau ? Sécuriser votre engagement en MAEC ?

BCEL Ouest vous propose des cycles de formation toute l’année par groupe pour approfondir des thématiques.

Descriptif de la prestation

  • Parage préventif des bovins (3 jours)
  • Découverte des méthodes alternatives (1 jour), aromathérapie (3 jours) , acupuncture (2 jours) , phytothérapie (3 jours) homéopathie (3 jours)
  • Sécuriser son engagement en MAEC système (journée 1 et journée 2 selon Cahier des charges Régional –incluant le suivi azote obligatoire)

Formations localisées sur la zone BCEL Ouest en fonction de l’origine des participants ; groupes de 8 à 15 éleveurs selon les thématiques

  • 2 niveaux = initiation et perfectionnement. Possibilité d’intégrer un groupe de suivi des mises en pratique et des journées d’approfondissement

formations ponctuelles

Des formations individuelles au parage préventif sont également possibles

Les + de BCEL Ouest

  • Des formateurs référencés dans le cadre de la Démarche Qualité Formation
  • Des formations indépendantes de la vente d’intrants
  • Des formations en lien étroit avec le fonctionnement de votre élevage
  • Des formations certifiées

logos-certif

Les gaz à effet de serre : à quoi ça sert ?

gaz

L’interprofession laitière vous propose de découvrir, avec ce film d’animation, le rôle des gaz à effet de serre, leur lien avec les élevages laitiers et enfin, les solutions et leviers, grâce à des éleveurs engagés.

Déclaration PAC

CaptureRPG

Des conseillers dédiés pour vous accompagner

Vous souhaitez être accompagné pour réaliser votre déclaration PAC en toute sécurité ?

Bénéficier de conseils réglementaires adaptés et optimiser le montant de vos aides ?

Votre dossier est déposé sur Télépac et des contrôles automatiques sont réalisés à chaque étape pour limiter les risques d’anomalies. Seuls les documents papiers indispensables sont édités. Votre conseiller vous aide à respecter la réglementation tout au long de l’année.

pac

La prestation

  • Le dossier est réalisé dans votre élevage. Vous n’avez pas de déplacement à prévoir et disposez de tous les dossiers
  • Vos parcelles sont tracées, mesurées avec précision, ce qui limite les risques de «surdéclaration». Les bandes enherbées sont également tracées.
  • Vous êtes accompagné par un conseiller qui vous connaît, qui prend en compte les caractéristiques de votre exploitation et vos engagements éventuels
  • Votre déclaration PAC est réalisée en cohérence avec les autres dossiers
  • Votre conseiller maîtrise les réglementations, il y a moins de risques de pénalités

Pour aller plus loin

Vous pouvez préparer en toute autonomie votre déclaration PAC en cohérence avec votre dossier fertilisation grâce au logiciel Mes p@rcelles (*Logiciel déployé en Bretagne par BCEL Ouest et le réseau Chambre d’Agriculture)

Les + DE BCEL OUEST

  • Le conseiller qui intervient chez vous connaît votre exploitation
  • Votre dossier est transmis sur Télépac : moins de papiers, donc moins d’erreurs et moins de contrôles
  • BCEL Ouest entretient une relation de confiance avec les services de l’Administration
  • Votre conseiller référent dispose de la cartographie de votre exploitation

 declaration-telepac

 

Fosses ou préfosses aériennes en parpaings : soyez vigilent !

fosse

A la suite d’un état des lieux réalisé à la demande de l’administration des Côtes-d’Armor (DDPP 22), il a été constaté la présence chez certains éleveurs d’ouvrages de stockage de lisier aériens construits en parpaings.

Ces ouvrages peuvent présenter un risque potentiel de rupture. Si ce type d’accidents restent rares, ils peuvent avoir des conséquences très négatives pour l’environnement et l’éleveur concerné.

L’UGPVB et la CRAB ont donc décidé de réaliser une sensibilisation des éleveurs sur ce sujet, en recommandant de réaliser un talutage des fosses ou préfosses aériennes construites en parpaings (voir ci-joint le document).

Gérer le recyclage des déchets via la filière ADIVALOR

adivalor

En matière de gestion des déchets, ces dix dernières années ont été marquées par le développement, sur le plan réglementaire, du concept de « responsabilité élargie au producteur » : le principe de « pollueur-payeur » s’applique au détenteur du déchet mais également aux distributeurs, fabricants et aux importateurs du produit à l’origine du déchet. C’est dans ce cadre, et dans un esprit de responsabilité, que les professionnels de l’agro-fourniture ont mis en place, dès 2001, de façon volontaire, une organisation spécifique de gestion des produits phytopharmaceutiques en fin de vie : ADIVALOR.

Depuis la création de la filière en 2001, le périmètre des collectes s’est progressivement élargi :

  • 2001 : bidons plastiques de produits phytopharmaceutiques
  • 2003 : fûts en plastique ou en métal d’une contenance de 25 à 300 litres
  • 2005 : boîtes et sacs en papier, carton ou plastique
  • 2007 : big bags et sacs d’engrais et d’amendements
  • 2008 : Films agricoles usagés
  • 2009 : big bags de semences
  • 2010 : emballages vides de produits d’hygiène pour l’élevage laitier
  • 2012 : sacs de semences certifiées
  • 2013 : ficelles et filets balles rondes
  • 2015 : filets paragrêle
  • 2016 : équipements de protection individuelle chimique

 

Le fonctionnement de la filière repose sur le principe de responsabilité partagée entre les acteurs privés de l’agrofourniture :

  • les utilisateurs, principalement agriculteurs, à qui il est demandé de préparer et entreposer les produits en fin de vie, et les déposer aux dates et lieux fixés par leurs distributeurs,
  • les distributeurs, coopératives et négociants, qui ont en charge l’organisation de la collecte, l’entreposage et le regroupement des déchets,
  • les metteurs en marché (fabricants, importateurs) qui financent, via une éco-contribution spécifique, la récupération et le traitement des déchets, ainsi que le programme d’action d’ADIVALOR,

La filière a organisé le recyclage complet de tous les produits récupérés.

Les bidons plastiques sont recyclés en tube ou gaine pour l’industrie, les films plastiques enrubannage ou bâche maïs deviennent des sacs poubelles, les ficelles deviennent des raccords pour l’irrigation, les pneus des tapis ou du matériau pour construire les routes…..

Une bonne organisation avec l’installation aux points stratégiques des supports de recyclage permet de gagner du temps et d’éviter d’accumuler dans chaque coin de l’exploitation des matériaux gênant pour la circulation.

https://www.adivalor.fr/filiere/presentation/quels_dechets.html

adivalor1

adivalor 2

Pour faciliter la récupération des ficelles, cet éleveur a fixé un cercle contre l’un des poteaux de son étable. Ceci lui permet d’avoir à portée de main le sac de transport vers la filière de recyclage.

Adhérez à Agriculteurs de Bretagne !

adb

BCEL Ouest est partenaire d’Agriculteurs de Bretagne, association dont la vocation est de véhiculer une image positive de l’agriculture bretonne, la meilleure au monde !

MAG Eleveurs Mars 2018

MAG

Consultez le MAG Eleveurs de Mars 2018 !

Comment gérer la mise à l’herbe cette année ?

herbe2

La mise à l’herbe 2018 doit s’adapter aux conditions climatiques de l’hiver 2017-2018 :

  • Températures douces et humides, ayant favorisées une bonne pousse de l’herbe hivernale ;
  • Des sols gorgés d’eau et donc des parcelles moins portantes ;
  • Des chemins d’accès à risques : chemins moins bien stabilisés du fait de la pluie, de la boue.

herbe4

De ce fait, être vigilant sur deux points :

  • Des stocks sur pied potentiellement plus importants : il faut veiller à faire des transitions en douceur pour éviter des variations trop importantes avec la ration hivernale. Ne pas introduire trop rapidement de grandes quantités d’herbe. Prenons comme exemple un système avec 25 ares d’herbe par vache pâturée :

herbe3

  • Attention au piétinement des parcelles : pour cela, il sera possible de limiter le temps de pâturage en début de saison ; les vaches s’adapteront en augmentant leur vitesse d’ingestion ; cela limitera le piétinement et sera plus favorable à une bonne repousse ; le tableau ci-dessous montre qu’en limitant le temps à 2 heures, la vitesse d’ingestion sera augmentée.

herbe

Les conseillers et consultants de BCEL Ouest restent à votre disposition pour échanger sur le sujet.

Le bien-être animal : contrainte ou opportunité ?

bien etre

La protection animale est un thème d’intérêt croissant pour la société. Le 16 février 2015, la loi relative à la modernisation et à la simplification du droit modifie le code civil en qualifiant les animaux d’êtres dotés de sensibilité. Quelle conséquence pour les élevages ?

Dans les faits, les éleveurs utilisent depuis toujours les cinq libertés de l’animal définis par l’Organisation Mondiale de la Santé Animale (OIE) pour mener leurs troupeaux et élaborer l’orientation des exploitations.

Ce concept fait ressortir les besoins fondamentaux suivants, indispensables pour le bien-être d’un animal :

  • absence de faim, de soif et de malnutrition ;
  • absence de peur et de détresse ;
  • absence de stress physique et thermique ;
  • absence de douleur, de lésions et de maladie ;
  • possibilité pour l’animal d’exprimer les comportements normaux de son espèce.

Pour compléter ce concept au niveau Européen, le projet « Welfare Quality » a défini une grille d’observation des vaches laitières pour mesurer leur comportement :

welfare

Le consommateur à la recherche d’informations

L’étude « ACCEPT » réalisée conjointement par l’IFIP, l’ITAVI et l’Institut de l’élevage (par l’intermédiaire d’un sondage IFOP) indique que 59 % des personnes interrogées se disent insatisfaites des conditions de vie des animaux et 60 % jugent prioritaires un accès au plein air. 96 % des personnes interrogées sont favorables à un étiquetage des produits selon leur mode d’élevage (plein air ou non).

Cette étude montre bien que le consommateur ignore le travail des éleveurs. Sa vision est altérée par les médias, l’éducation enfantine qui humanise les animaux et le contact des animaux de compagnie.

Reste donc à valoriser le professionnalisme des éleveurs par le développement d’indicateurs pertinents pour l’éleveur et compréhensibles pour le consommateur !

L’offre urée lactose prolongée jusqu’au 30 avril 2018 !

offre urée

Profitez de 15 € de remise pour toute commande passée avant le 30 avril 2018 !

Faciliter le lever et le couchage des vaches

logettes

Gillet COLLET, Michel GOUYETTE et Jean Luc GOUYETTE sont éleveurs au GAEC des Rosiers à Quessoy (22).

Ils ont fait face à un problème de logettes devenues trop petites par rapport aux préconisations actuelles et aux gabarits des vaches. Lorsque les vaches se levaient, elles étaient gênées par la barre au garot et arrivaient souvent à glisser sur l’arrière de la logette voire même tomber.

Ils ont donc mis en place de nouvelles logettes :

  • Barre au garot « adaptée » : 15 € / place + ¾ € pour les fixations (Cultivert)
  • Arrêtoir : tube 110mm de diamètre : 10 € / place
  • Tapis anti dérapant DERU : 63 € / place (1m80 de large x 1m20 de long)

Logette actuelle : 1m15 de large x 1m80 de long (arrêtoir au même endroit que la nouvelle barre)

Les éleveurs sont très contents de ce changement : les vaches se couchent et se lèvent beaucoup mieux et surtout ne glissent plus en se levant. De plus, il n’y a plus de vaches à passer à travers les logettes.

Avant : positionnement des vaches toujours trop avancé. Difficultés à se relever

celia1

Aujourd’hui : plus de place pour se lever. Des vaches moins fatiguées qui se lèvent et se couchent plus souvent !

20170830_190233

20170824_161339

Près de 700 éleveurs aux « Rendez-Vous »

RDV EB

Les traditionnelles journées techniques de BCEL Ouest se sont achevées le 2 février dernier. Près de 700 éleveurs sont venus assister à ces journées sur la thématique de l’alimentation.

Un système de couloir en bout de box

box

Par Jérôme JOUFFE, conseiller référent sur le secteur Rance Penthièvre

Jean-Pierre, Christian et Christelle GOUVARY sont éleveurs au GAEC du Pré Ozy à Broons (22). En 2015, ils se sont lancés dans la construction d’un bâtiment pour les vaches taries à côté du bâtiment des vaches laitières. Ils ont réfléchi ce bâtiment de manière à pouvoir trier les animaux facilement pour les passer d’un bâtiment à l’autre et surtout en toute sécurité.

Un couloir à l’arrière des cases, de la largeur d’une vache, facilite le tri des vaches. Il est équipé d’un panneau cornadis qui permet de bloquer un animal. Au-dessus de ce panneau cornadis, une pièce composée d’un anneau est positionnée juste au-dessus de la tête de l’animal.
L’éleveur utilise un licol buccal qu’il accroche à cet anneau. L’avantage, c’est que cela lui permet de bien immobiliser la tête de l’animal d’un côté ou de l’autre, sans risque pour lui lors des interventions. Le licol buccal présente aussi l’intérêt de faire mâchouiller l’animal, ce qui facilite le drogage.

 

MAG Eleveurs Janvier 2018

MAG

Consultez le MAG Eleveurs de Janvier 2018 !

Zoom sur la destruction mécanique des couverts hivernaux

couverts

Sur le plan réglementaire, tous les couverts doivent être maintenus au minimum jusqu’au 1er février, sauf :

  • En cas d’implantation d’une culture de légume primeur ou d’un protéagineux de printemps, auquel cas le couvert doit être maintenu au moins jusqu’au 15 décembre.
  • Dans le cas de la récolte d’une culture dérobée.
  • Pour les couverts avant maïs sur l’aire de captage de Kermorvan près de Brest, où ils doivent être maintenus jusqu’à la fin du mois de février.

Dans le cas d’une montée à graines précoce du couvert, un roulage est toléré avant le 1er février. L’intervention sera d’autant plus efficace pendant ou avant une gelée annoncée. La destruction du couvert doit être réalisée mécaniquement.  Depuis le 1/1/2016, toute destruction chimique d’une CIPAN est interdite, sauf sur des couverts non gélifs implantés avant cultures légumières ou porte graines (hors parcelles classées à risque phyto élevé, au-delà d’une bande de 10 m le long des cours d’eau et à plus d’1 m des fossés). Les couverts non gélifs, selon la directive nitrates, sont : l’avoine d’hiver, le brome, la fétuque, la fléole des prés, la navette fourragère, le ray grass, le seigle, le dactyle et pâturin commun. La destruction mécanique est à réaliser sur un sol bien ressuyé.

Les outils habituels conviennent: cover crop, appareil à disques indépendants ou à dents. Le rotavator sera plutôt réservé à la destruction des prairies car son coût d’utilisation est beaucoup plus élevé. Agronomiquement, suivant les espèces implantées, l’intervention sera à faire plus ou moins rapidement. En effet, certaines plantes ont besoin de plus de temps pour se décomposer. C’est le cas par exemple de l’avoine diploïde qui produit beaucoup de biomasse.

  • Ne pas détruire trop tardivement les couverts qui reprennent en végétation en sortie d’hiver: avoine, ray grass, … Car leur croissance entraîne une reprise de leur consommation en eau.
  • Détruire les couverts avant le 15 mars quand c’est possible, et même avant le 15 février sur sol superficiel.
  • Pour d’autres types de couvert, le gel ou leur fin de cycle aura déjà fait une partie du travail de destruction, mais l’enfouissement accélèrera leur décomposition et donc leur minéralisation.
  • Les fertilisants de type I (fumier de bovin…) peuvent être apportés à partir du 16 janvier.
  • Attendre le 1er février pour épandre le fumier de bovin permet que son enfouissement et la destruction du couvert soient réalisés dans la même opération.
  • De plus, le roulage de l’épandeur se fera sur une végétation, ce qui protègera la surface du sol.

Rappel: attention aux dates d’épandage pour les lisiers et les fumiers/fientes de volaille avant maïs. Ces épandages sont impossibles réglementairement jusqu’au 15 ou 31 mars, selon le secteur.

Débat sur l’emploi organisé par la FR CUMA

CUMA

A l’occasion de l’Assemblée Générale de la Fédération Régionale des CUMA de l’Ouest, un débat sera organisé sur le thème :

Développer les services et l’emploi pour répondre aux besoins des exploitations

Le mercredi 14 février 2018 de 14h30 à 16h30
à la Chambre d’Agriculture de Bretagne
à Rennes (35) dans l’Amphithéatre

Ce rendez-vous sera organisé autour d’un débat et de témoignages en début d’après-midi et sera suivi d’une table ronde sur l’emploi en groupe pour répondre aux besoins de main d’œuvre et de services des petites entreprises. Les CUMA étant devenues groupement d’employeurs dans le courant de l’année 2017, c’est sous cet angle que nous accueillerons différentes CUMA pour témoigner ainsi que Caroline Thieffry, directrice de Helys, groupement d’employeurs d’Ille et Vilaine.

>> Téléchargez l’invitation

Inscriptions auprès de ouest@cuma.fr ou par téléphone au 02 99 54 63 15
avant le jeudi 2 février 2017.

BCEL Ouest partenaire du plan de lutte contre les algues vertes

vignette algues

Le plan de lutte contre la prolifération des algues vertes dans la baie de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor), pour la période 2017-2021, a été signé en grande pompe, ce mardi, au GAEC de la Ville Volette à Yffiniac (22). En tant qu’acteur partenaire de ce plan, BCEL Ouest était représenté par Vincent MUNIN, responsable technique agriculture durable et Philippe LE GOUX, administrateur. Près de 33 millions d’euros sont alloués dans ce combat pour les cinq prochaines années.

Le Gaec de la Ville Volette est engagé depuis longtemps dans l’évolution de ses pratiques pour réduire les fuites de nitrates.

Le « plan de lutte contre la prolifération des algues vertes 2017-2021 » (PLAV) est un document signé avec les huit baies de la région Bretagne concernées par ce phénomène. La baie de Saint-Brieuc est l’une des plus « emblématiques », dixit Thierry Burlot, vice-président de la Région en charge de l’environnement.

sdr

Au micro : Michel RAULT, puis de gauche à droite : Pascal RAULT, Marie-Laure RAULT et Denis GUERNION, les éleveurs du GAEC de la Ville Volette

Médria® : Le bouquet de services Farmlife

IMG_0787

Reproduction, Alimentation et Confort des Animaux. Avec le même capteur, un œil sur chaque vache tout au long de sa vie productive

logo_medria-solutions_x2BCEL Ouest propose aux éleveurs des solutions de Monitoring. Nous travaillons avec MEDRIA depuis plus de 6 ans. Les éleveurs investissent dans ces systèmes pour améliorer la détection des chaleurs, gagner du temps, simplifier leur travail …

Savez-vous que 60 % des chaleurs sont exprimées entre 18h et 6h du matin et que la plupart du temps, elles ne sont pas notifiées ?

Savez-vous que la rumination est un paramètre essentiel dans le suivi de votre troupeau, dans la détection de certains problèmes métaboliques ?

La nouvelle gamme MEDRIA est une solution multiservices pour détecter les vêlages, les chaleurs, les troubles de la nutrition ou de la santé dès les premiers signes cliniques.

Avec un équipement unique, la FarmBox et la FarmBox+, vous bénéficiez de 4 services indépendants et complémentaires pour recevoir toutes les informations essentielles à la conduite de votre élevage et optimiser l’alimentation, la reproduction (chaleurs, vêlage) et la santé de votre troupeau.

farmlife

Une approche complète du monitoring en élevage

> Indicateur de vêlage : Vel’live

  • Réduire la mortalité et mieux vivre les vêlages
  • Les caractéristiques
    • Des relevés SMS de températures journaliers
    • Prédiction du vêlage
    • Précision de la détection
    • Simplicité d’utilisation

velphone_thumb

> Détection des chaleurs : Heat’live

  • Maîtriser la reproduction pour augmenter la productivité
  • Les caractéristiques
    • Fiabilité de la détection supérieure à 90 %
    • Suivi de la cyclicité
    • Détection des animaux à problèmes

heatphone_thumb

> Alimentation : Feed’live

  • Piloter la nutrition pour optimiser l’efficacité alimentaire
  • Les caractéristiques
    • Monitoring de l’activité
    • Deux indicateurs : temps d’ingestion et de rumination
    • Détection des cas particuliers : baisses importantes et comportements à risques des groupes et des individus.

feedphone_thumb

> Comportement animal : Time’live

  • Monitorer le confort et le bien-être de vos animaux
  • Les caractéristiques
    • Un capteur enregistre les comportements de l’animal toutes les 5 minutes et génère leur « emploi du temps »
    • Visibilité précise sur l’activité de chacun de vos animaux 24h/24, 7j/7 sans astreinte d’observation

 

Le principe de fonctionnement

Les + de BCEL Ouest

  • Sérénité : Le monitoring veille sur vos animaux : les vaches sont équipées de capteurs et vous êtes informés dès qu’une vache est en chaleur ou en activité anormale
  • Performance : fiable et précis : 90 % des chaleurs réelles détectées
  • Rentabilité : Votre investissement peut être rentabilisé en seulement 2 ans
  • Modularité : Vos alertes sont consultables sur Smartphone, tablettes et PC
  • Innovation : Les capteurs permettent de suivre la rumination et ainsi détecter les troubles alimentaires
  • Gain de temps : Gagnez jusqu’à 2 heures pour les grands troupeaux !
  • Confort : Les conseillers analysent et interprètent les données avec vous

 IMG_0787

Urée – Lactose

vignette uree lactose

Deux indicateurs pour un pilotage optimal de votre troupeau

Uréenov

L’urée reflète le métabolisme protéique de la vache. Son étude à l’échelle individuelle permet d’alerter sur des vaches déviantes, avec des taux d’urée anormaux par rapport aux références.

  • Uréenov, c’est une analyse de l’urée du lait par vache lors de chaque contrôle
    • Avec Uréenov, vous aurez une synthèse des niveaux d’urée du lait par groupe de vaches : primipares / multipares et selon les stades de lactation (< 100 jours / 100-200 j / > 200 jours). Vous pourrez également constituer vos lots de vaches selon d’autres critères : niveau de production, race… et obtenir les moyennes des taux d’urée pour chaque lot.

tableau uree

  • Un indicateur pour plus de rentabilité
    • Je peux ajuster la complémentation selon le stade de lactation
    • Je peux travailler l’équilibre de la ration pour les groupes de vaches : primipares / multipares
    • Je choisis précisément le correcteur azoté pour les débuts de lactation
    • J’ajuste la distribution d’aliments au DAC soit vache par vache soit pour un groupe de vache
    • Je gère les transitions alimentaires au plus juste

Lactonov

Le lactose est le premier constituant du lait, 48-50 g/kg de lait. Sa teneur est stable dans le lait et de ce fait toute baisse significative doit nous alerter. Deux facteurs principaux expliquent des baisses : un déficit énergétique marqué et l’apparition d’un problème de santé mamelle (leucocytes).

  • Lactonov, c’est une analyse de la teneur en lactose du lait par vache lors de chaque contrôle
    • Avec Lactonov, vous aurez des alertes sur les vaches en déviance par rapport à la moyenne de leur groupe : primipares ou multipares
    • Vous pourrez surveiller spécifiquement ces vaches et agir de manière préventive sur la santé de la mamelle et l’acétonémie
  •  Un indicateur pour ANTICIPER
    • J’agis sur les problèmes de leucocytes et d’acétonémie
    • Je gère au plus juste la période de tarissement et de début de lactation
    • J’anticipe les problèmes grâce au ciblage des vaches déviantes

La prestation

  • Analyser en toute souplesse
    • Les analyses se font à partir de l’échantillon collecté lors du contrôle.
    • A chaque contrôle, vous aurez accès sur l’extranet BCEL Ouest aux données individuelles pour l’ensemble des vaches.
    • Des alertes seront également disponibles via l’application BCEL Ouest.
  •  Repérer et Cibler
    • En un coup d’œil, vous repérez les vaches à risque et vous vous positionnez en situation préventive.
    • Vous accentuez la surveillance des vaches en alertes.
  •  Valoriser et Conseiller
    • Faites le point sur la conduite de votre troupeau et statuez sur les actions à mener
    • Nos conseillers et consultants utilisent ces indicateurs pour mettre en place des actions dans votre élevage.

Les + BCEL Ouest

  • Rentabilité : Un retour sur investissement de l’ordre de 3 à 6
  • Simplicité : Repérage rapide des vaches à problèmes
  • Innovant : Nous sommes les premiers à proposer l’indicateur lactose

pack

Plus de 1700 analyses réalisées !

vignette rn

Lors des rencontres Nutrition 2017, 1 724 analyses ont été effectuées, dont  930 analyses de maïs (soit 54% des analyses).

Qualité des maïs : une matière sèche élevée

La matière sèche est élevée par rapport aux dernières années. La matière sèche moyenne  est de 34.4 %. La matière sèche plus élevée favorise une meilleure ingestion (sous réserve d’une bonne conservation des ensilages).

La tendance pour ces maïs 2017 est d’avoir une teneur en amidon importante avec 319g/kg MS (338 g d’amidon/kg MS en 2016 contre 299 g d’amidon/kg MS en 2015) et une MAT  faible 64 g/kg MS en 2017.

Une DMO et des valeurs UFL moyennes :

La DMO est moyenne et les valeurs UFL se situent entre 0.91-0.92 UFL  ce qui permettra quand même d’avoir suffisamment d’énergie dans beaucoup de ration si l’équilibre azote-énergie de la ration est respecté.

Moins de MAT qu’une année moyenne : apport d’azote soluble nécessaire

La MAT est plus faible que l’année dernière avec 6.4 % en 2017 contre 6.6% en 2016 et 7.1% en 2015.

Dans le tableau ci-dessous, vous trouverez les valeurs moyennes selon les teneurs en MS, n’hésitez pas à utiliser ces valeurs pour le calcul de vos rations.

RN

 

Les bonnes pratiques d’utilisation des produits de nettoyage et désinfection pour installation de traite

vignette pdf

Une installation de traite conçue, utilisée et entretenue correctement se nettoiera d’autant plus facilement et efficacement !

Le numérique au service de la nutrition animale

smart agri

Anticipa, le Lycée Pommerit et Agretic vous invitent à participer à la Journée SmartAgri, le 30 novembre 2017 à Pommerit-Jaudy (22). Venez découvrir les solutions numériques conçues pour faciliter la conduite d’élevage et la performance alimentaire. 15 entrepreneurs et experts présenteront des projets novateurs, au croisement du numérique et de l’agriculture. Venez échanger et découvrir les nouvelles technologies sur le showroom.

BCEL Ouest a été sollicité pour partager sa vision en tant qu’entreprise de conseil en élevage.

Nouveauté 2017, Le Challenge étudiants SmartAgri : de 14h30 à 16h00, vous découvrirez en exclusivité les 5 projets nominés pour le Challenge SmartAgri, sur le thème Numérique et Agriculture. Un prix sera décerné à l’équipe la plus créative.

Consultez le programme

Aides aux investissements en matériel Ecophyto

ecophyto

Un nouvel appel à projet !

Ohhh la vache !

ohh la vache

Le salon agricole morbihannais Ohhh la vache s’est tenu les 14 et 15 octobre dernier à Pontivy. Partenaire de ce salon depuis de nombreuses années, BCEL Ouest a offert le petit déjeuner aux éleveurs laitiers les samedi et dimanche matin. Des moments de convivialité très appréciés !

IMG_1774

IMG_1772

Palmarès des concours

Les éleveurs adhérents de BCEL Ouest ont à nouveau brillé dans les concours. BCEL Ouest sponsorisait les prix de Meilleure laitière dans les races Prim’Hosltein, Normande, Pie Rouge et Montbéliarde.

Prim’Holstein

  • Grande Championne > JUMMER appartenant à l’EARL du Vieux Chêne de Réguiny (56)
  • Meilleure laitière > EURO appartenant au GAEC DANO de Locqueltas (56)

Normande

  • Grande Championne > IMPOSANTE appartenant à l’EARL 56 Laudrin de Moréac (56)
  • Meilleure laitière > FICELLE appartenant à l’EARL OGE de Serent (56)

Pie Rouge

  • Grande Championne > JOLIECOEUR appartenant à l’EARL de la Rose de Silfiac (56)
  • Meilleure laitière > ELYSEE appartenant au GAEC du Quinquis de St Aignan (56)

Montbéliarde

  • Grande Championne > HOHISSE appartenant à l’EARL de l’Angle de Inzinzac-Lochrist (56)
  • Meilleure laitière > ECOLIERE appartenant au GAEC du Bois Mogaly de St Maudan (22)

Félicitations à tous ! Retrouvez le palmarès complet

Programme Carbon Dairy

Mise en page 1

Emissions de gaz à effet de serre et contributions positives de l’élevage laitier

Eleveurs laitiers : acteurs des solutions climat !

Plaquette carbon dairy.indd

Le programme « Carbon Dairy », d’une durée de 5 ans, a pour objectif d’initier une dynamique nationale visant à valoriser l’implication des éleveurs laitiers dans les solutions climat

Venez analyser vos fourrages !

logo RN

La septième édition des Rencontres Nutrition débutera le 24 octobre prochain.
25 points de rencontres sont organisés près de chez vous.

Fiche_recapitulative-1
Enfin, les conseillers d’élevage de BCEL Ouest vous accompagnent toute l’année pour définir avec vous les solutions vous apportant un maximum de cohérence fourragère sur votre exploitation.

06430553_N_0001_picto_101

Téléchargez le tableau complet par département des dates et lieux 2017

>> Côtes d’Armor / Morbihan / Finistère

Douve : connaître le risque pour le maîtriser

douve

Nouvelle prestation à BCEL Ouest !

Bilan des Rencontres MS !

mais

La septième édition des Rencontres Matière Sèche s’est achevée le 22 septembre dernier.

Les pluies d’août puis d’octobre ont ralenti la progression des maïs et les dates de récoltes dans les zones tardives seront similaires à l’année passée ou un peu en retard.

Dans les zones plus précoces, les chantiers sont terminés ou en cours.  Au total, 2109 analyses ont été réalisées.

Voir tous les résultats : >>Télécharger en PDF

Consultez les articles de presse

Focus sur les systèmes laitiers bios bretons

elevage-bio

Afin de connaître les systèmes laitiers bio bretons et les évolutions techniques et économiques engendrées par une conversion, 24 études prévisionnelles de conversion vers l’agriculture biologique ont été analysées ainsi que 86 O’dit lait réalisés sur l’ensemble de la Région.

Typologie des élevages bios bretons

Typologie des systèmes laitiers bio bretons-1

Mieux connaître les systèmes laitiers bios bretons et les évolutions techniques et économiques engendrées par une conversion.

Quel opérateur offre le meilleur réseau près de chez vous ?

réseau

Découvrez quel opérateur couvre le plus de zones près de chez vous !

Une bonne contention pour un parage efficace

fiche_contention.indd

Les mouvements des animaux sont à risques lors des différentes manipulations nécessaires en élevage. Sans moyen de contention optimal, la sécurité de l’éleveur n’est pas assurée.

Fumier ou lisier en bâtiment vaches, comment choisir ?

fiche_bâtiment_production_lisier_fumier.indd

Nos conseils pour bien choisir son mode de déjections

Aires d’exercice bétonnées : entretien et réfection

Aires d'exercices bétonnées_entretien et réfections-1

L’entretien des surfaces bétonnées dans les aires d’exercice est très important, et conditionne la durée de vie du sol mais également la santé des pieds des animaux.

Un projet bâtiment ? Conseils pour limiter les boiteries

fiche_bâtiment_conseil_boiteries.indd

La boiterie est la 3ème pathologie en élevage. L’impact financier est de 250 € pour une boiterie clinique marquée !

Logettes, les pièges à éviter

fiche_logettes.indd

Lors d’un passage en robot ou pour limiter les mammites, le logement en logette est souvent plébiscité. Pour éviter que cette installation n’apporte de mauvaises surprises, il faut respecter certaines préconisations.

La gestion du colostrum

fiche_colostrum.indd

Définition, qualité, distribution, on vous dit tout sur le colostrum !

Le logement des veaux de 0 à 3 semaines

fiche_logement.indd

Durant la période de vie 0 – 3 semaines, les jeunes veaux présentent une sensibilité maximale aux pathogènes de leur environnement. Découvrez les types de logement à privilégier.

Mettre en place une aire d’exercice bétonnée

2017-07-20-Aires d'exercice bétonnées_règles pour la mise en place-VF sans-1

Aires d’exercice bétonnées : règles pour la mise en place

Les éleveurs bretons brillent au SPACE !

space

Race Pie Rouge

Bravo à IZISA P appartenant à l’EARL Rannou (29) qui remporte le prix de Grande Championne 2017 !

IZISA P - GRANDE CHAMPIONNE PIE ROUGE SPACE 2017

Bravo à HAVANE appartenant au GAEC PIROU (29) qui remporte le prix de Meilleure mamelle adulte 2017 !

HAVANE - MEILLEURE MAMELLE ADULTE PIE ROUGE SPACE 2017

Bravo à LIANA appartenant au GAEC des Rubis (29) qui remporte le prix de Meilleure mamelle espoir 2017 !

LIANA - MEILLEURE MAMELLE ESPOIR PIE ROUGE SPACE 2017

Race Prim’Holstein

Bravo à CAPJ IRANA appartenant au GAEC CABON (29) qui remporte le prix de Grande Championne Prim’Holstein 2017 !

CAPJ IRANA - GRANDE CHAMPIONNE PRIMHOLSTEIN SPACE 2017

Bravo à FLY AGLAEE appartenant au GAEC NOGRE (22) qui remporte le prix de Réserve Grande Championne 2017 !

FLY AGLAEE - RESERVE GRANDE CHAMPIONNE SPACE 2017

Bravo à IZELLA DU MEZOU appartenant à l’EARL du Mézou (29) qui remporte le prix de Championne Jeune 2017 !

IZELLA DU MEZOU - CHAMPIONNE JEUNE SPACE 2017

Race Brune

Bravo à HOLIDAY appartenant au GAEC de la Saudraie (22) qui remporte le prix de Grande Championne Brune 2017 !

HOLIDAY - CHAMPIONNE ADULTE BRUNE SPACE 2017

Les concours de Normande et de Montbéliarde ont été dominés par les départements de la Sarthe et de la Mayenne.

>> Visualiser le palmarès complet

La lipolyse du lait

vign-lipolyse-du-lait

La lipolyse du lait : comment améliorer ses résultats ?

Datalait Tableau de bord, comment ça marche ?

vignette-Datalait

Cette application de consultation de vos données vous permet, de manière très simple et en un minimum de clics, d’identifier vos animaux déviants et de mettre vos résultats en perspective. Nous avons réalisé une démo de l’application Datalait Tableau de bord pour vous permettre de visualiser très simplement et de manière ludique ses fonctionnalités :

 

Engagement en MAEC Système

FCEL_4006924141

Aide à la décision

Vous souhaitez savoir si une MAEC système est compatible avec vos objectifs à 5 ans ? Si elle est possible avec votre structure d’exploitation? Vous souhaitez mesurer l’intérêt financier de ce contrat

FCEL_4006924141

Descriptif de la prestation

L’aide à la décision MAEC système vous permet de :

  • Mesurer les impacts d’un engagement sur votre assolement, la conduite du troupeau et son alimentation
  • Déterminer les modifications de pratiques à mettre en place (surface d’herbe à récolter, ..)
  • Intégrer les contraintes du Cahier des Charges en matière phytosanitaire
  • Chiffrer les gains nets sur 5 ans à l’aide d’un budget partiel des modifications induites (charges et produits en plus et en moins)
  • Choisir le cas échéant le contrat le plus intéressant dans votre situation

Les + BCEL Ouest

  • Une approche indépendante
  • Des conseillers à l’écoute de vos projets
  • Une expertise système appliquée à votre élevage

FCEL_2347617710

Conseil conduite des cultures en MAEC

Copie de Michel Jamoneau Bretagne Controle Laitier Ouest Cultures 72dpi-93

tamponLe respect des IFT vous interroge ? Vous vous demandez quelles cultures et variétés choisir pour utiliser moins de produits phytosanitaires ? Vous envisagez de tester des méthodes alternatives de désherbage ?

Le conseil « conduite des cultures en MAEC » répond à 2 types d’engagements : les MAEC système (réduction progressive des IFT inscrite au Cahier des Charges),  ou les MAEC de réduction des produits phytosanitaires (Bilan annuel obligatoire)

Descriptif de la prestation

  • Diagnostic des pratiques actuelles de protection des cultures, calcul des IFT au sens de la MAEC, état des stocks phytosanitaires, définition d’un assolement
  • Échanges autour des conditions de réussite des techniques alternatives de désherbage dans la situation de votre exploitation (parcellaire, cultures, matériel, ..)
  • Définition des seuils d’IFT à ne pas dépasser année par année en fonction des traitements déjà réalisés
  • Calcul des IFT herbicide et hors herbicide prévisionnels pour la campagne culturale à venir

Les + BCEL Ouest

  • Un conseil indépendant de la vente d’intrants
  • Un conseil qui intègre la gestion des rotations, le choix des espèces et variétés
  • Un outil de calcul des IFT prévisionnel sécurisé et conforme aux exigences du contrôle

Copie de Michel Jamoneau Bretagne Controle Laitier Ouest Cultures 72dpi-93

Analyses de terre, déjections et eau

DSCN3022

Vous souhaitez assurer vos rendements ? Mieux maîtriser vos achats d’engrais et d’amendements ?

Mieux connaître les nouvelles parcelles exploitées ? Vous souhaitez valoriser au mieux vos déjections ?

Connaître la qualité de l’eau qui alimente votre cheptel ?

terre

Descriptif de la prestation

  • Prestations à la carte, adaptées à vos besoins techniques ou réglementaires, du plus simple au plus complet
  • Possibilité d’un service «clé en main» du prélèvement au résultat d’analyse
  • Des prélèvements réalisés en période optimale, par des préleveurs formés
  • Des analyses réalisées par un laboratoire agréé par le Ministère de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche
  • Une valorisation des données dans votre plan prévisionnel de fumure

Les + de BCEL Ouest

  • Un conseil indépendant
  • Un bulletin clair (sans données superflues) qui facilite la lecture
  • Un programme des besoins en analyses établi en concertation avec le conseiller fertilisation
  • Des données analytiques exploitées pour garantir la pertinence du conseil
  • Des résultats disponibles à tout moment sur l’extranet et auprès de votre conseiller

DataHUB

DSCN2469

datahub final360_taille réduiteSimplifiez l’échange de vos données

Vous souhaitez faciliter l’échange de vos données entre votre automate et BCEL Ouest ?

La démarche globale

De plus en plus d’éleveurs sont équipés d’automates (robot de traite, DAC, compteurs à lait électroniques, podomètres …) reliés à des logiciels sur des PC d’élevages.

DataHUB est une solution d’échanges de données entre les logiciels automates de différentes marques et le Système d’Information de BCEL Ouest.

Les données importées provenant de BCEL Ouest sont :

  • L’inventaire à jour
  • Les dates d’IA + Taureau d’IA
  • L’ascendance, père + mère
  • Les dates de vêlages
  • Les constats de gestation (si ceux-ci sont connus) : dates + résultats.
  • Les résultats d’analyses : production de lait, TP, TB, leucocytes

D’autre part, DataHUB permet de faire remonter quelques données du logiciel automate dans le Système d’Information de BCEL Ouest afin de valoriser ces données (comme par exemple via Dataflow).

A qui s’adresse DataHUB ?

  • Aux éleveurs équipés d’un automate (robot, DAC, compteurs à lait, podomètres) et du logiciel automate associé
  • Aux éleveurs qui vont s’équiper d’un automate qui ont besoin d’avoir toutes leurs données troupeau au préalable dans leur logiciel. Ceci nécessite l’installation au préalable du logiciel automate par le concessionnaire.

DataHUB nécessite une connexion Internet, sur le PC où est présent le logiciel automate, afin de bénéficier des mises à jours automatiques et quotidiennes des données.

La prestation

  • Initialisation des logiciels vides (avant mise en route de l’automate)
  • Mise à jour quotidienne du logiciel automate (nécessité d’un ordinateur connecté à Internet)
  • Fonctionnement avec les 5 principales marques d’automate.
  • Sécurisation des données provenant du Système d’Information de BCEL Ouest
  • Import de données possible par marque et logiciel

 

Les marques d’automates concernées

ori1

Les données importées selon les marques

Les données importées dans les logiciels dépendent de la marque de l’automate. Dans le tableau ci-joint sont présentés les types de données importées selon la marque :

Les + de BCEL Ouest

  • Produit unique en France élaboré par le réseau France Conseil Elevage
  • Installation, formation et assistance par un conseiller spécialisé de votre secteur
  • Simplicité d’utilisation en automatique (pas de manipulation à faire par l’éleveur)
  • Optimisation des logiciels automates
  • Diminution des doubles saisies
  • Import de données sûres et sécurisées
  • Mise à jour quotidienne du logiciel automate (avec présence d’une connexion Internet)
  • Initialisation des logiciels vides (avant mise en route de l’automate)

DSCN2469

Marquage des animaux

IMG_4730

Un gain de temps au repérage

Vous souhaitez pourvoir identifier facilement vos animaux ?

Nous vous proposons :

  • le marquage d’identification par apposition de caractères refroidis à la neige carbonique.
  • le marquage 2, 3 ou 4 caractères (lettres ou chiffres).

Vous choisissez les caractères. Le marquage est possible sur les vaches et génisses recommandé).

Descriptif de la prestation

  • Repérage facile des animaux en salle de traite, au champ et dans la stabulation
  • Interventions rapides (> 50 bovins / jour).

Les + Bcel Ouest

  • Plus de 15 ans d’expérience et plus de 4 000 bêtes marquées chaque année
  • Travail sur vos animaux dans votre stabulation pour apporter un meilleur service

IMG_4730

Quelle organisation pour le bien être des vaches laitières au pâturage ?

titre

Optimiser cette pratique demande connaissances variées (comportement des animaux, gestion de l’herbe, etc.) et temps de travail !

Bien-être des veaux et génisses d’élevage

titre

Apport d’une observation continue (time lapse) dans l’évaluation du bien-être des veaux et génisses d’élevage

HappyGrass

happygrass vignette

Votre assistant prairie

Logo HappyGrass

Vous souhaitez optimiser la conduite de vos prairies ?

Vous recherchez à maximiser la valorisation de votre herbe ?

La prestation

La conduite des surfaces herbagères réclame beaucoup de précisions, de repères et d’adaptations. HappyGrass vous accompagnera pour piloter la conduite culturale des prairies et la gestion du pâturage.

HappyGrass rassemble de nombreuses fonctionnalités autour des prairies :

  • Un planning de pâturage numérique :

> Enregistrement des données de pâturage (jours de présence par paddock, alimentation du troupeau, hauteurs d’herbe, fauches…)

> Calculs d’indicateurs pour prendre les bonnes décisions (stock d’herbe disponibles, jours d’avance, stock d’herbe prévisionnel selon la pousse à venir…)

> Bilan annuel de la saison de pâturage (analyse de la croissance de l’herbe et des rendements par paddock, évolutions des surfaces / VL et des hauteurs d’herbe, analyse du temps de repos des paddocks…)

  • Un outil de cartographie des paddocks :

> Organiser les paddocks
> Calculer l’investissement

  • Un bouquet d’applications pour piloter la conduite culturale des prairies :

> Composer vos mélanges d’espèces et variétés pour vos prairies et vos dérobées
> Ajuster la fertilisation azotée
> Identifier la flore de vos parcelles
> Lutter contre les espèces indésirables
> Planifier les fauches
> Estimer la qualité de vos fourrages
> Alerter sur périodes de stress thermique

  • Une formation de prise en main de l’outil
  • Une formation pour les valorisations des hauteurs d’herbe et le bilan de saison

Offre Happy GRASS-2Offre Happy GRASS-2

Les + DE BCEL OUEST

  • Une formation pour vous approprier l’outil
  • Un accompagnement en cas de difficulté
  • Des références locales à votre disposition (croissance de l’herbe et grilles de densité)
  • Si vous le souhaitez : des conseillers peuvent vous accompagner dans vos parcelles ou à distance

 happygrass vignette

 

Cohérence et évolution du système cultural

Michel Jamoneau Bretagne Controle Laitier Ouest Cultures 72dpi-17

Quels sont les atouts et contraintes de mon système de cultures ?
Quel système fourrager mettre en place sur mon exploitation ?

Établi à partir des bilans de l’exploitation, de la déclaration PAC et de vos objectifs, ce diagnostic vous permet de vérifier la cohérence de votre système et de simuler les évolutions possibles. Pour chaque hypothèse, les conséquences techniques, économiques et agronomiques seront étudiées.

Descriptif de la prestation

  • Évolution du systèmes de cultures
    • Diagnostic du système fourrager de l’exploitation
    • Simulation des évolutions potentielles du système fourrager en veillant à la cohérence alimentaire
    • Vérification de la cohérence agronomique (rotations) de votre système fourrager et proposition de solutions pour sa mise en œuvre sur l’exploitation
  • Prévision d’assolement à 5 ans
    • Prévision de l’assolement sur chaque parcelle sur les 5 années à venir
    • Définition et optimisation des rotations par bloc de parcelle

Une rotation bien calée, ce sont des économies sur les engrais et les phytos !


Les + de BCEL Ouest

  • Un conseiller culture à votre écoute avec une solide expertise de terrain
  • Des références acquises grâce au suivi régulier de nombreuses exploitations
  • Un accompagnement du conseiller d’élevage pour décliner un plan d’actions
  • Des rotations sur 5 ans permettant de mesurer les impacts techniques et économiques des évolutions
Michel Jamoneau Bretagne Controle Laitier Ouest Cultures 72dpi-17

Gestion de l’azote en BV algues vertes

azote bv

Vous souhaitez ajuster les apports d’azote aux besoins des cultures ? Vous souhaitez analyser les reliquats d’azote mesurés sur votre exploitation ? Vous souhaitez optimiser les apports sur prairies en fonction de leur mode d’exploitation et du chargement ?

 

Descriptif de la prestation

  • Un bilan approfondi de vos pratiques et de leur résultat en termes de rendement et de risques de fuites d’azote. Une analyse en lien avec les rotations de l’exploitation
  • Suivant le contexte : une édition et une analyse de votre Balance globale Azotée sur les campagnes précédentes, ou de vos reliquats d’azote, ou des données issues de « Mes Dron’images »
  • Des préconisations qui intègrent le critère des Jours de Présence au Pâturage et ses voies d’amélioration
  • Un plan d’actions simples et claires en conclusion de l’accompagnement

Les + BCEL Ouest

  • Une approche indépendante de la vente d’intrants
  • Des conseillers formés sur les aspects réglementaires et techniques
  • Un conseil qui prend en compte les besoins de votre troupeau

azote bv

Gestion de l’inter-culture en BV algues vertes

interculture

Vous souhaitez optimiser la valorisation des fourrages dérobés ? Vous souhaitez implanter les SIE dans les meilleures conditions de réussite ? Vous souhaitez choisir les couverts les mieux adaptés à votre situation ?

 

Descriptif de la prestation

Le conseil « gestion de l’inter-culture à l’automne » comprend

  • Une mise à plat de vos successions de culture pour les 2 années culturales en cours et à venir : quelle surface en céréales suivi de maïs, quelle surface de dérobées accessible aux animaux, quelle surface à récolter ?
  • Un bilan fourrager pour estimer les besoins du cheptel et orienter le choix des espèces dérobées à implanter.
  • Un mode d’emploi de la conduite des couverts d’inter-culture choisis : matériel, date et doses de semis ; fertilisation le cas échéant, exploitation par le pâturage, récolte, et mode de destruction.

Les + BCEL Ouest

  • Un conseil basé sur la connaissance fine de votre parcellaire et de vos rotations (logiciel Hect@re)
  • Un conseil qui s’appuie sur les besoins fourragers de votre élevage

interculture

Réaliser un diagnostic environnemental

cap

CAP’2ER® Niveau 2

cap2er

Vous souhaitez connaitre les impacts environnementaux de votre exploitation tels que l’empreinte carbone, les émissions azotées, les consommations d’énergie ou bien encore les contributions positives carbone du lait que vous produisez ?

Nos conseillers climat-énergie vous accompagnent dans la réalisation d’un diagnostic environnemental complet avec l’outil certifié national CAP’2ER®. Ce bilan comprend l’évaluation objective des impacts environnementaux de votre élevage :

  • Empreinte carbone nette, émissions de gaz à effet de serre,
  • Émissions azotées dans l’air et dans l’eau
  • Consommations d’énergies

Mais aussi les contributions positives telles que :

  • Stockage de carbone
  • Performance nourricière
  • Contribution au maintien de la biodiversité

Suite à la quantification, nos conseillers analyseront et discuteront avec vous du plan d’action envisageable pour améliorer vos résultats techniques, environnementaux et économiques.

Pour aller plus loin, ils pourront également vous accompagner dans les démarches de demandes et suivi de crédits carbone.

La prestation

  • Saisie des éléments techniques de réalisation du diagnostic dans l’outil CAP’2ER®
  • Analyse du résultat
  • Discussion sur les leviers technico-économiques et environnementaux
  • Élaboration d’un plan d’action

Les + DE BCEL OUEST

  • 5 conseillers formés à l’outil CAP’2ER® Niveau 2 avec la triple compétence : zootechnique, agronomique et environnementale
  • Une expertise technique et non pas seulement une compilation de données
  • Une valorisation complète de toutes les données déjà recensées par tous les services de BCEL Ouest
  • Un conseil neutre et professionnel
  • Un suivi possible du plan d’action en relation avec le conseiller référent pour de meilleurs résultats

 cap2er

 

Flyer sensibilisation-V2-light